L’édition « scientifique » : les bornes du scandale

Je viens d’aller sur le site de l’éditeur Brill, parce que mon jeune collègue Seino van Breugel a publié chez eux sa Grammar of Atong. J’ai vu en passant que Brill était coté en bourse et que la valeur de l’action Brill était (1er novembre 2016) de 26,25 euros. J’ai mieux compris en trouvant sur le site de l’éditeur le prix du livre de Seino : 245,00 euros. On m’a ensuite expliqué qu’en fait, cet éditeur semblait accepter tout ouvrage pour lequel on le payait, surtout si on le paie cher. Nous voici donc chez un éditeur prétendument scientifique dont le critère est l’argent.

Additif après le commentaire du collègue. Très bien : j’ai dit « semblait », et suis ravi que le collègue soit sûr que l’éditeur prenne des avis. Mon propos ne vise nullement le travail de Seino van Breugel, dont je regrette bien au contraire qu’il soit si peu accessible. Ma critique des prix, source de gêne persistante pour la communication scientifique, demeure.

Je trouve utile de vous transmettre l’adresse d’une vidéo documentaire moins inféodée à la logique du profit, qui explique certains ressorts de l’édition scientifique, et vante la solution dite ‘Open access’ – que je crois possible de traduire par Accès libre. L’adresse m’a été communiquée par une collègue universitaire de Tours, elle aussi révoltée par des pratiques que beaucoup de nos collègues semblent trouver normales.


3 réflexions au sujet de « L’édition « scientifique » : les bornes du scandale »

  1. Laurence Wuidar

    Merci pour cette petite enquete. « Le savoir est un pouvoir que certains veulent garder en main » disait le tout jeune Aaron Swartz, génie informatique (et pas seulement) qui a payé de sa vie (littéralement) sa lutte pour le libre accès aux savoirs académiques. Un très beau documentaire à voir de toute urgence par n’importe qui ayant utilisé une seule fois dans sa vie JSTOR ou par n’importe qui ayant publié un seul article (ou livre) scientifique ou, enfin, par n’importe qui croyant au libre accès… https://www.youtube.com/watch?v=7ZBe1VFy0gc

    Répondre
  2. François Jacquesson Auteur de l’article

    Merci Guillaume. Mon propos est de demander, comme M. Dacos (CNRS) dans le documentaire, pourquoi la recherche financée par le citoyen finit par produire un profit privatisé. Il me semble que nous sommes au centre du problème. On peut se demander, au vu du blocage d’information que représentent des prix exorbitants comme celui que je signale, si nous devons continuer d’accepter de faire des expertises pour de tels éditeurs – puisque c’est ensuite avec notre caution qu’ils peuvent monopoliser le marché. Il me semble que notre souci des « bonnes pratiques » doit s’appliquer là aussi.

    Répondre
  3. Guillaume Jacques

    Je soutiens les éditions libres, en particulier Language Science Press, l’effort le plus sérieux en la matière dans notre discipline (qui aurait d’ailleurs mérité d’être mentionné ici), mais il est faux de prétendre que Brill accepte des ouvrages sans relecture, en particulier dans la collection où Seino van Breugel a publié.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *