Ethnomusicologie au LACITO

Au début des années 1980, grâce aux progrès technologiques et à de nouvelles méthodes d’investigation, le Département Ethnomusicologie du LACITO, créé en 1981 par Jacqueline  MC Thomas, fait faire un bond en avant à la discipline.

En effet, l’ethnomusicologue Simha Arom met au point la méthode de l’enregistrement en re-recording ou playback qui, appliquée à la rythmique des musiques traditionnelles d’Afrique centrale, permit au chercheur de transcrire et d’analyser des polyphonies et polyrythmies instrumentales et vocales complexes. Les musiques subsahariennes sont fondamentalement constituées de variations à partir de motifs mélodiques se répétant de manière régulière. Ce sont des chants à une ou plusieurs voix qui se croisent ou se superposent sur un tempo donné (accompagnement polyrythmique de percussions et d’instruments mélodiques) où chaque ligne mélodique peut se développer indépendamment des autres.

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

L’enregistrement en re-recording est une technique qui permet d’isoler les voix d’une polyphonie sans perdre son mode d’imbrication, donnant ainsi la possibilité d’étudier plus aisément les composantes de cette forme musicale.

Comment ça marche ? Les diverses voix ne sont pas enregistrées simultanément mais successivement, chaque chanteur entendant à l’aide d’un casque la ou les parties du ou des chanteurs qui l’ont précédé. Ainsi, chaque voix de la polyphonie se trouve consignée sur une piste séparée d’une bande magnétique (voir ici cette technique dans le détail). Cette technique ouvrit la voie à l’utilisation de l’enregistrement en multipistes (Fabrice Marandola, 1999).

Simha Arom s’est consacré, entre autres, à l’étude approfondie des chants polyphoniques pygmées qu’il a pu modéliser. Les chants pygmées constituent, très certainement, un des patrimoines musicaux les plus fascinants au monde. Ce peuple chante de façon extrêmement émouvante un vaste répertoire étroitement lié aux activités quotidiennes : moments graves ou sérieux, tristes ou gais, moments de réjouissance, moments d’intense labeur… Cette musique vocale et collective se pratique sans chef ni partition et se transmet de génération en génération. D’après Simha Arom, cette musique « est tout à fait comparable, aussi bien par la complexité rythmique que par les règles qui régissent la polyphonie, à certaines formes savantes qui avaient cours en Europe entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle »[1]. Les archives sonores de Simha Arom ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.

[1] Cité dans « Les dernières Tribus ». Chapitre consacré aux Pygmées Aka (Michel de Pracontal) Sous la direction de J.F. Held. Flammarion/L’Événement du Jeudi, 1988.

casqueExtrait sonore enregistré par Simha Arom : « Hindehu » par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet.

 

videoVidéo par Jeanie Heckman : « Les chants polyphoniques des Pygmées Aka de Centrafrique ».


Pour en savoir plus :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *