Le concept ambigu de « patrimoine » et les Sciences humaines et sociales

La Commission de l’ANR qui a cette année décidé des projets à retenir dans nos disciplines était la CE27 (la 27e sur 41 commissions) nommée « Culture – Patrimoine ». Au vu des 14 projets choisis, on voit qu’il s’agissait d’archéologie, d’anthropologie (au sens cognitif : mathématique et mécanique ; pas d’anthropologie sociale), de géographie, d’histoire moderne et contemporaine, d’histoire des sciences (Condorcet), de linguistique. Cette dernière spécialité « culturelle-patrimoniale » est représentée par deux projets (imperfectif dans le Caucase, syntaxe d’un pidgin du Nigéria).

On trouvera tout à la fin un tableau qui rassemble les intitulés de chaque Commission, et leurs décisions en termes de projets à financer, selon les trois catégories (« instruments de financement ») qui leur étaient imposées : (1) Jeune chercheur, (2) ordinaire, (3) lié à l’entreprise. Le document complet est consultable ci-dessous.

Lire la suite

Le monde animal des Gbáyá ɓòdòè

Les Gbáyá ɓòdòè font partie de l’ethnie gbaya kara et forment un groupe homogène d’environ 5000 personnes réparties en une quarantaine de villages au sud-ouest de Bouar, en République centrafricaine. Culture de tradition orale, ce peuple valorise énormément l’art de manier le verbe.

Les Gbáyá ɓòdòè organisent le monde animal en deux grands groupes :

  • les gibiers ou vertébrés (« sàdi »)
  • les insectes ou invertébrés (« kôkôdo-mb »)

Lire la suite

Offre d’emploi : CDD développeur

Développement et amélioration d’outils linguistiques
autour de dictionnaires et corpus en langues rares

Dans le cadre de nos projets scientifiques, nous recherchons un(e) ingénieur(e) en développement et déploiement d’applications web, pour un CDD de 6 mois.

Le projet : développer des dictionnaires électroniques

Lire la suite

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Chasse en pays aka

En 1987, le LACITO organisa une exposition intitulée « Nommer son milieu naturel » lors du salon « Expolangues », porte de Versailles. Jacqueline Thomas, fondatrice du LACITO (1976) et spécialiste des langues africaines, proposa une incursion dans l’art d’imiter les animaux des chasseurs pygmées aka de Centrafrique.

Lorsqu’ils partent chasser, les Pygmées Aka imitent les cris des animaux qu’ils souhaitent attirer comme :

-l’éléphant : dans le troupeau au repos, des bruits de feuillages arrachés, des soufflements, des piétinements, de petits cris, des bruissements d’oreilles et de queues…
-le céphalophe à bande dorsale noire : L’animal dans les buissons, son cri d’inquiétude et d’appel…
-la vieille panthère : elle n’est plus apte à attraper du gibier et n’hésite pas à se rabattre sur une proie plus facile, jeune enfant imprudemment isolé, femmes à la collecte, chasseur solitaire…
Et aussi :
le vieux gorille, le céphalophe à dos jaune, le crocodile de forêt, le calao à cuisses blanches, le chimpanzé, le potamochère, la nandinie, la mangouste noire des marais, le coucal huppé, le râle à pattes rouges et la pintade huppée.

 Cliquer sur l’image ci-dessous pour entendre des imitations d’animaux :

© Jacqueline M.C. Thomas (CNRS-LACITO, 1987)

 

 

Petite ode au Lacito

Un laboratoire du CNRS peut-il être un terrain ?

Le Lacito le fut pour moi, entrée le 15 octobre 1974 sans formation préalable au domaine requis dans une équipe devenue Groupe puis Laboratoire. Sans formation et sans concours. Je crois bien que c’était la dernière année où l’on a pu recruter de la sorte quelqu’un qui avait juste le profil du poste à pourvoir parce qu’il était BAC + 4.

‑ Avec votre diplôme des Métiers d’Art, vous allez peut-être vous sentir à l’étroit dans un travail de secrétariat et de gestion. L’« entretien d’embauche » fut bref. J’allais acquérir les qualifications sur le tas. J’en avais, semblait-il, les compétences.

La richesse de la recherche, je m’en suis nourrie peu à peu, au contact des récits de terrain que les chercheurs échangeaient entre eux ou lors des demandes de mission qui transitaient par mes soins. J’appris que le monde était habité de « familles de langues », que les langues étaient tout aussi fragiles que les peuples qui les parlaient, qu’il fallait établir des dictionnaires pour les sauver et les rendre transmissibles. Ce patrimoine-là n’était pas conservé dans les musées. Les langues n’étaient pas des objets à l’abri de vitrines.

Des études d’art à l’anthropologie, l’éventail d’une plus grande sensibilité s’est largement déployé pour moi. Sans ce passage de huit années au Lacito, je n’aurais sans doute pas abordé les richesses humaines de tant d’autres civilisations. Le Lacito fut un « terrain » de vie plus ample. Un précieux terrain.

maitevienne

C'est dans les Hauts de Seine que je vis, anime des ateliers d'écriture et accompagne de jeunes écrivains dans leur projet d'édition. La poésie est mon champ d'investigation et d'expression majeur: deux ouvrages ont récemment vu le jour. Voir mon site web: http://www.maite-vienne-villacampa.fr

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Ethnomusicologie au Lacito

Au début des années 1980, grâce aux progrès technologiques et à de nouvelles méthodes d’investigation, le Département Ethnomusicologie du LACITO, créé en 1981 par Jacqueline Thomas, fait faire un bond en avant à la discipline.

En effet, l’ethnomusicologue Simha Arom met au point la méthode de l’enregistrement en re-recording ou playback qui, appliquée à la rythmique des musiques traditionnelles d’Afrique centrale, permit au chercheur de transcrire et d’analyser des polyphonies et polyrythmies instrumentales et vocales complexes. Les musiques subsahariennes sont fondamentalement constituées de variations à partir de motifs mélodiques se répétant de manière régulière. Ce sont des chants à une ou plusieurs voix qui se croisent ou se superposent sur un tempo donné (accompagnement polyrythmique de percussions et d’instruments mélodiques) où chaque ligne mélodique peut se développer indépendamment des autres.

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

L’enregistrement en re-recording est une technique qui permet d’isoler les voix d’une polyphonie sans perdre son mode d’imbrication, donnant ainsi la possibilité d’étudier plus aisément les composantes de cette forme musicale.

Comment ça marche ? Les diverses voix ne sont pas enregistrées simultanément mais successivement, chaque chanteur entendant à l’aide d’un casque la ou les parties du ou des chanteurs qui l’ont précédé. Ainsi, chaque voix de la polyphonie se trouve consignée sur une piste séparée d’une bande magnétique (voir ici cette technique dans le détail). Cette technique ouvrit la voie à l’utilisation de l’enregistrement en multipistes (Fabrice Marandola, 1999).

Simha Arom s’est consacré, entre autres, à l’étude approfondie des chants polyphoniques pygmées qu’il a pu modéliser. Les chants pygmées constituent, très certainement, un des patrimoines musicaux les plus fascinants au monde. Ce peuple chante de façon extrêmement émouvante un vaste répertoire étroitement lié aux activités quotidiennes : moments graves ou sérieux, tristes ou gais, moments de réjouissance, moments d’intense labeur… Cette musique vocale et collective se pratique sans chef ni partition et se transmet de génération en génération. D’après Simha Arom, cette musique « est tout à fait comparable, aussi bien par la complexité rythmique que par les règles qui régissent la polyphonie, à certaines formes savantes qui avaient cours en Europe entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle »[1]. Les archives sonores de Simha Arom ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.

[1] Cité dans « Les dernières Tribus ». Chapitre consacré aux Pygmées Aka (Michel de Pracontal) Sous la direction de J.F. Held. Flammarion/L’Événement du Jeudi, 1988.

casqueExtrait sonore enregistré par Simha Arom : « Hindehu » par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet.

 

videoVidéo par Jeanie Heckman : « Les chants polyphoniques des Pygmées Aka de Centrafrique ».


Pour en savoir plus :

Plus de photos, rien que des selfies !

Depuis une vingtaine d’années, nous voyons se répandre le précepte de ne rien publier sur une langue qui n’ait l’accord des gens qui la parlent. Ce précepte paraît si évident à certaines personnes qu’il s’est presque imposé dans les règlementations qu’on voit surgir, et sur lesquelles – quoiqu’il s’agisse du cœur de notre métier – on ne nous a pas demandé notre avis. Lire la suite

Les 40 ans du LACITO : Appel à communications – Call for papers

En 2016, notre laboratoire LACITO « Langues et civilisations à tradition orale » célèbre ses 40 ans d’existence. C’est là l’occasion de nous retrouver lors d’un colloque international et d’échanger avec des collègues d’horizons variés.

Colloque international 
Du terrain à la théorie : Les 40 ans du LACITO

15-17 novembre 2016

Voici notre appel à communications : LACITO-40ans Appel à communications (Fr)

~ ~ ~

Note:  Deadline for submissions extended to 3 July 2016.

In 2016, our department LACITO “Langues et civilisations à tradition orale” is celebrating its 40th anniversary. We are marking the occasion with a conference bringing together colleagues from throughout the discipline.

International conference
From field to theory : 40 years of LACITO

15-17 November 2016

Download our Call for papers:  LACITO-40years: Call for papers (Eng)

Simha Arom, l’Africain

Ethnomusicologue de renommée mondiale, musicien et directeur de Recherche émérite au sein de l’unité Langues – Musiques – Sociétés (UMR 8099) du CNRS, Simha Arom a passé cinquante ans à recueillir, étudier et décrypter les mécanismes des musiques traditionnelles, notamment les magnifiques polyphonies des Pygmées Aka de la République Centrafricaine.

« Je pense que dans ce métier étrange qui s’appelle l’ethnomusicologie, le cœur du travail consiste à collecter les musiques de l’oralité avant qu’elles ne disparaissent, puis à les décrire, comme un linguiste le ferait d’une langue qu’il découvre. » Simha Arom

Jérôme Blumberg filme le travail de Simha Arom depuis 1990. Ci-dessous un extrait de son documentaire, « Simha Arom : itinéraire d’un ethnomusicologue »

Réalisation : Jérôme Blumberg
Production : Le Miroir/CNRS Images

Notre collègue et amie Denise Bernot

Bernot_Soutenance4-bsest décédée le 12 mai 2016. Elle est née le 4 février 1922. Diplômée de l’Ecole des Chartes, elle va en 1951 avec son mari Lucien Bernot en Arakan, sur le conseil de Claude Lévi-Strauss, qui les accompagnera tous deux de son amitié constante. De ce séjour et d’autres, Lucien Bernot rapportera la matière de son livre sur Les Paysans arakanais (1967), et ils écrivent ensemble Les Khyang des collines de Chittagong (Plon 1958). Denise en revient avec l’idée qu’il faut étudier le birman, et elle crée cet enseignement en France. Elle sera professeur de birman aux Langues’ O, puis INALCO pendant presque trente ans, de 1960 à sa retraite en 1989. Une grande partie de ses activités est dès lors liée à cet enseignement : le monumental Dictionnaire birman-français (15 vols. 1978-1994) qu’elle dirige, puis le Manuel de birman co-rédigé en 1995. Elle a aussi beaucoup fait pour le secteur birman (et alentour) de la Bibliothèque des Langues’O, actuelle BULAC. Toutefois, outre ses activités birmanes, livresques et humaines, Denise a reçu chez elle dans la petite maison d’Antony (aujourd’hui une sorte d’île parmi les grands immeubles) un nombre étonnant de collègues, étudiants, amis ou semi-inconnus qu’il s’agissait d’épauler, d’aider, d’encourager, de stimuler. Amie et estimée de beaucoup de savants illustres, Denise savait voir aussi bien les grandes choses que les petites. De minuscules détails de lexique ou de grammaire pouvaient la préoccuper, surtout s’il s’agissait de birman ; mais elle n’oubliait jamais, comme beaucoup des caractères issus de la Guerre, d’avoir l’œil sur de plus vastes questions, politiques, philosophiques, sociales ou humaines – qu’elle savait aussi apprécier par les détails.

François Jacquesson et San San Hnin Tun

Chers toutes et tous,
Comme vous le savez, Mme Bernot est décédée le 12 mai, et ses enfants organisent une « cérémonie » (ce n’est pas le mot, mais je ne sais pas le mot juste à employer …) le 5 juin, pour lui rendre le dernier hommage, et ils m’ont confirmé que « tous ceux qui veulent lui rendre un dernier hommage le 5 juin seront bienvenus aux 47 ce jour-là. C’est l’invitation officielle, proposée à tous ceux qui souhaitent partager ce moment ». Je vous mets en pièce jointe la copie du faire-part (qu’ils n’ont pas pu envoyer individuellement à tout le monde).
S’il y a d’autres personnes que vous connaissez (dans d’autres départements ou ailleurs), et qui ne s’affichent pas sur cette liste, partagez s’il vous plaît cette information.
Pour les fleurs, ils disent qu’elles ne sont pas indispensables, et ce sont celles de son jardin qu’elle aimait et que nous les aurons tous sous les yeux dimanche prochain.
Amicalement,

San San Hnin Tun

Faire part

Denise Bernot, Langues, Savoirs, Savoir-faire de Birmanie

Alice Vittrant, membre du LACITO jusqu’en décembre 2015, vient juste de consacrer à Denise Bernot un film documentaire (à voir ci-dessous) — lequel sera d’ailleurs très bientôt présenté au Festival du film de chercheur 2016.

Denise Bernot, née le 4 février 1922, ancienne élève de l’École des chartes, fut professeur de birman à l’Institut national des langues et civilisations orientales de 1960 à 1989. Elle y a créé la chaire de birman. Ce film est l’occasion de retracer son itinéraire étonnant et courageux.

Conseillères scientifiques :
Alice Vittrant (Université Aix-Marseille, LACITO/ DDL)
Alexandra De Mersan (Enseignant-chercheur INaLCO – Chercheur au laboratoire CASE)

Réalisatrices :
Ferlita Céline, Leducq Maryline
(c) CNRS, 2015

 

Language endangerment, social justice, and education in Oaxaca, Mexico

“Language is not a problem unless it is used as a basis for discrimination, but it has in fact been so used as far back as we have records.”
Einar Haugen, 1973, The Curse of Babel, p. 54

The equal value of all systems of communication is one of the fundamental principles of the disciplines of Linguistics and Anthropology, and is also recognized in multiple international declarations on human rights. Yet this concept remains far from accepted in daily social and political practices around the world. Language diversity is used as a basis for discrimination today as it has been throughout recorded history, as noted by Haugen in the classic quote above. Discrimination against the speakers of minoritized languages constitutes a key factor in language endangerment and shift. As a scholar in Education and Linguistics, my work focuses on drawing attention to the social inequalities created around Indigenous languages and exploring context-appropriate ways to resist and counter them. I am also especially interested in how education, as an important site of socialization, can counter or reproduce discrimination against certain speakers and languages.

IMG_20140712_152329


Diidxazá students displaying the learning materials they have created at the Universidad Autónoma Benito Juárez de Oaxaca, Tehuantepec campus Zapotec program.

During my doctoral research in the Isthmus of Tehuantepec, Oaxaca, Mexico (a 17-month ethnographic study conducted between 2013-2015), I met many people who had been influenced away from speaking their heritage language (in this case Diidxazá, or Isthmus Zapotec [zai]) due to the practices, discourses, and prejudices promoted in school settings. Although current official policy in Mexico recognizes the rights of Indigenous language speakers, there remains a great deal of work to do to change discriminatory practices on the ground. Through longitudinal observations and participation in Diidxazá education initiatives, I am attempting to understand the social dynamics within which endangered languages are used (or, increasingly, not used), and the influences of formal education in these processes.

Currently, I am excited to be a visiting researcher at LACITO while continuing to analyze data on the ethnolinguistic context in the Isthmus of Tehuantepec, in particular the discursive and metaphorical means through which Diidxazá communicative practices are (de)valued. It is also wonderful to have the opportunity to meet with Linguists and Anthropologists who work in many different parts of the world and to compare experiences and perspectives relative to language endangerment and ethnolinguistic research. Although it is daunting to note the frequency with which Indigenous language speakers are still subjected to discrimination around the world, there are many positive changes occuring through multilingual education and other human rights initiatives — and much more that can be done in the future.

Haley De Korne

I am an educator, ethnographer, linguist, and activist working in multilingual and minority language contexts. PhD Educational Linguistics, University of Pennsylvania (2016)

More Posts

A new language map for LACITO and Pangloss

We are proud to launch today a new language map. It displays all the languages which have been studied in our department CNRS–LACITO since its creation in 1976;  as well as all the languages that are featured in our online archive of language recordings, the Pangloss Collection.

The combination of these two sets yields a total of 218 languages, distributed all over the planet. First of all, here’s a nice “heatmap” visualisation:
LACITO-Pangloss_heatmap

But the main tool we are launching today is an interactive map, that links each language to online resources — especially audio recordings with their transcriptions and translations.  It can be used as a gateway to LACITO’s website, or even more importantly, a door to our Pangloss archive of language recordings.

Clicking on this picture will bring you to another page where the interactive map is presented and explained.

Carte-Pangloss_sample2

If you just can’t wait, here is a direct link to the map itself, in full screen.

Enjoy your travels!

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le LACITO à l’honneur: Journal du CNRS en Chine

CNRS_Chine_21_couvLe bureau du CNRS en Chine émet une revue périodique, Le CNRS en Chine : La vie des laboratoires. Le n°21, daté de février 2016, met à l’honneur notre laboratoire à travers une présentation des recherches de notre collègue Alexis Michaud, bien connu de nos lecteurs.

L’article s’intitule  “À l’écoute des Naxi : sur les traces de Joseph Rock, Ge A-Gan et de l’enfant crapaud” (pp.26-31), et fait connaître à un plus large public le type de travail de terrain que nous menons au LACITO.

(accès à l’article)   (accès au numéro complet)

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Qui vient avant : la poule, le poisson ou le jaguar ?

Voici une question qui passionne les linguistes et les psychologues ! Les linguistes pensent que les mots de la langue, ex. droite et gauche, sont décisifs pour notre manière de mémoriser les relations spatiales. Les psychologues quant à eux pensent que l’environnement ou l’éducation sont plus importants que le lexique ou la grammaire de la langue que nous parlons.

Pour tester la relation entre la langue et la mémorisation de l’espace, j’ai mené une petite expérience auprès des Ixcatèques, des Amérindiens du Mexique. Les Ixcatèques ne parlent plus leur langue native, l’ixcatèque, mais j’ai eu la chance de décrire certains aspects de cette langue en travaillant avec les quatre derniers locuteurs. Ainsi nous savons qu’en ixcatèque, comme dans d’autres langues indigènes du Mexique, les termes « droite » et « gauche » n’existent pas ; on emploie plutôt des termes « haut/Nord » et « bas/Sud » y compris pour décrire l’emplacement de petits objets. En espagnol, au contraire, comme en français, on décrit le plus souvent l’emplacement des petits objets en employant les termes « droite » et « gauche ».

Lire la suite

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website