Fémilin et mascunin

Comme parfois, je vais aborder en tremblant un sujet « de société » ; mais c’est une histoire qui finit bien. Je l’aborde à cause de son aspect linguistique évidemment, et aussi à cause d’un fait d’actualité. Il serait d’ailleurs intéressant de classer les « faits de langue » selon qu’ils sont plus ou moins sociaux, de 10 à 1. Cela peut dépendre de la sensibilité à ce qui est social, des époques, et bien sûr des langues. En réalité, tout ce qui change, dans une langue, doit être social, puisque ce sont les locuteurs qui changent la langue. On pourrait alors a contrario sonder deux hypothèses.

Hypothèse 1 : « Les changements édictés par un pouvoir contraignant peuvent n’être pas socialement motivés. » Exemple. On me nomme ministre du Bon Langage, et j’interdis désormais l’expression du pluriel. On sera bien embêté, on devra poursuivre le distrait, le mot « on » connaîtra un nouvel élan, de même que la mode ancienne qui consistait à dire « le Chinois » [pour les Chinois]. Mais on peinera à y voir une signification sociale.

Hypothèse 2 : « Echappent au social, seulement les secteurs de la langue qui ne changent pas. » Voilà qui est plus intéressant. Se pourrait-il qu’il y ait des secteurs qui ne changent pas ? Oui, après tout. Comme ce qui change ou bouge est plus facile à repérer, il se pourrait que ce qui ne bouge pas soit relativement invisible – et que nous ne le repérions presque pas.

Mais revenons à mon premier propos. Certains d’entre nous avons reçu récemment un message d’un service universitaire, dont j’extrais une phrase :

« Une fois rempli et signé par le/la directeur(trice) de recherche et par le/la doctorant-e, ce document doit m’être transmis par les directeurs (trices) de recherche en version(…) »

J’ai répondu à la dame qui avait écrit ce message par un mot joyeusement critique des accumulations de tirets et que, pour éviter les remarques à mauvais escient, je reproduis ici :

« Faut-il donner un genre distinct à tous les mots désignant des groupes d’individus ? Certains ont deux formes dans l’usage, en effet ; mais faut-il sévir ? Il faudra alors dire les « individues », les « agentes de l’état », et trouver un mot pour les « secrétaires » mâles (« secrétair » ?). Je ne suis pas sûr que la considération que nous avons pour nos prochains, femmes ou hommes, y gagne. Ni que les plus rigoureux sur la graphie soient nécessairement les plus attentifs dans la vie ! Enfin, les Anglais, qui n’ont pas de genre linguistique en général, ont l’air de s’y retrouver quand même et, quoique évidemment un peu sauvages, sont assez souvent aussi polis que nous.

« Je propose que la Maison de la Recherche soit désormais rue des Irlandais-e-s, puisque enfin on ne peut pas dissimuler plus longtemps qu’un certain nombre des Irlandais doivent être des Irlandaises.

La dame qui avait écrit le message m’a envoyé une réponse chaleureuse. Elle me remerciait de mon message, et espérait trouver le courage de sortir de ce jargon. J’étais doublement heureux : non seulement je ne l’avais pas fâchée, mais je l’avais encouragée dans une voie où elle se sentait mieux.

Mais ce qui fait que j’écris ce mot aujourd’hui, c’est justement le fait qu’étant hostile au jargon, elle se croyait tenue de le produire quand même. De sorte que, puisqu’elle rédige des messages officiels, d’autres ensuite, en se référant à son usage, pourraient l’imiter en pensant que « c’est comme ça maintenant ». Ainsi, l’homme crée lui-même à son insu sa prison. Peut-être pas exactement à son insu, du moins au début. Mais une fois que le trait s’est répandu par imitation, bien malin qui dira d’où il est venu (sauf s’il est historien linguiste et examine les documents), et le trait… au fait sera-t-il social, ou sera-t-il le fait d’un potentat capricieux ? Qui est responsable ?

Mon avis est qu’on est un peu responsable dès qu’on laisse faire. Nous sommes tous de tout petits potentats !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *