L’Empire de la fraude et le nettoyage éthique

Les cas de fraude universitaire sont, parait-il, de plus en plus nombreux ; d’abord en raison du nombre croissant d’étudiants. Certains cas mettent en cause les enseignants en même temps que les étudiants. Concernant les étudiants, c’est maintenant une routine que de soumettre leurs travaux à des logiciels qui détectent les passages copiés mot pour mot. L’efficacité de la technique est relative, et à certains égards la technique dissimule de plus sombres problèmes.

Le 3 novembre, nous est parvenu l’un des courriels de Michelle Bergadaà qui, depuis Genève, poursuit ses efforts pour que les universités prennent la mesure du phénomène, démultiplié depuis la généralisation d’Internet puis des téléphones portables, etc. Elle signale cette fois les cas où les enseignants sont impliqués. 

Le pillage, parfois, des recherches des thésards par leurs directeurs n’est hélas pas une chose nouvelle – même s’il est parfois difficile d’apprécier où commencerait le pillage, du fait qu’il s’agit souvent moins de copiage de textes que de copiage d’idées. La situation est différente pour une thèse en pharmacie ou biologie, surtout quand le Patron aura confié à l’étudiant une expérience à suivre et des mesures à faire, mais veillera à ce que l’étudiant soit cité à la place correcte dans la chaîne des auteurs d’un article qui suivra. Dans les thèses en philosophie, en littérature etc., la recherche est moins encadrée parce qu’on attend du thésard qu’il manifeste une autonomie intellectuelle : la thèse doit prouver une maturité nouvelle, et c’est ainsi qu’elle est souvent vécue – avec, de ce fait, des tracas spéciaux si elle n’est pas menée à bien, ou si elle est médiocre.

L’honnêteté demeure une clef de l’appréciation qu’on porte sur le travail, quand il est en cours, ensuite quand on juge la recevabilité de la thèse, puis au moment de la soutenance. La lutte contre la fraude est difficile, justement parce qu’il faut souvent examiner le détail de la situation.

Le courriel de Michelle Bergadaà, cite entre autres un billet de l’université de Sherbrooke (Canada), vers la fin duquel on trouve le passage suivant :

Marcus et Oransky mentionnent une suggestion formulée dans l’article « Stop ignoring misconduct » paru le 31 août 2016 dans Nature : « [e]ach year, trainees should be required to complete anonymous questionnaires evaluating their mentors, and results should be sent to funding agencies as well as to research deans. »

L’article cité promeut ‘l’évaluation’ anonyme des enseignants par questionnaire. Le questionnaire anonyme est brandi comme un gage de transparence ; de là transpireraient l’honnêteté, la sincérité, et la révélation des fautes. En réalité, la dénonciation anonyme encourage la veulerie, le ressentiment, la calomnie. Quelle répugnante perspective : transformer les étudiants en une masse d’indicateurs avilis.

Il est stupéfiant qu’on ose même présenter une telle méthode comme « éthique », et dans une revue dite prestigieuse. Nous connaissions le nettoyage ethnique, voici le nettoyage éthique, ses méthodes soi-disant nouvelles, sa candeur inaltérable. Et sa supériorité terroriste.

L’évaluation générale à l’aveugle est le sceau du totalitaire ; c’est l’esprit de l’Inquisition qui, jusqu’à nos jours, laisse entendre que la Faute est générale, et l’Aveu nécessaire : tu es coupable, surtout si tu le nies, et la grille du Questionnaire te le montrera. Elle est assez solide pour que tes chairs y rôtissent.

PS : Nicolas Truong vient de republier en plaquette les entretiens, publiés d’abord dans le journal Le Monde, de Boris Cyrulnik et Tzvetan Todorov. Cela s’appelle : La Tentation du Bien est beaucoup plus dangereuse que celle du Mal. Octobre 2017, Editions de l’Aube.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *