Des récompenses pour Claire Moyse et Samia Naïm

Vendredi 11 décembre 2015 a eu lieu l’Assemblée Générale du LACITO. Deux fois par an, c’est l’occasion de rassembler tous les membres de notre équipe, afin de discuter des affaires courantes, de prendre les décisions du moment, mais aussi d’accueillir les nouveaux membres et doctorants pour leur faire connaître l’ensemble de nos activités.

LACITO_AG_Dec2015_Medailles_Claire-SamiaCe 11 décembre fut également l’occasion d’honorer la carrière de deux de nos collègues, Claire Moyse-Faurie et Samia Naïm. Claire et Samia viennent juste d’obtenir l’éméritat, reconnaissance par l’institution des années qu’elles ont consacrées à la recherche au sein du CNRS. Cette reconnaissance a pris la forme de Médailles du CNRS, qui leur ont été décernées par M. Mounaud, le Délégué Régional du CNRS Paris–Villejuif.

La carrière de Claire Moyse-Faurie a d’abord été évoquée par son collègue François Jacquesson. Ce dernier a rendu hommage aux nombreuses années que Claire a consacrées à l’étude des langues océaniennes du Pacifique – qu’il s’agisse des langues polynésiennes de Wallis et Futuna, ou des langues kanak de Nouvelle-Calédonie : le drehu, le xârâcùù, le xârâgurè, le fagauvea…  Outre son travail de description et de comparaison linguistique, Claire a beaucoup œuvré pour la diffusion du savoir sur les langues du Pacifique, aussi bien à travers l’enseignement universitaire que par son soutien, par exemple, aux écoles populaires kanak en Nouvelle-Calédonie.

Au moment de recevoir sa récompense des mains de M. Mounaud, Claire a souhaité lui rendre la pareille en lui offrant une “coutume”, un tissu de Nouvelle-Calédonie tel qu’il est d’usage d’en échanger dans toute cérémonie kanak. Elle a conclu par un hommage à Jean-Claude et †Françoise Rivierre, les deux océanistes du LACITO qui furent ses mentors pendant les premières années de sa carrière.

 

Vint alors le moment de rendre hommage à notre collègue Samia Naïm.

Isabelle Leblic a relaté la diversité des recherches de Samia aussi bien du point de vue thématique, que dans l’éventail des variétés de la langue arabe qu’elle a pu observer, au Liban, au Yémen, en Palestine, en Arabie Saoudite…  Ce dernier terrain, mené dans une région de forte diversité généalogique du continuum arabophone, était lié à un projet international que Samia co-dirigeait autour du ḍād (ض), un phonème du protosémitique qui se trouve reflété de diverses manières dans les langues sémitiques contemporaines. Or ce terrain en Arabie Saoudite fut pour elle l’occasion de découvrir de ce ḍād des réalisations rares telles que [ɮˁ], que l’on pensait totalement disparues des dialectes modernes.

Outre ses travaux de linguistique proprement dits, n’oublions pas que Samia a également été notre directrice au cours des deux dernières années, pilotant le navire LACITO jusqu’à l’été 2015.

Suite à l’hommage rendu par Isabelle puis par M. Mounaud, Samia a relevé une sympathique coïncidence. Cette Médaille du CNRS comporte une inscription en cunéiforme akkadien (néo-assyrien), extraite de l’épopée de Gilgamesh, et traduite ainsi par Jean Bottéro: “Celui qui a découvert les mystères de l’univers, il a tout embrassé du regard”. Or, Samia nous révèle que ce sont justement les fameuses traductions de ce même Jean Bottéro qui lui avaient fait découvrir, il y a quelques années, le monde fascinant des langues de l’Orient ancien…

En guise de clôture, les participants de notre Assemblée générale ont levé une flûte en hommage à nos deux collègues. C’était l’occasion, pour les nouvelles recrues du LACITO, de constater qu’un laboratoire du CNRS c’est bien sûr un lieu de science, mais également un lieu de convivialité et de relations humaines.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *