Offre d’emploi : CDD développeur

Développement et amélioration d’outils linguistiques
autour de dictionnaires et corpus en langues rares

Dans le cadre de nos projets scientifiques, nous recherchons un(e) ingénieur(e) en développement et déploiement d’applications web, pour un CDD de 6 mois.

Le projet : développer des dictionnaires électroniques

Lire la suite

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Petite ode au Lacito

Un laboratoire du CNRS peut-il être un terrain ?

Le Lacito le fut pour moi, entrée le 15 octobre 1974 sans formation préalable au domaine requis dans une équipe devenue Groupe puis Laboratoire. Sans formation et sans concours. Je crois bien que c’était la dernière année où l’on a pu recruter de la sorte quelqu’un qui avait juste le profil du poste à pourvoir parce qu’il était BAC + 4.

‑ Avec votre diplôme des Métiers d’Art, vous allez peut-être vous sentir à l’étroit dans un travail de secrétariat et de gestion. L’« entretien d’embauche » fut bref. J’allais acquérir les qualifications sur le tas. J’en avais, semblait-il, les compétences.

La richesse de la recherche, je m’en suis nourrie peu à peu, au contact des récits de terrain que les chercheurs échangeaient entre eux ou lors des demandes de mission qui transitaient par mes soins. J’appris que le monde était habité de « familles de langues », que les langues étaient tout aussi fragiles que les peuples qui les parlaient, qu’il fallait établir des dictionnaires pour les sauver et les rendre transmissibles. Ce patrimoine-là n’était pas conservé dans les musées. Les langues n’étaient pas des objets à l’abri de vitrines.

Des études d’art à l’anthropologie, l’éventail d’une plus grande sensibilité s’est largement déployé pour moi. Sans ce passage de huit années au Lacito, je n’aurais sans doute pas abordé les richesses humaines de tant d’autres civilisations. Le Lacito fut un « terrain » de vie plus ample. Un précieux terrain.

maitevienne

C'est dans les Hauts de Seine que je vis, anime des ateliers d'écriture et accompagne de jeunes écrivains dans leur projet d'édition. La poésie est mon champ d'investigation et d'expression majeur: deux ouvrages ont récemment vu le jour. Voir mon site web: http://www.maite-vienne-villacampa.fr

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Plus de photos, rien que des selfies !

Depuis une vingtaine d’années, nous voyons se répandre le précepte de ne rien publier sur une langue qui n’ait l’accord des gens qui la parlent. Ce précepte paraît si évident à certaines personnes qu’il s’est presque imposé dans les règlementations qu’on voit surgir, et sur lesquelles – quoiqu’il s’agisse du cœur de notre métier – on ne nous a pas demandé notre avis. Lire la suite

Les 40 ans du LACITO : Appel à communications – Call for papers

En 2016, notre laboratoire LACITO « Langues et civilisations à tradition orale » célèbre ses 40 ans d’existence. C’est là l’occasion de nous retrouver lors d’un colloque international et d’échanger avec des collègues d’horizons variés.

Colloque international 
Du terrain à la théorie : Les 40 ans du LACITO

15-17 novembre 2016

Voici notre appel à communications : LACITO-40ans Appel à communications (Fr)

~ ~ ~

Note:  Deadline for submissions extended to 3 July 2016.

In 2016, our department LACITO “Langues et civilisations à tradition orale” is celebrating its 40th anniversary. We are marking the occasion with a conference bringing together colleagues from throughout the discipline.

International conference
From field to theory : 40 years of LACITO

15-17 November 2016

Download our Call for papers:  LACITO-40years: Call for papers (Eng)

Simha Arom, l’Africain

Ethnomusicologue de renommée mondiale, musicien et directeur de Recherche émérite au sein de l’unité Langues – Musiques – Sociétés (UMR 8099) du CNRS, Simha Arom a passé cinquante ans à recueillir, étudier et décrypter les mécanismes des musiques traditionnelles, notamment les magnifiques polyphonies des Pygmées Aka de la République Centrafricaine.

« Je pense que dans ce métier étrange qui s’appelle l’ethnomusicologie, le cœur du travail consiste à collecter les musiques de l’oralité avant qu’elles ne disparaissent, puis à les décrire, comme un linguiste le ferait d’une langue qu’il découvre. » Simha Arom

Jérôme Blumberg filme le travail de Simha Arom depuis 1990. Ci-dessous un extrait de son documentaire, Simha Arom : itinéraire d’un ethnomusicologue

Réalisation : Jérôme Blumberg
Production : Le Miroir/CNRS Images

Simha Arom from jerome blumberg on Vimeo

Notre collègue et amie Denise Bernot

Bernot_Soutenance4-bsest décédée le 12 mai 2016. Elle est née le 4 février 1922. Diplômée de l’Ecole des Chartes, elle va en 1951 avec son mari Lucien Bernot en Arakan, sur le conseil de Claude Lévi-Strauss, qui les accompagnera tous deux de son amitié constante. De ce séjour et d’autres, Lucien Bernot rapportera la matière de son livre sur Les Paysans arakanais (1967), et ils écrivent ensemble Les Khyang des collines de Chittagong (Plon 1958). Denise en revient avec l’idée qu’il faut étudier le birman, et elle crée cet enseignement en France. Elle sera professeur de birman aux Langues’ O, puis INALCO pendant presque trente ans, de 1960 à sa retraite en 1989. Une grande partie de ses activités est dès lors liée à cet enseignement : le monumental Dictionnaire birman-français (15 vols. 1978-1994) qu’elle dirige, puis le Manuel de birman co-rédigé en 1995. Elle a aussi beaucoup fait pour le secteur birman (et alentour) de la Bibliothèque des Langues’O, actuelle BULAC. Toutefois, outre ses activités birmanes, livresques et humaines, Denise a reçu chez elle dans la petite maison d’Antony (aujourd’hui une sorte d’île parmi les grands immeubles) un nombre étonnant de collègues, étudiants, amis ou semi-inconnus qu’il s’agissait d’épauler, d’aider, d’encourager, de stimuler. Amie et estimée de beaucoup de savants illustres, Denise savait voir aussi bien les grandes choses que les petites. De minuscules détails de lexique ou de grammaire pouvaient la préoccuper, surtout s’il s’agissait de birman ; mais elle n’oubliait jamais, comme beaucoup des caractères issus de la Guerre, d’avoir l’œil sur de plus vastes questions, politiques, philosophiques, sociales ou humaines – qu’elle savait aussi apprécier par les détails.

François Jacquesson et San San Hnin Tun

Chers toutes et tous,
Comme vous le savez, Mme Bernot est décédée le 12 mai, et ses enfants organisent une « cérémonie » (ce n’est pas le mot, mais je ne sais pas le mot juste à employer …) le 5 juin, pour lui rendre le dernier hommage, et ils m’ont confirmé que « tous ceux qui veulent lui rendre un dernier hommage le 5 juin seront bienvenus aux 47 ce jour-là. C’est l’invitation officielle, proposée à tous ceux qui souhaitent partager ce moment ». Je vous mets en pièce jointe la copie du faire-part (qu’ils n’ont pas pu envoyer individuellement à tout le monde).
S’il y a d’autres personnes que vous connaissez (dans d’autres départements ou ailleurs), et qui ne s’affichent pas sur cette liste, partagez s’il vous plaît cette information.
Pour les fleurs, ils disent qu’elles ne sont pas indispensables, et ce sont celles de son jardin qu’elle aimait et que nous les aurons tous sous les yeux dimanche prochain.
Amicalement,

San San Hnin Tun

Faire part

Denise Bernot, Langues, Savoirs, Savoir-faire de Birmanie

Alice Vittrant, membre du LACITO jusqu’en décembre 2015, vient juste de consacrer à Denise Bernot un film documentaire (à voir ci-dessous) — lequel sera d’ailleurs très bientôt présenté au Festival du film de chercheur 2016.

Denise Bernot, née le 4 février 1922, ancienne élève de l’École des chartes, fut professeur de birman à l’Institut national des langues et civilisations orientales de 1960 à 1989. Elle y a créé la chaire de birman. Ce film est l’occasion de retracer son itinéraire étonnant et courageux.

Conseillères scientifiques :
Alice Vittrant (Université Aix-Marseille, LACITO/ DDL)
Alexandra De Mersan (Enseignant-chercheur INaLCO – Chercheur au laboratoire CASE)

Réalisatrices :
Ferlita Céline, Leducq Maryline
(c) CNRS, 2015

 

Language endangerment, social justice, and education in Oaxaca, Mexico

“Language is not a problem unless it is used as a basis for discrimination, but it has in fact been so used as far back as we have records.”
Einar Haugen, 1973, The Curse of Babel, p. 54

The equal value of all systems of communication is one of the fundamental principles of the disciplines of Linguistics and Anthropology, and is also recognized in multiple international declarations on human rights. Yet this concept remains far from accepted in daily social and political practices around the world. Language diversity is used as a basis for discrimination today as it has been throughout recorded history, as noted by Haugen in the classic quote above. Discrimination against the speakers of minoritized languages constitutes a key factor in language endangerment and shift. As a scholar in Education and Linguistics, my work focuses on drawing attention to the social inequalities created around Indigenous languages and exploring context-appropriate ways to resist and counter them. I am also especially interested in how education, as an important site of socialization, can counter or reproduce discrimination against certain speakers and languages.

IMG_20140712_152329


Diidxazá students displaying the learning materials they have created at the Universidad Autónoma Benito Juárez de Oaxaca, Tehuantepec campus Zapotec program.

During my doctoral research in the Isthmus of Tehuantepec, Oaxaca, Mexico (a 17-month ethnographic study conducted between 2013-2015), I met many people who had been influenced away from speaking their heritage language (in this case Diidxazá, or Isthmus Zapotec [zai]) due to the practices, discourses, and prejudices promoted in school settings. Although current official policy in Mexico recognizes the rights of Indigenous language speakers, there remains a great deal of work to do to change discriminatory practices on the ground. Through longitudinal observations and participation in Diidxazá education initiatives, I am attempting to understand the social dynamics within which endangered languages are used (or, increasingly, not used), and the influences of formal education in these processes.

Currently, I am excited to be a visiting researcher at LACITO while continuing to analyze data on the ethnolinguistic context in the Isthmus of Tehuantepec, in particular the discursive and metaphorical means through which Diidxazá communicative practices are (de)valued. It is also wonderful to have the opportunity to meet with Linguists and Anthropologists who work in many different parts of the world and to compare experiences and perspectives relative to language endangerment and ethnolinguistic research. Although it is daunting to note the frequency with which Indigenous language speakers are still subjected to discrimination around the world, there are many positive changes occuring through multilingual education and other human rights initiatives — and much more that can be done in the future.

Haley De Korne

I am an educator, ethnographer, linguist, and activist working in multilingual and minority language contexts. PhD Educational Linguistics, University of Pennsylvania (2016)

More Posts

A new language map for LACITO and Pangloss

We are proud to launch today a new language map. It displays all the languages which have been studied in our department CNRS–LACITO since its creation in 1976;  as well as all the languages that are featured in our online archive of language recordings, the Pangloss Collection.

The combination of these two sets yields a total of 218 languages, distributed all over the planet. First of all, here’s a nice “heatmap” visualisation:
LACITO-Pangloss_heatmap

But the main tool we are launching today is an interactive map, that links each language to online resources — especially audio recordings with their transcriptions and translations.  It can be used as a gateway to LACITO’s website, or even more importantly, a door to our Pangloss archive of language recordings.

Clicking on this picture will bring you to another page where the interactive map is presented and explained.

Carte-Pangloss_sample2

If you just can’t wait, here is a direct link to the map itself, in full screen.

Enjoy your travels!

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le LACITO à l’honneur: Journal du CNRS en Chine

CNRS_Chine_21_couvLe bureau du CNRS en Chine émet une revue périodique, Le CNRS en Chine : La vie des laboratoires. Le n°21, daté de février 2016, met à l’honneur notre laboratoire à travers une présentation des recherches de notre collègue Alexis Michaud, bien connu de nos lecteurs.

L’article s’intitule  “À l’écoute des Naxi : sur les traces de Joseph Rock, Ge A-Gan et de l’enfant crapaud” (pp.26-31), et fait connaître à un plus large public le type de travail de terrain que nous menons au LACITO.

(accès à l’article)   (accès au numéro complet)

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Qui vient avant : la poule, le poisson ou le jaguar ?

Voici une question qui passionne les linguistes et les psychologues ! Les linguistes pensent que les mots de la langue, ex. droite et gauche, sont décisifs pour notre manière de mémoriser les relations spatiales. Les psychologues quant à eux pensent que l’environnement ou l’éducation sont plus importants que le lexique ou la grammaire de la langue que nous parlons.

Pour tester la relation entre la langue et la mémorisation de l’espace, j’ai mené une petite expérience auprès des Ixcatèques, des Amérindiens du Mexique. Les Ixcatèques ne parlent plus leur langue native, l’ixcatèque, mais j’ai eu la chance de décrire certains aspects de cette langue en travaillant avec les quatre derniers locuteurs. Ainsi nous savons qu’en ixcatèque, comme dans d’autres langues indigènes du Mexique, les termes « droite » et « gauche » n’existent pas ; on emploie plutôt des termes « haut/Nord » et « bas/Sud » y compris pour décrire l’emplacement de petits objets. En espagnol, au contraire, comme en français, on décrit le plus souvent l’emplacement des petits objets en employant les termes « droite » et « gauche ».

Lire la suite

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

Une séance de travail sur la langue na du Yunnan

Mme Latami Dashilame (présentée ici) n’avait jamais participé à une enquête linguistique avant de commencer à m’enseigner sa langue, le na de Yongning. La familiarité venant, elle a bien volontiers accepté de se prêter au jeu d’enquêtes phonologiques, et d’études phonétiques recourant à des techniques un peu impressionnantes (mais d’une entière innocuité) comme l’électroglottographie, qui permet de mesurer la surface d’accolement des plis vocaux pendant la parole et ainsi d’étudier en détail tons et types phonatoires.

Pose du collier de l’électroglottographe


Pose du collier de l’électroglottographe
— (Photo Qin Qing 秦晴, 2012)

Le costume traditionnel na, qu’elle avait exceptionnellement revêtu ce jour-là pour la visite d’un journaliste curieux de nous voir au travail, comporte une coiffe élaborée incompatible avec le port d’un micro serre-tête. En revanche il se conjugue sans difficulté avec le collier de l’électroglottographe.
Lire la suite

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire PACoL du 13/01/2016: Récits et narrativité

La prochaine séance de notre séminaire LACITO “Problèmes d’Analyse et de Comparaison des Langues” aura lieu le:

​​​Mercredi 13 janvier 2016
14h30-1​7h​00

au Centre Haudricourt
7 rue Guy Môquet – 94800 Villejuif
​​Bâtiment D – Salle de conférences du rez-de-chaussée

Nous entendrons ​deux exposé​s, sur des thèmes similaires: les récits et l’art de la narration.

Lire la suite

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Recherches tonales sur le tamang

En novembre 2015, Martine Mazaudon et moi-même nous sommes rendues au Népal, dans la vallée de Kathmandu et ses environs, pour effectuer des recherches linguistiques sur le tamang. Cette langue, de la famille tibéto-birmane, est parlée par 1 350 000 locuteurs (Ethnologue, 2011) au centre du Népal.

Les villages Taglung et Risiangku (fléchés sur la carte). Source : Martine Mazaudon (2012), « Paths to tone in the Tamang branch of Tibeto-Birman (Nepal) ».

Le Népal est un pays d’une grande diversité culturelle et linguistique, où se parlent 122 langues différentes (Ethnologue). Elles incluent de nombreuses langues indo-européennes, qui n’ont pas de tons – comme la langue nationale le népali – mais aussi des langues tibéto-birmanes – comme le newar, non-tonal, et le tamang, tonal.

Notre enquête de terrain a été en partie financée par l’opération PPC2 du Labex-EFL: “Approches évolutives de la phonologie: Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes (en diachronie et panchronie)”. Lors de cette enquête, nous avons recueilli:

  • des enregistrements audio-visuels de récits (extraits prochainement mis en ligne dans la Collection Pangloss), racontés par des locuteurs de différents dialectes du tamang, au sujet des tremblements de terre de 2015
  • des enregistrements audio et EGG (électroglottographiques, voir plus bas) de deux locuteurs de tamang du village de Risiangku et cinq locuteurs de tamang du village de Taglung (cf. la carte).

Lire la suite

Jiayin Gao

Jiayin Gao est ingénieur de recherches au LACITO. Elle étudie les variations tonales et l'évolution des tons dans les langues sino-tibétaines.

More Posts - Website

En souvenir de Maurice Coyaud

Notre collègue et ami Maurice Coyaud nous a quittés lundi 28 Décembre 2015, sur le chemin de retour de son bureau au Lacito où il mettait la dernière main à son prochain ouvrage.

Contes-InuitAuteur prolifique et esprit curieux, Maurice Coyaud a publié pas moins de 73 ouvrages et de nombreux articles portant sur les langues et cultures de l’Asie – ouvrages scientifiques portant sur de grandes langues comme la grammaire du chinois publiée en 1976 avec Marie-Claude Paris, ou témoignages d’un amoureux du folklore universel comme Contes et Légendes des Inuit en 2006.

Ses travaux de linguistique ont commencé par quelques études sur les langages documentaires, et les articulations logiques du discours. Mais très vite, Maurice Coyaud a été repris par son amour de l’Orient où il était né. Ses principaux travaux ont porté sur le chinois – langue pour laquelle il a même été inspecteur général – mais aussi sur le coréen, le japonais, le tagalog, le birman, sur les systèmes d’écriture d’Extrême-Orient dans leur relation à la phonétique. Il s’est aussi attaché à l’étude de petites langues en Nouvelle-Calédonie. Mais les langues l’intéressaient aussi pour les cultures et traditions qu’elles portent. Commençant par une étude sur le lexique japonais de l’histoire naturelle et de la biologie, il s’est très vite attaché à connaître et faire connaître les littératures écrites et orales des peuples qu’il visitait. Car Maurice était aussi un grand voyageur, pour la science et pour le plaisir.

Maurice Coyaud était un grand polyglotte: traduire l’amusait. Il recherchait en français des
expressions quelquefois rares, désuètes ou burlesques pour évoquer l’impression que lui avait faite un récit traditionnel de Nouvelle-Calédonie, de Thaïlande, du Vietnam ou d’ailleurs. Il était un collaborateur régulier de la Quinzaine littévolaitraire où il présentait aussi les traductions des autres; son dernier article paru dans la Quinzaine en octobre 2015 était consacré à la publication récente d’une traduction française des entretiens de Confucius, faite au dix-septième siècle, à partir du latin, par un médecin-explorateur. Maurice y trouvait l’occasion d’apprécier des traductions de traductions. La petite maison d’édition qu’il a fondée Pour l’analyse du folklore (P.A.F.) a fait connaître à un large public des contes et légendes totalement inédits. Il poursuivait son œuvre, inlassablement, quand il nous a quittés pour rejoindre « l’homme qui volait au-dessus des arbres ».