Pouponnage et connivences : relations avec les « consultants », « informateurs », « collaborateurs », « profs »…

Pouponnage et connivences

Pouponnage et connivences. Photo: Qin Qing (秦晴), 2012

Ma prof de langue na de Yongning, Mme Latami Dashilame, n’avait jamais quitté son village, sauf pour de rares et courtes visites alentours, jusqu’à ce qu’elle rejoigne en 2010 la ville de Lijiang pour s’occuper d’une de ses petites-filles, qui venait de naître. Provisoirement installé à Lijiang, j’y ai amené ma famille, dont une petite fille du même âge, qui y a gagné une compagne de jeux, et une figure grand-maternelle attentive. Lorsqu’on a la chance de pouvoir séjourner plusieurs mois chez les locuteurs ou dans leur voisinage immédiat, s’installent des relations plus personnelles et approfondies que lors des brèves enquêtes de terrain, dont les impératifs de rapidité peuvent entrer en conflit avec les habitudes et les attentes des collaborateurs (“informateurs”, “locuteurs”, “consultants”) et amis. Et pour qui apprend la langue na (aussi appelée “moso”), les phrases toutes simples adressées aux petits enfants sont merveilleuses de clarté.

Ma fille Alice (au milieu sur la photo) a maintenant un « petit frère paginé », selon le mot d’Alex François ! Une monographie au sujet du système tonal du na de Yongning vient de paraître. L’ouvrage est librement disponible au format PDF au téléchargement sur le site internet de l’éditeur, Language Science Press. La philosophie de cette maison d’édition, sorte de coopérative des linguistes, est exposée sur un site doublé d’un Carnet en ligne dont je recommande vivement la lecture. Des exemplaires papier sont disponibles, à un prix qui reflète les coûts réel de fabrication. Les enregistrements sur lesquels l’analyse repose sont intégralement disponibles en ligne dans la Collection Pangloss (audio transcrit et traduit), sous la même licence (CreativeCommons) que le fichier PDF du livre.

La préparation de cet ouvrage a été passionnante à chacune de ses étapes, et je recommande vivement Language Science Press aux collègues qui souhaitent publier un livre de linguistique. L’apprentissage du langage LaTeX pour la mise en page représente un gros investissement de temps et d’effort, mais on est épaulé par des praticiens chevronnés, et LaTeX permet de parvenir à une qualité typographique sans pareil. (Le code source LaTeX du livre est également en ligne sur le site internet de l’éditeur.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *