Archives de catégorie : Langues par familles

APLL9: colloque sur les langues austronésiennes et papoues

9e colloque international
Langues et linguistique austronésiennes et papoues
 
APLL9 

21–23 Juin 2017

torresCette année, le LACITO a le plaisir d’accueillir APLL9, la 9ème édition du colloque international sur les Langues et linguistique austronésiennes et papoues. Le but des colloques APLL est d’offrir un forum pour discuter des recherches actuelles en linguistique des langues austronésiennes d’une part, et papoues d’autre part. C’est aussi l’occasion de promouvoir les collaborations internationales dans ce domaine.

Pour les passionnés de diversité linguistique, l’ensemble des langues papoues forme la dernière grande terra incognita restant à explorer — avec près de 800 langues parlées dans la grande île de Nouvelle-Guinée, représentant plus d’une cinquantaine de familles linguistiques différentes. La famille austronésienne, historiquement la plus récente, vient s’ajouter à ce vaste ensemble, et couvre un territoire plus vaste encore, depuis Madagascar jusqu’à l’île de Pâques.

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

APLL9: Austronesian and Papuan languages conference

9th International Austronesian and Papuan Languages
and Linguistics Conference — APLL9

21–23 June 2017

motalavaThis year, our department LACITO has the pleasure of hosting APLL9, the 9th edition of the conference on Austronesian and Papuan Languages and LinguisticsThe purpose of APLL conferences is to provide a venue for presentation of the best current research on Austronesian and Papuan languages and linguistics and to promote collaboration and research in this area. (See the conference’s homepage for more detail.)

APLL9 is scheduled for three days, 21-23 June 2017. While previous editions were held in London, APLL9 will be convened in Paris, at the campus of our university partner INALCO, the Institut national des langues et civilisations orientales (see its Asia–Pacific section).

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Exposé de Gao Jiayin et Martine Mazaudon

Dans le cadre de l’Atelier de Phonologie

Gao Jiayin et Martine Mazaudon

présentent un exposé mercredi 7 juin à 10h,
à l’université Paris 8 à St Denis, salle D143
(plan d’accès)

Titre : Tons et traits pertinents : perspective diachronique

Dans de nombreuses langues où existe une interaction entre un ton bas et le voisement d’une consonne initiale, les phonologues trouvent difficile de postuler une forme « sous-jacente » et une forme « de surface » : est-ce le voisement qui conditionne le ton ou vice-versa ? Bradshaw (1999) propose un trait [L/voisé] pour rendre compte des réalisations d’une catégorie phonologique unique. Cette proposition est largement basée sur des processus (morpho-) phonologiques synchroniques, qui sont très riches dans les langues tonales d’Afrique.

Continuer la lecture

Pouponnage et connivences : relations avec les « consultants », « informateurs », « collaborateurs », « profs »…

Pouponnage et connivences

Pouponnage et connivences. Photo: Qin Qing (秦晴), 2012

Ma prof de langue na de Yongning, Mme Latami Dashilame, n’avait jamais quitté son village, sauf pour de rares et courtes visites alentours, jusqu’à ce qu’elle rejoigne en 2010 la ville de Lijiang pour s’occuper d’une de ses petites-filles, qui venait de naître. Provisoirement installé à Lijiang, j’y ai amené ma famille, dont une petite fille du même âge, qui y a gagné une compagne de jeux, et une figure grand-maternelle attentive. Lorsqu’on a la chance de pouvoir séjourner plusieurs mois chez les locuteurs ou dans leur voisinage immédiat, s’installent des relations plus personnelles et approfondies que lors des brèves enquêtes de terrain, dont les impératifs de rapidité peuvent entrer en conflit avec les habitudes et les attentes des collaborateurs (“informateurs”, “locuteurs”, “consultants”) et amis. Et pour qui apprend la langue na (aussi appelée “moso”), les phrases toutes simples adressées aux petits enfants sont merveilleuses de clarté.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

APLL9 – Book of abstracts

9th International Austronesian and Papuan Languages
and Linguistics Conference – APLL9

Book of abstracts

In preparation of APLL9, the 9th edition of the conference on Austronesian and Papuan Languages and Linguistics, we are happy to release today the Book of abstracts.
(Click on the picture to download it. Revised version, 10 June 2017.)

 

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Registering to APLL9

It is now possible to register formally to APLL9, the 9th international conference on Austronesian and Papuan Languages and Linguistics. This will be done using Azur Colloque, the CNRS web system for paying online.

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le monde animal des Gbáyá ɓòdòè

Les Gbáyá ɓòdòè font partie de l’ethnie gbaya kara et forment un groupe homogène d’environ 5000 personnes réparties en une quarantaine de villages au sud-ouest de Bouar, en République centrafricaine. Culture de tradition orale, ce peuple valorise énormément l’art de manier le verbe.

Les Gbáyá ɓòdòè organisent le monde animal en deux grands groupes :

  • les gibiers ou vertébrés (« sàdi »)
  • les insectes ou invertébrés (« kôkôdo-mb »)

Continuer la lecture

Chasse en pays aka

En 1987, le LACITO organisa une exposition intitulée « Nommer son milieu naturel » lors du salon « Expolangues », porte de Versailles. Jacqueline MC Thomas, fondatrice du LACITO (1976) et spécialiste des langues africaines, proposa une incursion dans l’art d’imiter les animaux des chasseurs pygmées aka de Centrafrique.

Lorsqu’ils partent chasser, les Pygmées Aka imitent les cris des animaux qu’ils souhaitent attirer comme :

-l’éléphant : dans le troupeau au repos, des bruits de feuillages arrachés, des soufflements, des piétinements, de petits cris, des bruissements d’oreilles et de queues…
-le céphalophe à bande dorsale noire : L’animal dans les buissons, son cri d’inquiétude et d’appel…
-la vieille panthère : elle n’est plus apte à attraper du gibier et n’hésite pas à se rabattre sur une proie plus facile, jeune enfant imprudemment isolé, femmes à la collecte, chasseur solitaire…
Et aussi :
le vieux gorille, le céphalophe à dos jaune, le crocodile de forêt, le calao à cuisses blanches, le chimpanzé, le potamochère, la nandinie, la mangouste noire des marais, le coucal huppé, le râle à pattes rouges et la pintade huppée.

 Cliquer sur l’image ci-dessous pour entendre des imitations d’animaux :

© Jacqueline M.C. Thomas (CNRS-LACITO, 1987)

 

 

Ethnomusicologie au LACITO

Au début des années 1980, grâce aux progrès technologiques et à de nouvelles méthodes d’investigation, le Département Ethnomusicologie du LACITO, créé en 1981 par Jacqueline  MC Thomas, fait faire un bond en avant à la discipline.

En effet, l’ethnomusicologue Simha Arom met au point la méthode de l’enregistrement en re-recording ou playback qui, appliquée à la rythmique des musiques traditionnelles d’Afrique centrale, permit au chercheur de transcrire et d’analyser des polyphonies et polyrythmies instrumentales et vocales complexes. Les musiques subsahariennes sont fondamentalement constituées de variations à partir de motifs mélodiques se répétant de manière régulière. Ce sont des chants à une ou plusieurs voix qui se croisent ou se superposent sur un tempo donné (accompagnement polyrythmique de percussions et d’instruments mélodiques) où chaque ligne mélodique peut se développer indépendamment des autres.

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

L’enregistrement en re-recording est une technique qui permet d’isoler les voix d’une polyphonie sans perdre son mode d’imbrication, donnant ainsi la possibilité d’étudier plus aisément les composantes de cette forme musicale.

Comment ça marche ? Les diverses voix ne sont pas enregistrées simultanément mais successivement, chaque chanteur entendant à l’aide d’un casque la ou les parties du ou des chanteurs qui l’ont précédé. Ainsi, chaque voix de la polyphonie se trouve consignée sur une piste séparée d’une bande magnétique (voir ici cette technique dans le détail). Cette technique ouvrit la voie à l’utilisation de l’enregistrement en multipistes (Fabrice Marandola, 1999).

Simha Arom s’est consacré, entre autres, à l’étude approfondie des chants polyphoniques pygmées qu’il a pu modéliser. Les chants pygmées constituent, très certainement, un des patrimoines musicaux les plus fascinants au monde. Ce peuple chante de façon extrêmement émouvante un vaste répertoire étroitement lié aux activités quotidiennes : moments graves ou sérieux, tristes ou gais, moments de réjouissance, moments d’intense labeur… Cette musique vocale et collective se pratique sans chef ni partition et se transmet de génération en génération. D’après Simha Arom, cette musique « est tout à fait comparable, aussi bien par la complexité rythmique que par les règles qui régissent la polyphonie, à certaines formes savantes qui avaient cours en Europe entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle »[1]. Les archives sonores de Simha Arom ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.

[1] Cité dans « Les dernières Tribus ». Chapitre consacré aux Pygmées Aka (Michel de Pracontal) Sous la direction de J.F. Held. Flammarion/L’Événement du Jeudi, 1988.

casqueExtrait sonore enregistré par Simha Arom : « Hindehu » par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet.

 

videoVidéo par Jeanie Heckman : « Les chants polyphoniques des Pygmées Aka de Centrafrique ».


Pour en savoir plus :

Notre collègue et amie Denise Bernot

Bernot_Soutenance4-bsest décédée le 12 mai 2016. Elle est née le 4 février 1922. Diplômée de l’Ecole des Chartes, elle va en 1951 avec son mari Lucien Bernot en Arakan, sur le conseil de Claude Lévi-Strauss, qui les accompagnera tous deux de son amitié constante. De ce séjour et d’autres, Lucien Bernot rapportera la matière de son livre sur Les Paysans arakanais (1967), et ils écrivent ensemble Les Khyang des collines de Chittagong (Plon 1958). Denise en revient avec l’idée qu’il faut étudier le birman, et elle crée cet enseignement en France. Elle sera professeur de birman aux Langues’ O, puis INALCO pendant presque trente ans, de 1960 à sa retraite en 1989. Une grande partie de ses activités est dès lors liée à cet enseignement : le monumental Dictionnaire birman-français (15 vols. 1978-1994) qu’elle dirige, puis le Manuel de birman co-rédigé en 1995. Elle a aussi beaucoup fait pour le secteur birman (et alentour) de la Bibliothèque des Langues’O, actuelle BULAC. Toutefois, outre ses activités birmanes, livresques et humaines, Denise a reçu chez elle dans la petite maison d’Antony (aujourd’hui une sorte d’île parmi les grands immeubles) un nombre étonnant de collègues, étudiants, amis ou semi-inconnus qu’il s’agissait d’épauler, d’aider, d’encourager, de stimuler. Amie et estimée de beaucoup de savants illustres, Denise savait voir aussi bien les grandes choses que les petites. De minuscules détails de lexique ou de grammaire pouvaient la préoccuper, surtout s’il s’agissait de birman ; mais elle n’oubliait jamais, comme beaucoup des caractères issus de la Guerre, d’avoir l’œil sur de plus vastes questions, politiques, philosophiques, sociales ou humaines – qu’elle savait aussi apprécier par les détails.

François Jacquesson et San San Hnin Tun

Chers toutes et tous,
Comme vous le savez, Mme Bernot est décédée le 12 mai, et ses enfants organisent une « cérémonie » (ce n’est pas le mot, mais je ne sais pas le mot juste à employer …) le 5 juin, pour lui rendre le dernier hommage, et ils m’ont confirmé que « tous ceux qui veulent lui rendre un dernier hommage le 5 juin seront bienvenus aux 47 ce jour-là. C’est l’invitation officielle, proposée à tous ceux qui souhaitent partager ce moment ». Je vous mets en pièce jointe la copie du faire-part (qu’ils n’ont pas pu envoyer individuellement à tout le monde).
S’il y a d’autres personnes que vous connaissez (dans d’autres départements ou ailleurs), et qui ne s’affichent pas sur cette liste, partagez s’il vous plaît cette information.
Pour les fleurs, ils disent qu’elles ne sont pas indispensables, et ce sont celles de son jardin qu’elle aimait et que nous les aurons tous sous les yeux dimanche prochain.
Amicalement,

San San Hnin Tun

Faire part

Denise Bernot, Langues, Savoirs, Savoir-faire de Birmanie

Alice Vittrant, membre du LACITO jusqu’en décembre 2015, vient juste de consacrer à Denise Bernot un film documentaire (à voir ci-dessous) — lequel sera d’ailleurs très bientôt présenté au Festival du film de chercheur 2016.

Denise Bernot, née le 4 février 1922, ancienne élève de l’École des chartes, fut professeur de birman à l’Institut national des langues et civilisations orientales de 1960 à 1989. Elle y a créé la chaire de birman. Ce film est l’occasion de retracer son itinéraire étonnant et courageux.

Conseillères scientifiques :
Alice Vittrant (Université Aix-Marseille, LACITO/ DDL)
Alexandra De Mersan (Enseignant-chercheur INaLCO – Chercheur au laboratoire CASE)

Réalisatrices :
Ferlita Céline, Leducq Maryline
(c) CNRS, 2015

 

A new language map for LACITO and Pangloss

We are proud to launch today a new language map. It displays all the languages which have been studied in our department CNRS–LACITO since its creation in 1976;  as well as all the languages that are featured in our online archive of language recordings, the Pangloss Collection.

The combination of these two sets yields a total of 218 languages, distributed all over the planet. First of all, here’s a nice “heatmap” visualisation:
LACITO-Pangloss_heatmap

But the main tool we are launching today is an interactive map, that links each language to online resources — especially audio recordings with their transcriptions and translations.  It can be used as a gateway to LACITO’s website, or even more importantly, a door to our Pangloss archive of language recordings.

Clicking on this picture will bring you to another page where the interactive map is presented and explained.

Carte-Pangloss_sample2

If you just can’t wait, here is a direct link to the map itself, in full screen.

Enjoy your travels!

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une séance de travail sur la langue na du Yunnan

Mme Latami Dashilame (présentée ici) n’avait jamais participé à une enquête linguistique avant de commencer à m’enseigner sa langue, le na de Yongning. La familiarité venant, elle a bien volontiers accepté de se prêter au jeu d’enquêtes phonologiques, et d’études phonétiques recourant à des techniques un peu impressionnantes (mais d’une entière innocuité) comme l’électroglottographie, qui permet de mesurer la surface d’accolement des plis vocaux pendant la parole et ainsi d’étudier en détail tons et types phonatoires.

Pose du collier de l’électroglottographe


Pose du collier de l’électroglottographe
— (Photo Qin Qing 秦晴, 2012)

Le costume traditionnel na, qu’elle avait exceptionnellement revêtu ce jour-là pour la visite d’un journaliste curieux de nous voir au travail, comporte une coiffe élaborée incompatible avec le port d’un micro serre-tête. En revanche il se conjugue sans difficulté avec le collier de l’électroglottographe.
Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Recherches tonales sur le tamang

En novembre 2015, Martine Mazaudon et moi-même nous sommes rendues au Népal, dans la vallée de Kathmandu et ses environs, pour effectuer des recherches linguistiques sur le tamang. Cette langue, de la famille tibéto-birmane, est parlée par 1 350 000 locuteurs (Ethnologue, 2011) au centre du Népal.

Les villages Taglung et Risiangku (fléchés sur la carte). Source : Martine Mazaudon (2012), « Paths to tone in the Tamang branch of Tibeto-Birman (Nepal) ».

Le Népal est un pays d’une grande diversité culturelle et linguistique, où se parlent 122 langues différentes (Ethnologue). Elles incluent de nombreuses langues indo-européennes, qui n’ont pas de tons – comme la langue nationale le népali – mais aussi des langues tibéto-birmanes – comme le newar, non-tonal, et le tamang, tonal.

Notre enquête de terrain a été en partie financée par l’opération PPC2 du Labex-EFL: “Approches évolutives de la phonologie: Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes (en diachronie et panchronie)”. Lors de cette enquête, nous avons recueilli:

  • des enregistrements audio-visuels de récits (extraits prochainement mis en ligne dans la Collection Pangloss), racontés par des locuteurs de différents dialectes du tamang, au sujet des tremblements de terre de 2015
  • des enregistrements audio et EGG (électroglottographiques, voir plus bas) de deux locuteurs de tamang du village de Risiangku et cinq locuteurs de tamang du village de Taglung (cf. la carte).

Continuer la lecture

Jiayin Gao

Jiayin Gao est ingénieur de recherches au LACITO. Elle étudie les variations tonales et l'évolution des tons dans les langues sino-tibétaines.

More Posts - Website

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Dans sa jeunesse, mon professeur de langue moso (na) de Yongning, Mme Latami Dashilame, a été l’un des acteurs d’un documentaire-fiction au sujet des gens de Yongning et de leur structure familiale inhabituelle (Le mariage ‘A-zhu’ chez les Naxi de Yongning《永宁纳西族的阿注婚》). Plus tard, l’un de ses fils est devenu ethnologue, et de nombreux collègues ont rendu visite à sa mère. Elle a vu la culture des Na de Yongning devenir un objet de curiosité, et sa promotion dans l’industrie touristique, dont elle mesure les bons et les mauvais côtés.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn