Le nouveau format de la culture (version 2)

Note éditoriale in fine !

Notons d’abord un phénomène rhétorique intéressant : si j’avais écrit en titre : « La culture : le nouveau format », je crois que la plupart des lecteurs l’auraient ressenti de façon positive, voire alléchante ; l’écrivant comme j’ai fait, le lecteur renifle le vieux style, et subodore un accent grincheux. Voyons voir !

  1. ‘Cultural studies’, a view from the neighbours (vues du même palier de l’immeuble)

L’accent en question vient de ma lecture du catalogue de l’éditeur Peter Lang. Je n’ai rien contre cet éditeur, qui est plus courageux que d’autres puisqu’il publie des livres dont les commerciaux ordinaires ont décidé d’avance qu’ils ne se vendront pas. Non, ce qui m’a retenu, c’est que parmi les chapitres de son catalogue, il y a « Cultural Studies ».

https://www.peterlang.com/page/Subject$0020Catalogues/subject-catalogues

Je pense que pour mieux comprendre ce qu’il entend par là, il faut regarder à quelles autres rubriques celle-ci s’oppose. C’est moi qui ajoute les numéros.

1-Theology and religious studies

2-Cultural studies

3-History

4-Law

5-Romance languages and literatures

6-German language and literatures

7-Politics

8-Media and Communication

9-English language and literatures

10-Comparative literature

11-Economics and Management

12-Linguistics

13-Philosophy

14-Translation studies

15-American studies

16-Education

17-The arts

Il ne s’agit donc pas d’un clivage du genre de Physical / Social Anthropology (qu’en français on pouvait résoudre en ‘anthropologie physique’ et ‘ethnologie’), opposant les sciences dépendantes de mesures à celles qui s’occupent (aussi) de quantités non-mesurables. En même temps, on voit bien que « culture » n’est pas ici pris au sens courant de ce-qui-s’oppose-à-« nature », comme l’acquis à l’inné, puisque, avec cette définition, toutes les autres rubriques sont tout autant de l’ordre de la culture – et en effet toutes appartiennent à ce que nous appelons les « Sciences humaines et sociales » dont s’occupe cet éditeur. Les langues, en particulier, qui sont essentielles ou importantes dans beaucoup des rubriques (5, 6, 8, 9, 10, 12, 14, 15, 16), peuvent difficilement être exclues de la « culture », dès lors qu’on y voit une configuration construite transmissible par l’apprentissage.

On pourrait même s’amuser à faire un sondage, à l’entrée d’une université, en faisant une liste à quizz, où figureraient : religion – histoire – droit – langues – littérature – politique – économie et gestion – philosophie – éducation – arts ; et en demandant aux gens : il en manque un, lequel ?

A votre avis ?

  1. ‘Cultural studies’, a view from inside (depuis la cuisine)

Ouvrons donc ce chapitre du catalogue de notre éditeur. Nous y trouvons une introduction qui se garde bien de définir le ‘champ’ du chapitre, mais le tient pour acquis et cherche à le mettre en valeur par quelques titres phares. Mais nous trouvons une description en extension de ce qu’il entend par sa rubrique, en consultant la table des matières des Recent publications :

A-General Sociology

B-Empirical Socological Research

C-Specialised Sociological Fields

D-Cultural Anthropology

E-Cultural Sociology

F-Archaeological Ethnology

G-Cultural philosophy

H-Cultural History and History of the Humanities

I-Cutural Research

J-Regional Ethnology

K-Race studies

L-Gender ans Sexuality Studies

Donc : sociologie, anthropologie (dite non pas sociale mais ‘culturelle’), une ethnologie archéologique ( ! moi qui croyait qu’en ethno, on pouvait aller voir ce que faisaient les gens) ainsi (en J) que régionale, philosophie, histoire, humanités, culture (telle qu’en elle-même, en I), ‘race’ et ‘genre’ – qui apparemment ne sont ni de l’ethnologie ni de la sociologie.

Bien entendu, on ne peut pas tirer une théorie complète d’un catalogue d’éditeur, qui fait ce qu’il peut pour donner une cohérence à ce qu’il publie. Et encore moins lui en faire un procès. Simplement, c’est un bon observatoire. Car qui fait la théorie de cela ? Et si on voulait la faire, quelles seraient nos sources ? Eh bien, ce serait les organigrammes des universités et des organismes de recherche, les catalogues des grands éditeurs, les catalogues des grandes bibliothèques etc. J’en ai déjà parlé dans ce Blog du LACITO à propos de l’ANR, l’Agence Nationale pour la Recherche ; voici donc une autre voie d’approche.

Evidemment, me direz-vous : ce ne sont que des rubriques, des mots – en somme. En effet, mais le linguiste qui a un œil pour les sciences humaines-et-sociales, il fait quoi ? Il considère que ces mots-là ne sont pas de sa province ?

Je ne prétends pas du tout que les catégories du passé soient a-priori meilleures que celles du jour, ni inversement que les dernières sorties soient nécessairement meilleures que celles d’avant. L’une comme l’autre attitude, outre qu’elles ressortissent en France à un débat qui date des XVIIe et XVIIIe siècle, sont à l’opposé de l’attitude scientifique, dont le baromètre n’est pas la date du phénomène. Ce que je crois bon de dire, c’est que nous devons être attentifs aux catégories où l’on pense nos sciences, souvent à notre place. Ces catégories, dans leur découpage, produisent les territoires significatifs qui modèlent nos disciplines, leurs contours, leurs échanges, leur portée… et modèlent nos étudiants.

  1. Conclusion

Je vois donc, grâce à la fenêtre sur cette idéologie sans visage que donne le catalogue des productions d’un bon éditeur, que l’anthropologie est ‘culturelle’ (D) mais que l’ethnologie est régionale (J) ou bien archéologique (F), que les études sur les ‘races’ (K) et les comportements sexués (L) ne sont pas de l’ethnologie ni de la sociologie, que cette dernière (E) est ‘culturelle’, ou générale (A) ou empirique (B), ou spécialisée (je me demande où l’on case Bourdieu ! dans les quatre ?). J’aurais compris cet adjectif ‘culturel’ dans le cas de (H) l’histoire culturelle et des humanités, puisque l’histoire est aussi non-culturelle (tableau précédent, en 3), et je suppose qu’on y fait une distinction utile.

Mais à ce propos, celui de l’Histoire, rappelons-nous que l’ambition de nos Braudel, Le Goff, Duby, Todorov, Corbin, Pastoureau et autres grands hommes de nos sciences (je reste aux Français, mais je sais qu’il y en a d’autres), quand ils soulignent l’importance de l’histoire culturelle au-delà de l’histoire événementielle, et du temps long sur le temps bref de la mémoire d’un homme, eh bien ce n’était pas d’inventer une discipline distincte, mais d’agrandir celle qui existait.

De sorte que ce saucissonnage me paraît être – assez souvent – une manœuvre pour défaire ce qu’ils ont fait. En inventant avec beaucoup d’obligeance la section ‘histoire culturelle (et des humanités)’, on la parque dans son coin, et tout continue comme avant. La linguistique est en (12), à l’écart des langues (les grandes 5, 6, 9) et des littératures (les grandes 5, 6, 9, 10), à l’écart de la traduction (14), et de la communication (8) – laquelle apparemment se fait uniquement en langage tambouriné.

Je voudrais pour finir insister sur le fait que cet éditeur, qui a droit à toute notre estime pour ses efforts courageux, n’est coupable que dans la mesure où il croit bien faire en suivant… mais qui au fait ? Et nous-mêmes, avons-nous raison de laisser se répandre ces configurations sans autorité ? Ne sommes-nous pas responsables, à notre modeste rang, de ces cartographies intellectuelles à propos desquelles nous avons notre mot à dire ?

Note éditoriale (26 octobre 2016)

Ce billet a suscité quelques réactions dont la plus nette est : pourquoi ne parlez-vous pas, finalement, des ‘Cultural Studies’ ? Une collègue m’a suggéré le petit livre de Armand Mattelard et Éric Neveu, Introduction aux Cultural Studies, La Découverte, coll. Repères dans la nouvelle édition de 2008 (la 1re est de 2003). Je suis tout-à-fait prêt à en faire l’éloge : c’est un livre magnifiquement informé, qui montre avec élégance les forces du mouvement et avec clarté ses travers. A vrai dire, il faudrait faire l’éloge de la collection ‘Repères’ elle-même qui a été conçue pour les étudiants (et s’en occupe) mais touche un public plus large encore.

Ma réponse est que mon propos, ce n’est pas les Cultural Studies (qui ont été en effet le point de départ de ce fragment d’enquête), ni aucune autre sorte de Studies, mais l’organisation générale du savoir : la cartographie des études. On pourrait alors me dire que la métaphore de la Carte est dépassée, et que « nous sommes maintenant » (l’usage néocolonial du Nous va avec celui du Maintenant) dans les Réseaux. La métaphore des ‘réseaux’ permettant de coordonner des moments volatiles, tandis que la ‘carte’ se réfère à une permanence désuète. Quoique mon billet n’affronte pas ce sujet, on aura noté cependant mon utilisation répétée des contrastes, et de l’observation d’ensembles pour en situer les éléments réciproquement. C’est en somme une méthode qui doit beaucoup au structuralisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *