Exposé de Gao Jiayin et Martine Mazaudon

Dans le cadre de l’Atelier de Phonologie

Gao Jiayin et Martine Mazaudon

présentent un exposé mercredi 7 juin à 10h,
à l’université Paris 8 à St Denis, salle D143
(plan d’accès)

Titre : Tons et traits pertinents : perspective diachronique

Dans de nombreuses langues où existe une interaction entre un ton bas et le voisement d’une consonne initiale, les phonologues trouvent difficile de postuler une forme « sous-jacente » et une forme « de surface » : est-ce le voisement qui conditionne le ton ou vice-versa ? Bradshaw (1999) propose un trait [L/voisé] pour rendre compte des réalisations d’une catégorie phonologique unique. Cette proposition est largement basée sur des processus (morpho-) phonologiques synchroniques, qui sont très riches dans les langues tonales d’Afrique.

Dans notre présentation, nous proposons une argumentation phonologique qui s’appuie sur une perspective diachronique et comparative. De nombreuses langues d’Asie ont subi une évolution tonale où le trait segmental [±voisé] a été remplacé par le trait tonal H vs. B. Dans les langues du groupe TGTM (ou Tamangish, parlées au Népal), une ancienne opposition de voisement est remplacée par une opposition tonale. L’opposition tonale actuelle se réalise de manière complexe par des différences de fréquence fondamentale, de type de phonation et de VOT (Mazaudon, 2012). Le degré de rétention des indices anciens varie entre dialectes,  entre locuteurs, voire chez un même locuteur (Mazaudon & Michaud, 2008). Nous présenterons quelques résultats de nos expériences phonétiques de production et de perception sur le terrain à ce sujet; et comparerons la variation des indices dans un même contexte comme en tamang, avec celle qui dépend du contexte, comme en shanghaien (Gao & Hallé, à paraître).

Nous proposons que, dans une période intermédiaire d’un changement phonologique (en particulier d’une transphonologisation), plusieurs indices phonétiques sont utilisés dans l’identification d’une catégorie phonologique, en accord avec la théorie des « traits émergents » (Mielke, 2008). Contrairement à un trait unifié et universel [L/voisé], nos données montrent que ces différents indices constituent plutôt un faisceau, et sont dissociables à court terme et dans une relation de substitution à long terme. Considérant que les langues sont constamment en évolution, les situations considérées comme « intermédiaires » sont sans doute à intégrer dans la théorie générale.

Références

Bradshaw, M. M. (1999). A crosslinguistic study of consonant-tone interaction. The Ohio State University.

Gao, J. & Hallé, P. (à paraître). Phonetic and phonological properties of tones in Shanghai Chinese. Cahiers de Linguistique Asie Orientale.

Mazaudon, M. (2012). Paths to tone in the Tamang branch of Tibeto-Burman (Nepal). In G. de Vogelaer & G. Seiler (eds.), The Dialect Laboratory: Dialects as a testing ground for theories of language change, 139-177. John Benjamins.

Mazaudon, M., & Michaud, A. (2008). Tonal contrasts and initial consonants: a case study ofnTamang, a ‘missing link’ in tonogenesis. Phonetica, 65(4), 231-256.

Mielke, J. (2008). The emergence of distinctive features. Oxford University Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *