Mon brain se fatigue quand I switch d’une language à l’autre

Eh oui ! On imagine bien que quand on passe d’une langue à l’autre cela doit représenter une lourde charge cognitive. C’est en tout cas ce que de nombreuses études démontrent.

Mais que se passe-t-il pour les personnes qui vivent dans des communautés bilingues dans lesquelles cette alternance est la façon neutre, ordinaire, de communiquer ?

C’est ce que nous avons voulu tester en étudiant ce que font les Roms de Thrace (Grèce), des multilingues virtuoses, qui outre le grec parlent quotidiennement le romani et le turc depuis plusieurs siècles.

Notre hypothèse était que les Roms n’auraient pas de surcharge cognitive en écoutant des phrases faisant alterner le romani et le turc puisqu’ils en ont l’habitude. Notre étude, publiée en mai 2017 dans le International Journal of Bilingualism, confirme l’hypothèse de départ et montre que les Roms sont aussi rapides à comprendre des phrases avec alternance romani-turc que des phrases en turc seul.

Cette étude permet de manière plus générale de mettre l’accent sur l’importance des pratiques langagières courantes pour mieux comprendre le fonctionnement du cerveau. Elle rappelle également l’intérêt de se pencher sur les humains dans leur diversité.

Adamou E. & R. X. Shen. 2017. There are no language switching costs when codeswitching is frequent. International Journal of Bilingualism. Online first: http://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1367006917709094.


2 réflexions au sujet de « Mon brain se fatigue quand I switch d’une language à l’autre »

  1. François Jacquesson

    Merci Evangelia : c’est intéressant. On aimerait en savoir plus sur les procédures d’enquête (qui sont décrites ici par des codes pour initiés !), et peut-être le vocabulaire de l’article est-il parfois un peu obscur. Par exemple, que signifie « ecologically valid » (ou « non valid ») ? Est-ce que, par « surcharge cognitive », tu veux dire simplement que c’est « plus difficile », « plus fatigant » ? François Jacquesson.

    Répondre
    1. Evangelia Adamou Auteur de l’article

      Cher François, en effet, on peut dire que l’article dans l’IJB est technique !
      Pour résumer, en psycholinguistique on crée des tâches, qu’on appelle « expériences » (un terme assez effrayant pour le grand public et les participants me semble-t-il). En l’occurrence, les tâches ont été présentées sur ordinateur, ce qui a bien amusé les Roms de Thrace qui ne sont pas habitués à ce que leur langue soit associée aux nouvelles technologies. Dans la première tâche, ils devaient associer le contenu d’une phrase entendue via des écouteurs à l’une des deux images affichées sur l’écran. Disons qu’ils entendaient la phrase « Les voisins sont des grands fêtards » et qu’ils avaient le choix entre le dessin d’une fête et le dessin d’un chasseur. Dans l’autre tâche, ils devaient appuyer sur une touche de l’ordinateur dès qu’ils entendaient un certain mot au sein de deux phrases, ex. le mot « dansent » dans les phrases « Les voisins sont des grands fêtards. Ils chantent et dansent toute la nuit ».
      Pour avoir une idée de la surcharge cognitive (increased cognitive load), nous calculons les temps de réaction, c’est-à-dire combien de temps les gens mettent pour appuyer sur la touche de l’ordinateur lorsqu’ils répondent à la question de la tâche. Les différences sont très subtiles, de l’ordre de quelques millisecondes. Des réponses relativement plus lentes sont interprétées comme signes d’étonnement ou de difficulté ponctuelle à comprendre ce que l’on vient d’entendre. Pour dire les choses simplement, déchiffrer une phrase composée de deux langues peut nous demander un plus gros effort et provoquer une certaine fatigue si nous ne sommes pas des interprètes ou si nous ne faisons pas cela tous les jours comme les Roms de Thrace !
      Enfin, ecologically valid signifie que les phrases de la tâche sont naturelles, des phrases qu’on pourrait entendre dans la vraie vie. Par exemple, les phrases proposées contenaient des alternances romani-turc plus ou moins naturelles, suivant ou non les habitudes d’alternance codique de la communauté (même si les phrases étranges sont tout à fait possibles dans d’autres communautés). Pour cela je m’appuyais sur mon analyse d’un corpus de parole spontanée et mes études de terrain, mais aussi sur des « notes » que certaines personnes de la communauté ont attribué à ces phrases. Cet effet d’étrangeté était clairement ressenti et plusieurs personnes m’ont gentiment signalé que même si la tâche était sympa, elle contenait certaines phrases en « romani bizarre ».
      Pour plus de détails, il faudrait sans doute lire l’article dans sa totalité. J’espère que la méthode y est clairement expliquée.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *