Séminaire PACoL du 13/01/2016: Récits et narrativité

La prochaine séance de notre séminaire LACITO “Problèmes d’Analyse et de Comparaison des Langues” aura lieu le:

​​​Mercredi 13 janvier 2016
14h30-1​7h​00

au Centre Haudricourt
7 rue Guy Môquet – 94800 Villejuif
​​Bâtiment D – Salle de conférences du rez-de-chaussée

Nous entendrons ​deux exposé​s, sur des thèmes similaires: les récits et l’art de la narration.

D’abord, François Jacquesson nous dressera un bilan du projet Narrativité, en cours au LACITO [cf. présentation; annonce des Journées d’études du 25-26 novembre; entrée du blog de C. Boulaire narrant ce colloque]

​​“Narrativité : Qu’est-ce qui fait une histoire ?”

Le projet Narrativité, sur trois ans, s’achèvera en juin 2016. Il aura été consacré à un thème simple « Qu’est-ce qui fait une histoire ? » Nous voulions comparer différents media racontant la « même histoire » ; en fait, nous avons surtout discuté des textes et des images, et des images où l’on trouve des textes. On pense à la BD, bien sûr, mais cela existe depuis très longtemps, sous des formes très diverses. J’essaierai de présenter une partie de notre voyage à travers les images et les histoires.

Nous entendrons également une présentation par Aimée Lahaussois (CNRS–HTL) et Séverine Guillaume, qui toutes deux représenteront le projet « HimalCo« , ANR hébergée chez nous:

​“​​​Himalco : Corpus parallèles en langues himalayennes”

Cette présentation porte sur la constitution d’un corpus comparable de récits mythologiques pour trois langues du groupe kiranti de la famille sino-tibétaine, actuellement en cours dans le cadre du projet ANR HimalCo. Les langues étudiées partagent un cycle mythologique, ce qui permet d’aligner les histoires recueillies sur la base d’un contenu narratif similaire (et parfois même identique). L’alignement et l’outil développé pour sa visualisation doivent à terme permettre la mise en évidence de tournures morphosyntaxiques propres à chaque langue. L’avantage de cette approche est un gain en authenticité narrative (et donc a priori linguistique) par rapport à ce qu’il est possible d’obtenir par le biais d’élicitations contrôlées du type Pear Story.

Venez nombreux !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *