En souvenir de Maurice Coyaud

Notre collègue et ami Maurice Coyaud nous a quittés lundi 28 Décembre 2015, sur le chemin de retour de son bureau au Lacito où il mettait la dernière main à son prochain ouvrage.

Contes-InuitAuteur prolifique et esprit curieux, Maurice Coyaud a publié pas moins de 73 ouvrages et de nombreux articles portant sur les langues et cultures de l’Asie – ouvrages scientifiques portant sur de grandes langues comme la grammaire du chinois publiée en 1976 avec Marie-Claude Paris, ou témoignages d’un amoureux du folklore universel comme Contes et Légendes des Inuit en 2006.

Ses travaux de linguistique ont commencé par quelques études sur les langages documentaires, et les articulations logiques du discours. Mais très vite, Maurice Coyaud a été repris par son amour de l’Orient où il était né. Ses principaux travaux ont porté sur le chinois – langue pour laquelle il a même été inspecteur général – mais aussi sur le coréen, le japonais, le tagalog, le birman, sur les systèmes d’écriture d’Extrême-Orient dans leur relation à la phonétique. Il s’est aussi attaché à l’étude de petites langues en Nouvelle-Calédonie. Mais les langues l’intéressaient aussi pour les cultures et traditions qu’elles portent. Commençant par une étude sur le lexique japonais de l’histoire naturelle et de la biologie, il s’est très vite attaché à connaître et faire connaître les littératures écrites et orales des peuples qu’il visitait. Car Maurice était aussi un grand voyageur, pour la science et pour le plaisir.

Maurice Coyaud était un grand polyglotte: traduire l’amusait. Il recherchait en français des
expressions quelquefois rares, désuètes ou burlesques pour évoquer l’impression que lui avait faite un récit traditionnel de Nouvelle-Calédonie, de Thaïlande, du Vietnam ou d’ailleurs. Il était un collaborateur régulier de la Quinzaine littévolaitraire où il présentait aussi les traductions des autres; son dernier article paru dans la Quinzaine en octobre 2015 était consacré à la publication récente d’une traduction française des entretiens de Confucius, faite au dix-septième siècle, à partir du latin, par un médecin-explorateur. Maurice y trouvait l’occasion d’apprécier des traductions de traductions. La petite maison d’édition qu’il a fondée Pour l’analyse du folklore (P.A.F.) a fait connaître à un large public des contes et légendes totalement inédits. Il poursuivait son œuvre, inlassablement, quand il nous a quittés pour rejoindre « l’homme qui volait au-dessus des arbres ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *