Le concept ambigu de « patrimoine » et les Sciences humaines et sociales

La Commission de l’ANR qui a cette année décidé des projets à retenir dans nos disciplines était la CE27 (la 27e sur 41 commissions) nommée « Culture – Patrimoine ». Au vu des 14 projets choisis, on voit qu’il s’agissait d’archéologie, d’anthropologie (au sens cognitif : mathématique et mécanique ; pas d’anthropologie sociale), de géographie, d’histoire moderne et contemporaine, d’histoire des sciences (Condorcet), de linguistique. Cette dernière spécialité « culturelle-patrimoniale » est représentée par deux projets (imperfectif dans le Caucase, syntaxe d’un pidgin du Nigéria).

On trouvera tout à la fin un tableau qui rassemble les intitulés de chaque Commission, et leurs décisions en termes de projets à financer, selon les trois catégories (« instruments de financement ») qui leur étaient imposées : (1) Jeune chercheur, (2) ordinaire, (3) lié à l’entreprise. Le document complet est consultable ci-dessous.

  1. Description

Un examen soigneux, comportant la lecture des titres des projets (en supposant bien sûr qu’ils sont significatifs du contenu), montre que les Sciences Humaines et Sociales sont divisées en 5 commissions, selon un découpage qui n’est pas explicité. On voit que la Direction de l’ANR a voulu (ou a accepté de) sortir des SHS ordinaires plusieurs secteurs afin de les valoriser. Voici le tableau, puis une description sommaire.

(1) (2) (3)
CE26 Innovation – travail 7 9 3
CE27 Culture – patrimoine 6 8 0
CE28 Education – apprentissage 6 10 0
CE38 La révolution numérique : rapports aux savoirs et à la culture 3 5 3
CE41 Inégalités, discriminations, migrations 4 5 0
26 37 6

CE26 avec 19 projets, traitant de sujets divers mais vus sous leur angle « sociétal » et souvent juridique ou économique : avenir du droit du travail, division sexuée du travail dans les couples, communication, prix et marchés, régulations internationales à partir de l’exemple de la pêche, microéconomie, corruption, croissance et emploi, médicament etc.

CE28 avec 16 projets, traitant de psychologie cognitive, de perception et de développement ; certains sujets ont une inflexion comportementale, d’autres linguistique, plusieurs (une moitié environ) ont un lien avec la scolarité ou l’enseignement.

CE38 (juste après les « Neurosciences intégrées », p. 161), avec 11 projets qui touchent à des sujets assez divers (mathématique, traitement automatique des textes, phonologie, épistémologie, archéologie romaine etc.).

CE41 (tout à la fin, probablement ajoutée in extremis, p. 173), avec 9 projets qu’on aurait attendus en CE27 mais que de toute évidence l’actualité émotionnelle (migrants, peur, agression, valeur de la liberté, travail urbain, inégalités, insécurité etc.) a fait mettre à part.

Si l’on cherche, au moyen d’une approximation évidemment imparfaite (les sommes allouées ne sont pas indiquées), à juger de l’intérêt de l’ANR ou de ses commanditaires pour les disciplines scientifiques de cette saison, on voit que l’ensemble des 5 sections ci-dessus représentent 69 projets (8,6 %), et la CE27, elle, 14 projets (1,7 %).

Je souhaite ajouter explicitement que je ne mets pas du tout en cause le travail considérable des diverses commissions, ni la qualité des projets. Pour ce qui concerne les commissions, les dossiers sont nombreux et les conditions de travail sont loin d’être optimales, ne serait-ce (comme l’a souligné la Commission de maths dans un communiqué) que parce que chaque Commission travaille sans savoir de quelle somme elle dispose, ni s’il convient de valoriser les petits projets ou les gros, etc. Il est probable qu’on recommande aux Commissions de veiller à financer les projets dans le souci de l’équité féminin – masculin.

  1. Analyse

Ce que je mets en cause, c’est ce qui se passe en amont. C’est-à-dire le « découpage  des circonscriptions », qui joue évidemment un rôle majeur dans l’orientation qu’on veut donner à la Recherche scientifique. Et à ce titre, je suis perplexe sur le terme de « Patrimoine » qu’on a donné en CE27 à ce qui n’est pas un sous-ensemble thématique défini, puisque certaines disciplines sont représentées à la fois en CE27 ‘Culture-Patrimoine’ et aussi dans une ou plusieurs des 4 autres.

Il me paraît délicat de prétendre savoir quelles sont les pensées ou les objectifs détaillés qui ont motivé ce découpage, d’autant qu’il a pu se trouver des options contradictoires, des pressions non convergentes, des décisions reprises ou ajoutées à la dernière minute. En revanche, il me paraît normal que les agents de la Recherche étudient ces dispositions, puisqu’elles sont le modèle que fournit un partenaire majeur, l’ANR. On peut sans crainte de trop se tromper faire deux observations.

(1) Le modèle classique des Sciences Humaines & Sociales, vu par l’ANR, est has been : non pas parce que ces sciences n’auraient plus d’objet commun, mais parce que l’ANR trouve tactiquement astucieux de les disloquer sur des critères opaques en cinq CE, dont deux (CE38 et CE41) ont été placées loin du groupe d’origine (CE26 à 28). CE27 possède un objet (ou un terrain de compétence, si l’on préfère) facile à identifier par les acteurs du CNRS et ceux de l’Université par exemple, alors même que ces deux institutions ne présentent pas une cartographie identique des disciplines. Il est clair que les autres CE ont été sorties hors de ce giron, sans correspondre à des disciplines particulières (on n’a pas cherché, par exemple, à isoler l’anthropologie, ou la linguistique, ou l’histoire etc.). Et il est probable que cette soustraction s’est faite sur des critères de « visibilité », c’est-à-dire de mode. On a cherché « l’impact » – en présumant des cadavres.

Comme les concepteurs de la CE26 n’ont pas voulu mettre en avant le terme « Société » que les anthropologues risquaient de voir comme leur province, ils l’ont appelé « Travail » (mais est-ce moins anthropologique ?) et l’ont ornée d’un absurde « Innovation » dont on se demande quelle fonction cosmétique il a à cet endroit. Au vu de plusieurs des projets financés, il aurait été plus clair de l’appeler Economie : faut-il rougir du terme ? CE28 est la page « Cognitive », mais comme on ne peut pas nier que beaucoup d’autres recherches ont un rapport aussi étroit avec la cognition, on lui a cherché une enseigne « à l’ancienne » qui cette fois laisse tomber (dans les mots, pas dans les faits) l’Innovation réservée aux collègues. Quant aux deux autres, les expatriées, on ne peut nier que CE38 a une nette inflexion informatique, mais ses thèmes de recherche ne sont pas l’informatique (il y a pour cela plusieurs autres CE) ; on a donc utilisé des critères à géométrie variable : difficile d’y voir une méthode. L’exemple le plus amateur est sans doute le dernier, la CE 41, dont quelqu’un a soudain décidé – dirait-on –  qu’on n’allait quand même pas laisser un sujet aussi précieux et aussi « stratégique » aux sciences humaines et sociales ! On allait en faire un plat à part ! « Chaud, devant ! » – malheureusement, il n’y avait de place que derrière, à la fin en 41.

(2) Le reste est « Culture et Patrimoine ». Les sujets pleins d’avenir ayant été adroitement soustraits à ces malheureuses Sciences Humaines et Sociales, on peut désormais regarder ces dernières avec commisération. Elles figureront maintenant au rang de potiche agréable, comme disciplines de luxe qui ne sont vraisemblablement pas très utiles au Monde de Demain : l’archéologie, l’histoire, les langues qui disparaissent, les sauvages exotiques qui restent encore, comme les vieux châteaux qu’on a bien raison de réparer – bref « Culture et Patrimoine ». En France en tout cas, on ne peut pas mépriser les vieux châteaux, qui nous apportent des touristes par millions.

Evidemment, nos sciences, toutes humaines et sociales, n’ont rien à voir avec cette vision édulcorée et idiote que semblent proposer (dans ce cadre-là) les mots de « culture » et de « patrimoine ». L’Histoire, ce n’est pas une science du passé – sinon, elle serait faite ! La géographie, c’est une science au cœur de la planète vivante. L’anthropologie nous sert à vivre tous les jours, à désarmer la bêtise, les rumeurs, les préjugés, et à voir les catégories qu’on nous sert (soit dit en passant) d’un œil critique. J’évite de parler de ma propre discipline – mais c’est par modestie, voilà tout.

(1) (2) (3)
CE01 Terre fluide et solide 5 7 1
CE02 Terre vivante 6 10 0
CE03 Interactions Homme-environnement 3 4 1
CE04 Technologie pour l’environnement 3 3 7
CE05 Production et gestion des énergies renouvelables 7 13 7
CE06 Transformations et usages efficaces de l’énergie 4 5 3
CE07 Systèmes catalytiques et procédés de synthèse 11 17 2
CE08 Matériaux et procédés 8 17 17
CE09 Nanomatériaux et nanotechnologies pour les produits du futur 7 14 6
CE10 Usine du futur 4 1 4
CE11 Biochimie, biophysique, biologie moléculaire et structurale 7 26 0
CE12 Génétique, génomique, expression des gènes, ARN régulateurs 9 24 1
CE13 Biologie cellulaire, biologie du développement 7 14 0
CE14 Physiologie, physiopathologie 9 22 0
CE15 Immunologie, infectiologie 7 18 0
CE16 Neurosciences, neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurobiologie du développement 6 18 1
CE17 Recherche translationnelle  en santé 3 15 4
CE18 Innovation biomédicale 5 13 11
CE19 Technologies pour la santé 4 7 7
CE20 Biologie des animaux, des végétaux et des micro-organismes / Biotechnologies 5 13 5
CE21 Alimentation, systèmes alimentaires 1 3 4
CE22 Mobilité et systèmes urbains durables 3 4 6
CE23 Données, Connaissances, Données massives – Simulation numérique / HPC + BigData 7 4 4
CE24 Micro et nanotechnologie pour le traitement de l’information et la communication 9 13 6
CE25 Infrastructures (Réseau, Calcul et Stockage) hautes performances, Sciences et technologies Logicielles 5 4 4
CE26 Innovation – travail 7 9 3
CE27 Culture – patrimoine 6 8 0
CE28 Education – apprentissage 6 10 0
CE29 Chimie et biotechnologies, analyse et modélisation 8 15 3
CE30 Physique des milieux condensés et dilués 11 16 1
CE31 Physique subatomique, sciences de l’univers, Structure et histoire de la Terre 8 13 1
CE32 Dynamique des écosystèmes en vue de leur gestion durable 2 5 1
CE33 Interactions, robotique, contenus / Automatique, signal 10 9 5
CE34 Environnement Santé – Contaminants 4 4 3
CE35 Environnement santé – maladies émergentes et réémergentes 4 6 1
CE36 Santé publique 2 6 0
CE37 Neurosciences intégrées 8 12 0
CE38 La révolution numérique : rapports aux savoirs et à la culture 3 5 3
CE39 Sécurité globale et cybersécurité 5 6 4
CE40 Mathématiques, informatique 14 11 0
CE41 Inégalités, discriminations, migrations 4 5 0
247 429 126

Au total : 802 projets.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *