Petite ode au LACITO

Un laboratoire du CNRS peut-il être un terrain ?

Le Lacito le fut pour moi, entrée le 15 octobre 1974 sans formation préalable au domaine requis dans une équipe devenue Groupe puis Laboratoire. Sans formation et sans concours. Je crois bien que c’était la dernière année où l’on a pu recruter de la sorte quelqu’un qui avait juste le profil du poste à pourvoir parce qu’il était BAC + 4.

‑ Avec votre diplôme des Métiers d’Art, vous allez peut-être vous sentir à l’étroit dans un travail de secrétariat et de gestion. L’« entretien d’embauche » fut bref. J’allais acquérir les qualifications sur le tas. J’en avais, semblait-il, les compétences.

La richesse de la recherche, je m’en suis nourrie peu à peu, au contact des récits de terrain que les chercheurs échangeaient entre eux ou lors des demandes de mission qui transitaient par mes soins. J’appris que le monde était habité de « familles de langues », que les langues étaient tout aussi fragiles que les peuples qui les parlaient, qu’il fallait établir des dictionnaires pour les sauver et les rendre transmissibles. Ce patrimoine-là n’était pas conservé dans les musées. Les langues n’étaient pas des objets à l’abri de vitrines.

Des études d’art à l’anthropologie, l’éventail d’une plus grande sensibilité s’est largement déployé pour moi. Sans ce passage de huit années au Lacito, je n’aurais sans doute pas abordé les richesses humaines de tant d’autres civilisations. Le Lacito fut un « terrain » de vie plus ample. Un précieux terrain.


Cette entrée a été publiée dans Divers, et marquée avec , le par .

À propos maitevienne

C’est dans les Hauts de Seine que je vis, anime des ateliers d’écriture et accompagne de jeunes écrivains dans leur projet d’édition.
La poésie est mon champ d’investigation et d’expression majeur: deux ouvrages ont récemment vu le jour.
Voir mon site web: http://www.maite-vienne-villacampa.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *