La grammaire et la vie

Un site où je dépose de courts essais sur le langage ou la sémiotique, à destination d’un public normal, m’envoie un message : « X recently added your paper to their mentions ». Dans ces systèmes qui brassent les infos, on ne sait jamais qui a fabriqué le message, et j’ai d’abord pensé à une erreur de grammaire, ou à une de ces phrases qui cherchent à couvrir l’ensemble des situations dans une solution par défaut, comme un correcteur automatique.

Puis je me suis souvenu d’une conversation avec un étudiant qui vivait au Canada et qui m’avait expliqué qu’on disait maintenant « they » pour n’avoir pas à indiquer le sexe d’une personne, au cas où la personne se sentirait blessée qu’on l’ait mise dans une catégorie qu’elle n’a pas choisie. L’idée étant que chacun est le propriétaire de son image. Et que quand on n’a pas pris l’avis de la personne, on la floute, comme dans les photos qu’on fait dans les gares. Mais cela peut impliquer que quand vous ne savez pas si la personne a donné des instructions, la solution par défaut (ou, dans un ton différent : par précaution) soit « they », donc pour tout le monde.

On peut bien sûr s’indigner que, pour (disons) 1 % de personnes qui veulent choisir leur sexe, mais sans vouloir le dire, 99 % soient privées de dire si elles sont homme ou femme, puisqu’il n’est pas forcément honteux, ni même désagréable d’être une femme ou un homme. Sur les demandes de passeport en Inde, existe depuis 2005 la possibilité de cocher une 3e case ; depuis l’arrêt de la Cour Suprême indienne du 15 avril 2014, il y a obligation légale de reconnaître un 3e genre ou sexe. Il s’agit en général d’hommes qui ne souhaitent pas être reconnus comme tels. La notoriété de cette cause est en partie due à l’idée qu’il s’agit d’une caste méprisée dont il faut reconsidérer le statut, dans le sillage de l’idée de Gandhi que les « hors-caste » sont des personnes comme les autres. Les hijra seraient environ 1 million, sur les 1260 millions de la population de l’Inde.

Dans le cas de la décision de la Cour Suprême indienne, on a une décision inverse de celle de l’usage anglo-américain décrit plus haut. En effet, l’Inde ne décide pas de « flouter » le sexe ou le genre : en installant une 3e possibilité dans le même registre, les deux autres (male / female) sont maintenues. Au contraire, l’usage américain veut, en réformant la langue, promouvoir l’usage « flouté ». On y verra si l’on veut deux postulations culturelles opposées.

La cause n’est pas dans la grammaire ; mais il est clair que dans les langues où un genre apparaît dans chaque groupe nominal, et où il peut avoir (dans certains cas [1]) une interprétation sexuelle, les langues marquent le fait social. Et elles en sont assez souvent le symbole.

Ici se pose un problème, celui dont je suis parti. En anglais, on pourrait en principe utiliser it, mais ce pronom est perçu comme dépréciatif : il vaut pour les bêtes souvent, les choses inanimées surtout. Inventer un autre pronom irait contre la tendance pudibonde fréquente en Amérique du Nord ; le tabou sur le mot sex, qui serait sale, a vitalisé le succès du mot gender, qui est… grammatical, donc propre. Si l’on voulait imposer un 3e pronom « générique » à tout le monde, il faudrait des années d’intense propagande avant que les gens qui y auraient eu d’abord recours retrouvent l’anonymat qui est le but premier de cet usage. De là l’idée d’utiliser le pluriel.

Mais dans le cas de la machine dont je parle au début, je me demande si le non-choix sur his/her n’est pas surtout le résultat d’une économie simplificatrice, au prétexte que c’est trash d’indiquer le sexe de l’interlocuteur. Moins il y a de choix à faire, plus on peut se passer des vrais traducteurs !

On va voir si, après les tirets des lect-eur-rice-s, qui ne tiennent aucun compte d’un 3e genre, l’idée révolutionnaire de s’adresser aux gens en disant chers lecteurs, peut s’installer en France.

François Jacquesson, le 14 décembre 2017

[1] Je me permets de renvoyer à :  www.academia.edu/35184514/Le_Masculin_va-t-il_lemporter_


Une réflexion au sujet de « La grammaire et la vie »

  1. Sophie Danis

    Modeste amateur (trice, allez…) de linguistique, je découvre vos contributions par dérivation de la Fabrique de l’histoire de ce matin sur France Culture (le voyage en Mongolie). J’espère qu’un jour cette émission fera une semaine sur l’histoire du français oral, comme je l’ai suggéré à Emmanuel Laurentin. Vous y auriez votre place.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *