Notre collègue et amie Denise Bernot

Bernot_Soutenance4-bsest décédée le 12 mai 2016. Elle est née le 4 février 1922. Diplômée de l’Ecole des Chartes, elle va en 1951 avec son mari Lucien Bernot en Arakan, sur le conseil de Claude Lévi-Strauss, qui les accompagnera tous deux de son amitié constante. De ce séjour et d’autres, Lucien Bernot rapportera la matière de son livre sur Les Paysans arakanais (1967), et ils écrivent ensemble Les Khyang des collines de Chittagong (Plon 1958). Denise en revient avec l’idée qu’il faut étudier le birman, et elle crée cet enseignement en France. Elle sera professeur de birman aux Langues’ O, puis INALCO pendant presque trente ans, de 1960 à sa retraite en 1989. Une grande partie de ses activités est dès lors liée à cet enseignement : le monumental Dictionnaire birman-français (15 vols. 1978-1994) qu’elle dirige, puis le Manuel de birman co-rédigé en 1995. Elle a aussi beaucoup fait pour le secteur birman (et alentour) de la Bibliothèque des Langues’O, actuelle BULAC. Toutefois, outre ses activités birmanes, livresques et humaines, Denise a reçu chez elle dans la petite maison d’Antony (aujourd’hui une sorte d’île parmi les grands immeubles) un nombre étonnant de collègues, étudiants, amis ou semi-inconnus qu’il s’agissait d’épauler, d’aider, d’encourager, de stimuler. Amie et estimée de beaucoup de savants illustres, Denise savait voir aussi bien les grandes choses que les petites. De minuscules détails de lexique ou de grammaire pouvaient la préoccuper, surtout s’il s’agissait de birman ; mais elle n’oubliait jamais, comme beaucoup des caractères issus de la Guerre, d’avoir l’œil sur de plus vastes questions, politiques, philosophiques, sociales ou humaines – qu’elle savait aussi apprécier par les détails.

François Jacquesson et San San Hnin Tun

Chers toutes et tous,
Comme vous le savez, Mme Bernot est décédée le 12 mai, et ses enfants organisent une « cérémonie » (ce n’est pas le mot, mais je ne sais pas le mot juste à employer …) le 5 juin, pour lui rendre le dernier hommage, et ils m’ont confirmé que « tous ceux qui veulent lui rendre un dernier hommage le 5 juin seront bienvenus aux 47 ce jour-là. C’est l’invitation officielle, proposée à tous ceux qui souhaitent partager ce moment ». Je vous mets en pièce jointe la copie du faire-part (qu’ils n’ont pas pu envoyer individuellement à tout le monde).
S’il y a d’autres personnes que vous connaissez (dans d’autres départements ou ailleurs), et qui ne s’affichent pas sur cette liste, partagez s’il vous plaît cette information.
Pour les fleurs, ils disent qu’elles ne sont pas indispensables, et ce sont celles de son jardin qu’elle aimait et que nous les aurons tous sous les yeux dimanche prochain.
Amicalement,

San San Hnin Tun

Faire part


Une réflexion au sujet de « Notre collègue et amie Denise Bernot »

  1. ANKER

    Je viens de découvrir sa disparition seulement aujourd’hui, via l’outil internet, je suis présente dans le coeur de ceux et celles qui pensent à elle

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *