Comment éviter d’avoir trop de réverbérations lors d’enregistrements audio

Pour étudier les “petites langues” là où elles sont parlées, on a besoin de divers savoir-faire: techniques d’enquête linguistique, mais aussi le rudiment des techniques d’enregistrement audio et vidéo, et si possible quelques connaissances en botanique, en médecine… en plus d’une certaine expérience du dépaysement culturel, bien sûr. Côté technique, un enregistrement que l’on va passer des semaines et des mois à transcrire et étudier, et qui restera vraisemblablement comme l’une des seules traces de la langue étudiée, mérite bien quelques précautions pour qu’il soit bien audible. En particulier il est préférable d’enregistrer dans un local où il y ait le moins de réverbérations possibles.

Provisoirement installé à la ville de Lijiang en 2011-2012, j’ai pu capitonner sommairement mon lieu de travail. Les cartons empilés dans un coin contribuent à recouvrir les surfaces trop dures et lisses (murs en ciment, parquet…). Visuellement, ce n’est pas de la plus grande élégance, mais le résultat est acoustiquement convenable ! (A vous d’en juger: vous pouvez accéder aux enregistrements, dont une partie sont transcrits, en cliquant ici.)

Pour éviter d’avoir trop de réverbérations: capitonnage sommaire d'une chambre

Pour éviter d’avoir trop de réverbérations: capitonnage sommaire d’une chambre. Photo: Qin Qing (秦晴), 2012.

Depuis (en 2017), un centre de recherche de la ville de Lijiang s’est doté d’un studio d’enregistrement dans les règles de l’art, de sorte que quand on enregistre à la ville, il n’est plus nécessaire de bricoler un studio de fortune à domicile. Dans les villages, en revanche, l’improvisation est de mise pour éviter les réverbérations (à mes yeux, le défaut le plus ennuyeux des enregistrements de terrain: effet “salle de classe” désagréable à l’écoute, et qui masque le détail phonétique de la parole). Quant aux autres bruits, c’est à chacun de décider dans quelle mesure ils sont bienvenus, en fonction de ses goûts et de ses projets. Le choix du lieu d’enregistrement n’est pas une simple affaire d’acoustique. Pour certains enregistrements, les bruits de cuisine (légumes qu’on hache menu), des travaux agricoles, de la pluie et du vent, des animaux domestiques… peuvent faire partie de l’ambiance sonore qu’on souhaite recueillir.

Un doctorant locuteur natif de la langue naxi qui réalisait des enregistrements à son domicile (récits de vie, histoires…) pour une étude de phonétique a choisi d’enregistrer dans une resserre, à la fois parce qu’elle se trouve à l’écart des activités de la ferme (de sorte que le locuteur n’est pas gêné par les allées et venues, les animaux domestiques…) et parce que le bric-à-brac entassé ici et là joue efficacement le rôle de piège à son. En particulier, deux tas de son de céréales (dont un visible sur la photo) jouent à merveille le rôle d’amortisseurs des réverbérations.

Enregistrement audio au domicile de He Likun 和丽昆, doctorant en Linguistique

Pour ceux qui s’intéressent au sujet de la prise de données pour l’étude de la parole, un peu de pub au passage pour un article écrit avec un collègue allemand, librement disponible ici. Son titre: “Speech data acquisition: the underestimated challenge”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *