Nouvelle publication en ethnomusicologie

Présentation de l’ouvrage ci-dessous (sous presse collection PCI/L’Harmattan) :

Le chant traditionnel, question de sens et de style : interdisciplinarité ethnomusicologique et ethnolinguistique. (Despringre, Dir.)

Il aura fallu la patience et l’énergie d’André-Marie Despringre, ethnomusicologue au Lacito-CNRS, Directeur d’études à l’Ecole Doctorale de Paris IV-Sorbonne, accompagné un moment de Sylvie Mougin, ethnolinguiste, Maître de Conférences en Linguistique française à l’Université de Reims, tous deux chercheurs au Laboratoire de Langues et Civilisations à Tradition Orale du CNRS (UMR-7-107), pour rassembler un ensemble de recherches qui dépassent dans leur ensemble le stade historiciste convenu des folkloristes, spécialistes de la chanson traditionnelle. Les auteurs présentent dans cet ouvrage des méthodes rigoureuses de description et d’interprétation qui sont susceptibles de définir au mieux le sens et le style collectifs  de quelques répertoires de chansons traditionnelles de Vendée, de France et d’ailleurs.

Le sens de ces formes polymorphes doit être en effet  appréhendé globalement. La complexité de leur approche exige de prendre en compte à la fois leur contexte socio-historique, mais aussi, ce qui semble plus aléatoire pour les pièces anciennes, les situations de leurs différentes performances passées ou actuelles. Les études et enquêtes ethnographiques récentes qui ont porté sur les derniers chanteurs du répertoire traditionnel permettent ainsi de mieux appréhender le style cognitif des groupes de personnes qui, par le passé, et encore actuellement, se les sont appropriées.

Le professeur Jean Molinié [+], stylisticien qui était, au moment de sa rédaction, Président de l’Université de Paris IV, préface ici cet ouvrage. Il a toujours été particulièrement sensible aux rapports entre littérature et musique. Il voyait ainsi venir avec intérêt les recherches qui s’interrogent aujourd’hui sur la représentativité culturelle de telle ou telle pratique verbo-esthétique. Il appelle ici de ses vœux une sémiostylistique qui puisse mettre en évidence le style envisagé à la fois comme « code (littérarité générale) et pulsion unique dans la mise en jeu  du ou des codes » (in la stylistique, PUF,  Que sais-je, 1997 : 123).

Le groupe interdisciplinaire qui avait été formé (de folkloristes, d’ethnographes, d’ethnolinguistes, d’ethnomusicologues, sans distinction d’appartenance institutionnelle), présente ici le compte-rendu de travaux conduits entre 1986 et 2005. Les articles ont été, pour quelques-uns, rédigés avant 2005, d’autres ensuite….Les auteurs souhaitent présenter, interpréter et analyser rigoureusement le chant traditionnel et, de ce fait, notre groupe annonce très heureusement la thématique de deux ouvrages collectifs parus après certaines rédactions : Actes du Colloque de 2003 : Mémoire en chanson, Chansons en Mémoire-Hommage à Jérôme Bujeaud (Paris, l’Harmattan, PCI, 2010) et, Culture populaire traditionnelle. Histoire d’une transmission. Vendée 1970-2015. De Tap Dou Païe à EthnoDoc, par Jean-Pierre Bertrand (Paris, l’Harmattan, PCI, 2015).

  1. Contexte scientifique et objectifs du programme de recherche musicolinguistique

La description du rapport texte-musique que nous avons développée durant vingt ans, au LACITO puis en Guyane (CADEG)[1] et au RADdO[2] enfin à l’OPCI aujourd’hui, est une entreprise musicolinguistique dont la principale finalité est de distinguer une musique régionale d’une autre. Elle concerne, par conséquent, l’approche de ce que les psychologues appellent le style cognitif[3].

L’émergence des catégories pertinentes et la modélisation des systèmes cognitifs sous-jacents font ainsi partie de nos problématiques actuelles qui rejoignent celles de l’ensemble des sciences humaines et sociales. Ces dernières sont particulièrement mises en œuvre dans nos observations comparées qui prennent leurs sources dans plusieurs terrains d’études ethnomusicologiques du chant traditionnel explorés par de jeunes chercheurs : tout l’Espace francophone (Franche-Comté, Flandre, Lorraine, Bretagne, Vendée, Occitanie, Béarn, Corse, Val d’Aoste,  Outremer : Réunion, Nouvelle Calédonie (Lifou) et Guyane) ainsi que quelques autres pays européens, au grè de l’arrivée d’étudiants ou de chercheurs de Paris IV-Sorbonne (Chypre, Espagne, Portugal, Roumanie, Amérique du sud : Vénézuela et Brésil).

La notion de « style cognitif » et d’identité culturelle est centrale dans l’appréhension et la distinction des cultures en présence. L’appréciation des types de mémoire dont les modes de transmission et de structuration divergent lorsqu’on les observe à l’oral ou à l’écrit, oriente ainsi nos enquêtes. Cette dichotomie conditionne la sélection de corpus dont la pertinence est recherchée sur la base à la fois des discours de praticiens, des situations où sont produites des pratiques chantées comparables, des textes aux contenus proches etc. Nous opérons des classements et non des classifications de corpus, à la fois oraux et écrits, qui doivent pouvoir être appréhendés par plusieurs disciplines. Le passage de l’oral à l’écrit, par la production de modèles d’interprétation, demeure en outre, un paramètre assez central de nos échanges car il devrait permettre d’élaborer une théorie du style oral[4].

  1. Description du programme et méthodologie

L’objectif des différentes opérations mises en œuvre au sein du groupe musilingue[5] était avant tout de faciliter un travail interdisciplinaire qui existait, selon les moments, entre une dizaine de chercheurs (musicologues, linguistes, musiciens et anthropologues) et de l’élargir notamment aux Dom-Tom. L’entreprise s’avérait périlleuse en raison de l’éloignement de tous ces chercheurs. Ici, la difficulté, qui est d’ordre psychologique, nécessite beaucoup d’entregent. La discipline ethnomusicologique est souvent à l’origine du terrain retenu mais il est fréquemment nécessaire de dialoguer longuement avec d’autres représentants de disciplines qui sont souvent orientées sur d’autres objets, recueillis dans d’autres cultures. On a quand même réussi à associer longuement ethnolinguistes et ethnologues qui ont fini par s’intéresser aux mêmes répertoires de chants. La majorité d’entre-eux a maintenant l’habitude de travailler collectivement, cela depuis plusieurs années.  Cependant c’est de manière souvent par trop ponctuelle et irrégulière que les programmes de recherches se sont développés. (, réunions, colloques, publications en commun étaient, en effet, trop peu financés)[6].

Néanmoins tous contribuent, souvent, avec l’aide de musiciens-chercheurs qui sont très souvent très au fait de leur patrimoine musical, à la constitution d’Archives et de documents enregistrés puis numérisés pour être introduits ensuite sur la base de données commune, constituée au départ par l’AREXCPO et à laquelle les chercheurs ont aussi contribué, ensemble. L’ouverture récente au monde de la musique traditionnelle a pris le nom RADdO[7].

Les objectifs de ce réseau sont aussi bien scientifiques qu’affectifs (retour des pièces chantées vers les enfants et la famille des chanteurs, par exemple). Les chercheurs tentent, pour leur part, de contribuer à l’élaboration de problématiques et de méthodologies communes, notamment en ce qui concerne les rapports entre textes et musiques, les savoirs populaires du chant et de la musique, la structure sociale porteuse des pratiques musicales et des littératures orales, enfin la programmation de logiciels d’analyse phonético-musicale. L’essentiel de cette coopération permet, à partir de la mise au point d’Archives d’ethnomusicologie et d’ethnolinguistique, de se demander comment sont élaborées les documents ethnographiques et les importantes informations issues de centaines d’enquêtes ; une expertise sur la situation des fonds de chacun est engagée, la liste des enquêtes passées ou à venir est établie selon des critères précis de sélection de pièces déjà collectées, qu’elles soient issues des fonds des collectivités locales ou de répertoires enregistrés isolément par les chercheurs.

Ces inventaires profitent à chaque discipline pour l’articulation des approches qualitatives et quantitatives des corpus oraux et écrits obtenus. Il faut bien entendu pallier le caractère inégal des ressources des chercheurs et cela constitue la première phase de rationalisation du programme.

  1. Sommaire de l’ouvrage

Avant-Propos

 La sémiostylistique (Georges Molinié, Professeur d’Université, Sémioticien, Président de l’Université de Paris IV-Sorbonne)

Introduction

Approche interdisciplinaire du chant traditionnel (Despringre André-Marie, Professeur d’Université ass. UAG, Cayenne (er), CR à l’UMR 7107 du LACITO-CNRS (er), Directeur d’études à l’Ecole doctorale V de  Paris IV-Sorbonne).

1. Contextes et situations du chant traditionnel : de l’ethnographie à l’archive

1.1. Béarn et Bas-Adour : Construction interactive d’un terrain européen : Jean-Jacques Castéret (Bordeaux III/ UMR 7107, LACITO-CNRS).

1.2. J’ai entendu chanter Joséphine Naulleau : une voix du Marais breton vendéen (Jean-Pierre Bertrand, ethnographe, Président fondateur d’EthnoDoc).

1.3. Jean-François Carré, Gisèle Gallais : parcours et répertoires de chanteurs de tradition du XXIe siècle en Haute Bretagne Michel Colleu, cofondateur et chargé d’étude et de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel à l’OPCI. Texte rédigé en 2016

1.4. La fabrique des formes : défiler en chantant au Portugal

(José Rodrigues dos Santos, Professeur au Département de Sciences Sociales et Humaines, Académie Militaire, Lisbonne ; Chercheur du Centro Interdisciplinar de História, cultura e sociedades, Universidade de Évora (cidehus, Portugal,) avec Sónia Moreira Cabeça ; chercheure).

2. Linguistique du Chant traditionnel

2.1. Sens, Textes et vocalité : point de vue introductif sur la langue parlée spontanée (Jean-Pierre Caprile, DR, LACITO-CNRS [✝])

2.2. Approche ethnolinguistique des chants traditionnels (Jeanine Fribourg, MCF [+], LACITO-CNRS

2.3. Texte et contexte : la question du sens dans la chanson traditionnelle (Sylvie Mougin (Maître de Conférences, Université de Reims et LACITO-CNRS)

2.4. L’arbre du paradis dans la chanson de tradition orale, (Sylvie Mougin (Maître de Conférences, Université de Reims et LACITO-CNRS).

2.5. Rapport entre fonctions et mécanismes discursifs dans la chanson de tradition orale du pays de Guérande (La fonction de l’association sémantique de la représentation du mauvais mariage avec celle du ridicule) Laetitia Bourmalo, CO-Dir. CERCI-CAD, Université de Nantes.

2.6. Pour une poétique de la poésie orale chantée (Photini Panayi, Dr en Linguistique, LACITO-CNRS, jusque 2000)

3. Interdisciplinarité : vers une Musilinguistique du chant traditionnel

3. 1. S’engager sur le chemin de l’interdisciplinarité pour interpréter les rapports langue-musique-gestes : le cas de la littérature orale chantée pour enfants drehu (Lifou-Nouvelle-Calédonie)

Stéphanie Geneix-Rabault, est maître de conférences en langues et cultures océaniennes à l’Université de la Nouvelle-Calédonie (Centre des nouvelles études sur le Pacifique, CNEP EA 4242-UNC). Docteure en ethnomusicologie, elle a soutenu sa thèse sur Les chants et jeux chantés pour enfants en langue drehu en 2008 (Paris IV-Sorbonne-LACITO-CNRS).

3. 2. Quand la voix et le geste font sens : un zootrope sonore et une leçon de français dansée. (Rôle médiateur de petits textes chantés en Afrique), Jean-Pierre Caprile, (Directeur de recherche à l’UMR 7 107, LACITO-CNRS [✝]). 2008.

3.3. Rythmique du chant occitan du Limousin (Hubert Schmitt, Dr en Musicologie, Université de Paris IV et LACITO-CNRS) 2009.

3. 4. « J’ai fait une maîtresse, trois jours y a pas longtemps… »  Catégoriser un chant de colportage français ou « comment rester le même tout en devenant différent » (André-Marie Despringre, CR. LACITO-CNRS [er] PU assoc., UAG [er], ED V Paris IV)

3. 5. La variation des chants traditionnels de France métropolitaine : une possible esthétique du “montage” (André-Marie Despringre, CR. LACITO-CNRS [er] PU assoc., UAG [er], ED V Paris IV)

4. Réinterprétation contemporaine du chant traditionnel en France

4.1 Entre textes et Actions : La musique bretonne et celtique dans l’imaginaire social de Bretagne, (André-Marie Despringre, CR LACITO-CNRS [er] PU assoc., UAG [er], ED V Paris IV)

Conclusion  sur le thème de l’interdisciplinarité/musilinguistique et sémiostylistique

[1] Création du Centre d’Archives des Documents Ethnographiques de Guyane  à l’Université de Antilles Guyane à Cayenne, sur fond européens, créé par l’auteur de ces lignes, dans le cadre du laboratoire CNRS de Cayenne (en 2006)

[2] Réseau d’Archives de l’Oralité, créé par l’auteur de ces lignes et Jean-Pierre Bertrand (AREXCPO/OPCI)

[3] cf. par exemple les travaux de Dasen-Bossen (1989).

[4] Cf. Marcel JOUSSE (1974).

[5] créé en 1987 au sein du département Europe dirigé par M.-J. Fernandez-Vest, Musilingue a été intégré à l’UMR 7107 du LACITO en 1999 (Unité mixte de recherche, Laboratoire de Langues et Civilisations à Traditions Orales, CNRS-PARIS IV-Sorbonne), l’opération « articulation parole-musique »s’est substituée à Musilingue ensuite. Le projet fut porté cinq ans (2000-2005) par l’auteur de ces lignes au sein de l’équipe Anthropologie de la Parole de ce labo.

[6] Cet ouvrage collectif qui sera sans doute un notable aboutissement de la démarche musicolinguistique, ouvre des perspectives à nos successeurs…

[7] RADdO Réseau d’Archives des Documents de l’Oralité, créé conjointement par André-Marie Despringre et Jean-Pierre Bertrand.  Le CD qui accompagne notre ouvrage provient d’archives sonores du RADdO qui sont également en cours de numérisation à la BnF.

casque      HAUT-JURA (phonogrammes enregistrés par André-Marie Despringre).

Trois versions du chant « En revenant de noces…. » en 1972-73 aux Bouchoux/La Pesse

 

casque   NOUVELLE CALEDONIE, Chants Kanak du Lifou :  (phonogrammes enregistrés à Jozip, Drehu, par Stéphanie Geneix). Deux chants interprétés à la fois par Maria Qatr Sio et Pihnane Qatr Haocas.

« Buru buru » (chanté en 2005)

« Caï waminetu » (chanté en 2007)

 


amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *