Le lazé : de l’exploration de terrain à la reconstruction de linguistique historique

Le lazé est une langue parlée dans quelques villages de la préfecture de Muli (province du Sichuan, Chine). Cette langue est signalée, dans un ouvrage d’histoire au sujet du peuple naxi (Guo Dalie 郭大烈 et He Zhiwu 和志武, 1994: 纳西族史 Naxizu Shi [Histoire du peuple naxi]), comme une langue parente du naxi. Le nombre total de ses locuteurs est certainement inférieur à 1 000 et sans doute inférieur à 400.

Quelle est l’histoire de cette « petite langue », et qu’a-t-elle à nous apprendre?

La linguiste Huang Bufan 黄布帆 juge que le lazé présente des similarités avec le naxi, mais aussi, à un point comparable, avec le yi (lolo), et réserve donc son jugement quant à la position de cette langue dans la famille sino-tibétaine.

Mais sa réflexion se fonde sur les similarités de surface entre les langues telles qu’elles sont parlées actuellement, et non sur les principes de phonétique historique, qui consistent à rechercher des correspondances régulières. C’est le regard exercé du linguiste qui sait déceler, entre le latin aqva et le français /o/ eau, une parenté qui n’est en rien évidente en surface. (Quant à l’étymologie du mot latin lui-même, c’est un sujet passionnant! au sujet duquel on peut se renseigner ici.)

Par exemple, Huang Bufan considère que les formes pour ‘étoile’, /tsi/ en lazé et /kɯ/ en naxi, ne sont pas apparentées. Mais de leur différence superficielle, on ne peut rien déduire immédiatement au sujet de la parenté de ces deux formes. Une étude de phonétique historique révèle que cette correspondance kɯ::tsi est régulière (il en existe plusieurs exemples). Cette étude comparative établit la parenté entre le lazé, le naxi et le na. La prise en compte de la langue lazé enrichit le travail de reconstruction diachronique; la collecte d’autres langues et dialectes est une tâche fondamentale, car chaque parler fournit des indices concernant l’histoire de ce sous-groupe de la famille sino-tibétaine.

De mars 2016 à mars 2017, une doctorante locutrice native de la langue naxi sera accueillie au LACITO. Yanjuan Mu (木艳娟, nom d’usage en français : Nina Mu) consacre ses recherches à une question d’histoire et d’épistémologie de la linguistique: L’affiliation génétique de la langue naxi : historique, examen méthodologique, et défis actuels.

Pour en savoir plus :

A titre d’échantillon, on peut entendre ici la cosmogonie lazé tel qu’elle a été racontée en 2008 par Mme Tian Xiufang 田秀芳. Ce récit raconte les origines de l’humanité : l’histoire de ses premiers ancêtres et l’origine des plantes cultivées, dont les graines ont été volées dans le monde céleste et ramenées sur terre en cachette. Il explique les dures conditions de vie de l’humanité par une punition infligée par les puissances d’en-haut.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *