La langue bat où la dent fait mal : publicité

Maintenant que le CNRS nous appelle à nous allier au Grand Capital, et même au Moyen, soit en déposant des brevets, soit en valorisant nos produits, et nous fait un discours sur la valeur ajoutée, je n’ai plus honte : je vais faire de la publicité.

Je voudrais dire du bien d’un petit livre magnifique, où il est question de linguistique, de la meilleure façon du monde : avec science et élégance, profondeur et légèreté. Il s’agit des conversations entre Tullio de Mauro et Andrea Camilleri publiées sous le titre de La Langue bat où la dent fait mal.

Ce petit livre a d’abord été publié en italien en 2014, puis Tullio de Mauro a eu la mauvaise idée de mourir (le 5 janvier 2017, il avait 84 ans), puis le livre a été publié en français (2017, chez Lambert-Lucas, la grande maison d’édition de Limoges) avec une traduction, des notes utiles et abondantes, et un avant-propos de Pierre Escudé.

Comme les universitaires, en croyant flatter leurs collègues, ont l’habitude de ne pas les présenter (ils sont tellement éminents), je vais me risquer à dire deux mots des protagonistes de cette mémorable conversation – pourtant, eux, ils sont vraiment célèbres !

Tullio de Mauro est connu en France surtout parce que toutes les éditions du Cours de Linguistique Générale de Saussure, publié chez Payot en Suisse, sont avec son introduction (pp. I-XVIII). Car De Mauro en a fait l’édition critique ; il l’a aussi traduit en italien. Mais ce savant est illustre en Italie pour d’autres raisons encore. La première, est qu’il a publié en 1963 la Storia linguistica dell’ Italia unita, une entreprise profonde, qui a beaucoup marqué la suite de ses publications : sur les parlers de l’Italie, la signification, la société et les langues, la sémantique et les dictionnaires. La seconde, c’est que pour lui les langues sont vivantes chez les gens, et que la diversité des parlers illumine la diversité des gens – sujet constamment retouché dans notre petit livre. C’est ce qui l’avait amené en politique, et à être brièvement ministre de l’Instruction publique entre 2000 et 2001. Son frère aîné, le journaliste Mauro de Mauro, fut assassiné par la mafia en 1970.

Andrea Camilleri est un personnage célèbre de l’Italie d’aujourd’hui. Il est né en Sicile, à Porto Empedocle, en 1925 – un endroit qu’il a rendu fameux dans ses romans sous le nom de Vigata. Il fut poète, puis scénariste et auteur de théâtre – ce qui est important pour la suite de son oeuvre comme il l’explique très bien dans notre petit livre. Il a beaucoup écrit pour la télé et la radio. En 1982 (il a 57 ans), il se décide à suivre le conseil de son ami Sciascia et à écrire des romans. Comme Simenon en France, il va alterner les romans avec le commissaire Montalbano et les romans sans Montalbano. Beaucoup sont publiés chez Sellerio à Palerme, dans la fameuse collection bleu sombre. Mais Il cielo rubato ‘Le Ciel volé’, par exemple, qui est une fiction délicieuse sur le séjour de Renoir à Agrigente, est publié chez Skira. Bref, Camilleri – qui est beaucoup traduit en français – et son Montalbano sont aussi célèbres en Italie que Simenon et son Maigret le sont chez nous. Mais le rythme des romans est plus vif.

Ces deux messieurs, qui étaient des amis de longue date, l’un éminentissime professeur et l’autre écrivain adoré des foules, se sont mis à parler de la langue. C’est le livre dont je fais la réclame. Il y est beaucoup beaucoup (sic) question des patois, des usages locaux, de la puissance fondatrice et continue des usages locaux, de la stupidité des parlers technocrates (à cet égard, nos deux auteurs citent souvent Pasolini : ils sont d’accord avec lui), de la tension constante entre le désir éperdu d’unité et la beauté confondante de l’expression locale. Pour ceux d’entre vous qui connaissez ou aimez l’Italie, sachez qu’il y est souvent question de Manzoni, de Dante, de Calvino, de Montale, de Pirandello, de Sciascia… et même de Berlusconi ! Oddio !

Vous pensez bien que je ne vais pas essayer de résumer ce livre pétillant, plein de littérature et d’astuce, de malice et de science, de profond savoir et d’amour pour les langues.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *