Narrativité : paroles, textes, images

Le projet « Narrativité : paroles, textes, images » a été déposé dans le cadre du 1er Appel à Projet du PRES Sorbonne Paris Cité; il court sur trois ans, du 1er juin 2013 au 31 mai 2016. Les 25 et 26 novembre 2015 s’est tenu à Paris un colloque (voir programme) réunissant les différents acteurs de ce projet scientifique.

Nous examinons différents types de « récits en images », en Europe et en Asie (Chine, Inde, Japon, Tibet) confrontés à leur source textuelle, et étudiés quand c’est possible dans leur contexte vivant. Cette perspective ne prétend aucunement subordonner les arts figuratifs aux textes, ni réduire la spécificité de chaque ‘support’, mais elle souhaite se donner une méthode comparative précisément afin d’essayer de déterminer ce qui dans chaque domaine lui est propre, et ce qui reste comparable.

Le « récit » de la Genèse sur une coupole du narthex de Saint-Marc, Venise

Certaines « histoires » (légendes, biographies, épisodes romanesques etc.) ont été « racontées en images », et l’on parle alors d’images ou de séries d’images narratives. La coupole de la Genèse, à Saint-Marc de Venise, « raconte » en 24 images organisées en 3 cercles l’histoire racontée dans la Bible, et elle la découpe en épisodes, ou du moins en scènes successives. Pour les histoires de la Bible ou du Nouveau Testament chrétien, non seulement nous possédons des textes et leur tradition, mais aussi un immense corpus de cycles d’images. Toutefois, si les cycles iconographiques ont été étudiés en tant que série d’unités (avec un goût érudit pour l’identification de chaque épisode), il est rare qu’on ait étudié les séries comme une succession d’épisodes composant une histoire ; rare qu’on ait comparé la façon dont l’histoire est segmentée sur les deux « supports » ; plus rare encore qu’on se soit demandé (et qu’on ait cherché à vérifier) si la série d’images parvient à elle seule à « raconter l’histoire » et donc est vraiment narrative.

L'histoire de Griselda peinte sur les murs d'une salle, Musée du Château Sforza, Milan

L’histoire de Griselda peinte sur les murs d’une salle, Musée du Château Sforza, Milan

Au château Sforza de Milan est conservée une chambre peinte dont les murs « racontent » en 24 images l’histoire de Griselda, la dernière histoire du Décaméron de Boccace. Il est certain que cette série est incompréhensible sans le texte ; à vrai dire, il est assez difficile de saisir la succession des épisodes même quand on connaît bien l’histoire.

Dans la plupart des cas, la série d’images n’est pas exactement narrative, dans la mesure où elle ne suffit pas au visiteur pour comprendre le lien entre les scènes successives du récit-source, encore moins les enjeux qui courent d’un bout à l’autre. Ces images sont du reste souvent conçues pour être commentées (le débat en Occident médiéval sur le caractère ancillaire ou pédagogique des images est bien connu), ou accompagnées de légendes écrites ; parfois même elles accompagnent le texte qu’elles illustrent. Ces « contextes », au sens propre, sont importants pour l’intelligence des séries et leur disposition. L’importance relative, dans l’image, du jeu des personnages et du décor où ils sont représentés varie aussi très sensiblement selon les traditions culturelles et les types de représentations figurées.

Un conteur d’histoire dans l’Himalaya occidental


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *