Archives de catégorie : Doctorants

Disparition du savant ?

Je sais bien quand le dernier savant a disparu : c’était il y a une quinzaine d’années, quand je suis allé défendre le projet Brahmapoutre. Il y avait une assemblée auguste de gens plus ou moins européens qui écoutaient mon discours et, à un moment, un collègue généticien a dit : « mais c’est bizarre ce mot « savant » que tu emploies ; ça ne se dit plus du tout. On dit quoi ? expert ? »

Je n’étais pas content, mais je n’étais pas là pour défendre mes thèses. J’étais là pour défendre mon projet, où il y avait de nombreux collègues impliqués, y compris des généticiens. J’ai donc regardé mes souliers et j’ai dit « oumph », ou quelque chose. J’ai bien fait, parce qu’on a eu le financement, et on a fait des choses intéressantes ; plus ou moins.

Mais je n’étais pas content parce que pour moi, le « savant » ce n’est pas du tout la même chose que « l’expert ». J’ai des sentiments mitigés à l’égard du concept « d’expert » et, globalement, nos relations sont assez mauvaises. Je le soupçonne d’être une sorte de minus qui s’occupe toute sa vie d’un mouchoir de poche, et qui plastronne comme un fou quand – par hasard – on parle de son mouchoir de poche. Il passe à la télé à chaque fois que l’Actu effleure son mouchoir, il brille de mille feux à ce moment-là, il explique que o zeuifhcnh’è »tncvh HJC, et après il remet son mouchoir dans sa poche. Puis il s’en va, en espérant que sa fille aura regardé la télé. Et ses voisins. Et son chef.

Je me souviens du mépris total de Julien Gracq pour ce genre de cloportes, quand il ironisait sur le fait que ses condisciples, en khâgne, lorgnaient les postes de l’EPHE ou du Collège de France, et s’y préparaient dès le plus jeune âge. Et du mépris de Sartre (ou de Nizan ?) quand il regardait avec un amusement prodigieux un de ses héros de roman qui sortait de l’Ecole des Chartes.

Je précise que j’ai des amis, anciens et vraiment vrais, issus de ces institutions, ou « exerçant » là-bas. Mon Patron a enseigné à l’EPHE et au Collège de France. Quand il voulait savoir où en était ma thèse, il me convoquait abruptement, vingt minutes avant, et je devais grimper à son bureau, en haut du Collège. L’ascenseur était un Roux-Combaluzier. Un de mes plus vieux copains (on se connaît depuis la classe de 6e) est prof de khâgne à Louis-le-Grand, et je n’ai rien à reprocher à cette montagne. Ce que je persifle, ce ne sont pas les institutions, où je suis assez vieux et assez urbain pour connaître les gens, c’est le personnage de « l’expert » que, dans une certaine littérature où l’on ne craignait rien, ces institutions aidaient à cerner. A démasquer.

L’idée de devenir « expert » en quoi que ce soit me semblait visqueuse et même répugnante. C’était pire qu’être petit-bourgeois (un opprobre extraordinaire), c’était être tombé si bas qu’on se confondait avec sa « spécialité », qu’on avait abandonné toute prétention à être un homme. On avait chuté jusqu’au tréfonds de l’Enfer moral. La littérature de samizdat, avant la Chute du Mur, expliquait très bien le prestige puant du ‘spetz’. C’est (en gros) encore ce que je pense aujourd’hui.

Il faut que j’explique aux jeunes gens que, dans les générations d’après-guerre, on était hanté par le spectre du salaud. On avait vu des gens « très comme il faut » se conduire de façon dégueulasse, et inversement de petits gars ou petites filles sortis de nulle part se transformer en héros, puis rentrer dans l’anonymat comme Cincinnatus. Les mecs de l’Affiche Rouge n’étaient pas des experts. C’étaient des hommes. Nous ne voulions pas être des experts, on s’en foutait, on voulait être des hommes.  L’idée de briller comme une réclame de camembert ne nous séduisait pas, ni même celle d’être promu à l’ancienneté. Quant au mérite, nous étions assez sourcilleux.

Quand on inclinait vers les sciences, notre idée était, avec de la chance, de devenir un jour un savant. C’était une idée que nous tenions de nos professeurs, et de l’idéal des Lumières. Nos professeurs au Lycée, dont je pourrais citer beaucoup de noms, Monsieur Gayot notre professeur d’histoire, Madame Dulibine notre professeur de maths, nous apprenaient que la science ne vaut que sous un certain regard, avec un certain enthousiasme qui en rachète les tracas et en illumine les veilles maussades. En elle-même, la science ne vaut rien (c’est toujours ce que je pense). Elle ne vaut que si elle porte une certaine générosité humaine, un espoir réfléchi, sans doute une ironie aimable, une grandeur qu’on ne sait pas d’avance mais où il faut se jeter. Elle ne vaut qu’à travers le plaisir qu’elle donne. Les savants aigris, revanchards, âpres au gain, soupçonneux, méfiants, prudents, ne valent pas un clou.

C’est pourquoi, encore aujourd’hui, l’idée qu’on me qualifie d’expert me révolte. Je ne suis peut-être pas devenu un savant, un homme qui allie son savoir et sa joie, et qui encourage sur cette voie les esprits en qui il sent cette émotion. Mais c’est le but. Haudricourt le disait : « Si vous n’avez pas de passion, ça n’est pas la peine ». Je respecte, moi aussi, les hommes qui ont des passions.

Vincennes, le 23 février 2018.

Séances de formation — février 2018

Dans l’esprit de la formation que nous avions organisée l’an dernier, le LACITO a le plaisir d’organiser au mois de février quatre séances de formation, principalement destinées à nos doctorants, mais ouvertes à tous :
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rencontre avec trois dignitaires de Poya (Nouvelle-Calédonie)


De gauche à droite :  Isabelle Bril, Isabelle Leblic, David Piekut,
Daniel Niandou, René Nekiriai, Jules Nekiriai,
Alexandre Francois, Claire Moyse-Faurie.

 
La Nouvelle-Calédonie, archipel du Pacifique situé à 20 000 km de la France métropolitaine, est depuis près de 40 ans l’un des terrains historiques de recherche du LACITO en Océanie. La diversité socio-culturelle et linguistique de cette région et des populations kanak autochtones qui y vivent a déjà contribué à enrichir nos connaissances sur la famille austronésienne, et notamment le sous-groupe océanien auquel elles appartiennent.
Continuer la lecture

dpiekut

David PIEKUT Linguistique descriptive et typologique PhD Student École Pratique des Hautes Études (EPHE) Paris, Sciences & Lettres (PSL) LACITO-CNRS

More Posts

Lancement de notre école d’été FieldLing

Du lundi 4 au vendredi 8 septembre, aura lieu l’école d’été FieldLingInternational School in Linguistic Fieldwork”, que le LACITO organise avec nos partenaires du LLACAN et du SEDYL.  Ce sera l’occasion, pour les doctorants en linguistique de France ou d’ailleurs, d’explorer les questions de méthodologie et de théorie autour de la linguistique de terrain, et de l’étude de la diversité des langues.

Retrouvez ici le programme des cours et interventions.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Journées de Formation Doctorale du LACITO

Le LACITO organise deux journées de formation, principalement destinées à nos doctorants:

Quelques outils pour la description linguistique

30 – 31 janvier 2017

Salle de conférences du bâtiment D
7, rue Guy Môquet (Bât.D)
94800 Villejuif

Lundi 30 janvier 2017

9h30 – 13h

Alexis Michaud

Archiver dans la Collection Pangloss

14h30 – 17h

Alexandre François

SayMore (outil de transcription et de synchronisation son/texte)
Toolbox  (outil de transcription de textes et de lexicographie)

Mardi 31 janvier 2017

9h30 – 13h

Jiayin Gao

Phonétique acoustique et analyses avec Praat

14h30 – 17h

Alexandre François

Toolbox (fin)
Fonctions avancées dans Word (styles, numérotation automatique, structuration d’un document long, formatage d’un dictionnaire, etc.)

Le programme est également téléchargeable ici.

Bien que ces formations soient en principe destinées aux doctorants, les non-doctorants seront également les bienvenus. Les participants sont encouragés à installer à l’avance les logiciels concernés par la formation.  Certains liens se trouvent sur cette page du site de Pangloss.

Si vous êtes intéressé(e) par l’une de ces séances, merci de l’indiquer à l’organisateur : Komi Simnara, représentant des doctorants du LACITO.

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter