Qui vient avant : la poule, le poisson ou le jaguar ?

Voici une question qui passionne les linguistes et les psychologues ! Les linguistes pensent que les mots de la langue, ex. droite et gauche, sont décisifs pour notre manière de mémoriser les relations spatiales. Les psychologues quant à eux pensent que l’environnement ou l’éducation sont plus importants que le lexique ou la grammaire de la langue que nous parlons.

Pour tester la relation entre la langue et la mémorisation de l’espace, j’ai mené une petite expérience auprès des Ixcatèques, des Amérindiens du Mexique. Les Ixcatèques ne parlent plus leur langue native, l’ixcatèque, mais j’ai eu la chance de décrire certains aspects de cette langue en travaillant avec les quatre derniers locuteurs. Ainsi nous savons qu’en ixcatèque, comme dans d’autres langues indigènes du Mexique, les termes « droite » et « gauche » n’existent pas ; on emploie plutôt des termes « haut/Nord » et « bas/Sud » y compris pour décrire l’emplacement de petits objets. En espagnol, au contraire, comme en français, on décrit le plus souvent l’emplacement des petits objets en employant les termes « droite » et « gauche ».

Plusieurs études ont montré que les locuteurs des langues du type « gauche »/« droite », comme l’espagnol, mémorisent l’emplacement des petits objets par rapport à eux-mêmes. Ce système de mémorisation est nommé égocentrique. En revanche, les locuteurs des langues du type « Nord »/« Sud » mémorisent l’emplacement des petits objets en utilisant les points cardinaux. Ce système de mémorisation est nommé géocentrique.

Mon hypothèse a été la suivante : si les Ixcatèques, qui ne parlent aujourd’hui qu’espagnol, mémorisent les objets de façon géocentrique, c’est que la perte de l’ixcatèque n’a pas eu d’impact sur la façon de mémoriser l’espace.

Pour tester cette hypothèse, j’ai présenté à 52 Ixcatèques de tous les âges trois objets alignés – en l’occurrence une poule, un poisson et un jaguar – et je leur ai demandé de mémoriser leur emplacement. J’ai enlevé ces trois objets et j’ai demandé à chaque participant d’effectuer un tour de 180° et de disposer sur une autre table les objets tels qu’ils étaient avant la rotation.

Résultat : la majorité des Ixcatèques ont posé les objets de façon géocentrique, c’est-à-dire que l’objet qui était le plus à l’Est est resté à l’Est, et l’objet qui était le plus à l’Ouest est resté à l’Ouest après la rotation. On peut comparer la disposition A et la disposition B après la rotation sur les images ci-dessous.

Adamou_Shen_Fig.12a

disposition A (alignement à mémoriser)

Adamou_Shen_Fig.12b

disposition B (alignement suite à une rotation de 180°)

Ce jeu simple a permis de démontrer que malgré la perte de la langue ixcatèque, les Ixcatèques mémorisent les objets « à l’ixcatèque », en s’appuyant sur des repères extérieurs. Ce résultat montre que la mémorisation des relations spatiales semble être plus indépendante de la langue que ce que l’on a pu penser jusque là.

Cette étude sera publiée en 2017 : Adamou E. & R. X. Shen, (à paraître, 2017), Beyond language shift: Spatial cognition among the Ixcatecs in Mexico. Journal of Cognition and Culture, 17 (3-4).

Pour aller plus loin :

Bowerman, M., & Levinson, S. C. (eds.) (2001). Language acquisition and conceptual development. Cambridge: Cambridge University Press.Brown, P. & Levinson, S. C. (1993). Linguistic and nonlinguistic coding of spatial arrays: Explorations in Mayan cognition. Working Paper No. 24. Nijmegen, The Netherlands: Cognitive Anthropology Research Group, Max Plank Institute.

Le Guen, O. (2011). Speech and gesture in spatial cognition among the Yucatec Mayas. Cognitive Science, 35, 905–938.

Levinson, S. C. (2003). Space in language and cognition. Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Li, P., & Gleitman, L. (2002). Turning the tables: Language and Spatial reasoning. Cognition, 83, 265–294.

Li, P., Abarbanell, L., Gleitman, L., & Papafragou, A. (2011). Spatial reasoning in Tenejapan Mayans. Cognition, 120, 33–53.

Meakins, F., Jones, C., Algy, C. (in press). Bilingualism, language shift and the corresponding expansion of spatial cognitive systems. Language Sciences. [online version July 2015].

O’Meara, C. & G. Pérez Báez (2011). Spatial frames of reference in Mesoamerican languages. Language Sciences, 33(6), 837-852.

Whorf, B. L. (1956). Language, thought, and reality. New York: John Wiley & Sons and The Technology Press of M.I.T.


Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *