Les voyelles et les oiseaux

Tantôt, par désoeuvrement et par intérêt, je regardais Du mouron pour les petits oiseaux, un film de Marcel Carné (1963), plutôt atypique, avec des dialogues de Jacques Sigurd, d’après un roman (1960) d’Albert Simonin, fils de fleuriste. Jacques Sigurd commença sa carrière de dialoguiste avec Dédé d’Anvers (1948) d’Yves Allegret, et avec une étonnante Simone Signoret. Vers la minute 40 du DVD, le truand Victor (Pierre Duncan), à la recherche de Monsieur Armand (Paul Meurisse) discute, à sa sortie de huit ans de taule, avec la patronne de ‘l’Aquarium’ (Dominique Davray). Elle lui raconte tous les changements. 

Elle : Tu tombes sur la Nouvelle Vague. J’ai connu les Corses, les Fritz, les Ricains, les Nordafs, tous des vrais hommes. Mais ça ! Au premier coup de tampon, ça se débine. (…) les travestis.

Lui : Non ! Ah tais-toi tu m’débèquetes. File moi un glass.

Pierre Duncan (1910-2003) était né à Lisieux. Le [a] de son mot ‘glass’ a pour F1 environ 470 Hz, et pour F2 1430 Hz, ce qui est beaucoup. Le mien, qui notoirement tend vers [ɑ], est à 590 x 1020. Ce mot dit par Duncan prouve que l’invasion de l’anglais dans les bars louches n’est pas d’aujourd’hui. On le savait.

Albert Simonin (1905-1980) est célèbre pour son Dictionnaire d’argot, Le Petit Simonin illustré, dictionnaire d’usage avec des illustrations de Paul Grimault, publié d’abord en 1957, que les savants ont commencé par mépriser avant de l’aduler. Simonin, qui avait connu la prison, avait la réputation d’être un monsieur exact, et chez lui l’argot était une chose sérieuse. Il savait à quelle vitesse ça se périme. Rien de plus sensible aux modes – c’est d’ailleurs ce qu’exprime la patronne de l’Aquarium – que la langue entre soi.

Le film de Carné, comme beaucoup de ses films plus connus, est une merveille en noir et blanc ; un des derniers films français en noir et blanc. On y voit beaucoup la place de la Contrescarpe, qui n’était pas du tout bobo, et les escaliers d’un immeuble dont monsieur Armand est le propriétaire. Sur les paliers de cet immeuble, il y a les fontaines avec un robinet pour avoir de l’eau (comme dans l’immeuble où habitait la sœur de ma grand-mère, rue des Pyrénées). Ces escaliers, les Peugeot 203, les voyelles et l’argot, ce n’était pas du cinéma : c’est ce qui retenait le public.

Ce film est « linguistique » à plus d’un titre. Le linguiste note, évidemment, que monsieur Armand consacre une pièce entière de son appartement à ses oiseaux en cage (Les Oiseaux, d’Hitchcock, sort la même année 1963). Monsieur Armand « fait de la reproduction » comme le dit l’oiselier (Paul Faivre), et il entraîne les oiseaux au langage des oiseaux, en leur faisant écouter des enregistrements sur disques ; il désespère des mauvais élèves. Chacun sait que Jean-Jacques Rousseau pensait que le modèle du langage humain est le chant des oiseaux. On se moque aujourd’hui parfois de Rousseau, qu’on voit, malgré le respect que lui portait Lévi-Strauss, comme un rêveur sentimental. Mais peut-on se moquer de Paul Meurisse qui, lorsqu’il s’enfuit, prend à la fois l’étui où il range ses billets de banque (des coupures de 500 francs) et l’étui où il range ses disques pour les oiseaux ? Les deux étuis seront intervertis à la fin, pour désespérer les spectateurs sensibles.

Je ne prétends pas que Du Mouron pour les petits oiseaux soit une leçon de linguistique. Si c’était une « leçon », je n’en parlerais pas ici. Mais, leçon ou pas, les gens curieux des langues, du bruit qu’elles font, du vocabulaire et de l’argot, des tirades avec ou sans noms propres, peuvent bien aller au cinéma. Pourquoi ‘oiseau’ se dit-il piaf, et ‘policier’ flic ? Avez-vous le bon dictionnaire ?

Vincennes, le 16 octobre 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *