Archives de catégorie : Vie du LACITO

Journée “Corpus multilingues et plurilingues”

Le consortium CORLI (Corpus, Langues, Interactions) organise une journée scientifique “Corpus multilingues et plurilingues” visant à réunir des membres de la communauté́ scientifique concernés par les problématiques liées à la création et l’analyse de corpus multilingues et plurilingues, écrits et oraux.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Lancement de notre école d’été FieldLing

Du lundi 4 au vendredi 8 septembre, aura lieu l’école d’été FieldLingInternational School in Linguistic Fieldwork”, que le LACITO organise avec nos partenaires du LLACAN et du SEDYL.  Ce sera l’occasion, pour les doctorants en linguistique de France ou d’ailleurs, d’explorer les questions de méthodologie et de théorie autour de la linguistique de terrain, et de l’étude de la diversité des langues.

Retrouvez ici le programme des cours et interventions.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Éléphants, ouvre-boîtes et sarcophages

Le chercheur doit écrire des choses originales : zéro copié-collé. C’est le champion de l’innovation. Mais personne n’écrit de texte totalement nouveau : ce serait incompréhensible. Sauf Hugo Ball écrivant Elephantenkarawane [1].

Dans ce que nous écrivons, qu’il s’agisse d’une liste de courses ou de votre dernier article génial, la nouveauté est la chose la plus difficile à repérer. On voit des 4e de couverture qui ressemblent à des affiches de cinéma, et vantent deux choses : c’est facile à lire et c’est super original. Personne n’a jamais dit ça avant, c’est ground-breaking, ouvre des horizons, repousse les frontières, et c’est aussi facile à utiliser qu’un ouvre-boîte. C’est l’emphase du marchand sur le champ de foire, oui, mais ces excès ne sont pas indifférents : ils montrent que la nouveauté est difficile à cerner. Continuer la lecture

La langue bat où la dent fait mal : publicité

Maintenant que le CNRS nous appelle à nous allier au Grand Capital, et même au Moyen, soit en déposant des brevets, soit en valorisant nos produits, et nous fait un discours sur la valeur ajoutée, je n’ai plus honte : je vais faire de la publicité.

Je voudrais dire du bien d’un petit livre magnifique, où il est question de linguistique, de la meilleure façon du monde : avec science et élégance, profondeur et légèreté. Il s’agit des conversations entre Tullio de Mauro et Andrea Camilleri publiées sous le titre de La Langue bat où la dent fait mal.

Continuer la lecture

Fémilin et mascunin

Comme parfois, je vais aborder en tremblant un sujet « de société » ; mais c’est une histoire qui finit bien. Je l’aborde à cause de son aspect linguistique évidemment, et aussi à cause d’un fait d’actualité. Il serait d’ailleurs intéressant de classer les « faits de langue » selon qu’ils sont plus ou moins sociaux, de 10 à 1. Cela peut dépendre de la sensibilité à ce qui est social, des époques, et bien sûr des langues. En réalité, tout ce qui change, dans une langue, doit être social, puisque ce sont les locuteurs qui changent la langue. On pourrait alors a contrario sonder deux hypothèses.

Continuer la lecture

APLL9: colloque sur les langues austronésiennes et papoues

9e colloque international
Langues et linguistique austronésiennes et papoues
 
APLL9 

21–23 Juin 2017

torresCette année, le LACITO a le plaisir d’accueillir APLL9, la 9ème édition du colloque international sur les Langues et linguistique austronésiennes et papoues. Le but des colloques APLL est d’offrir un forum pour discuter des recherches actuelles en linguistique des langues austronésiennes d’une part, et papoues d’autre part. C’est aussi l’occasion de promouvoir les collaborations internationales dans ce domaine.

Pour les passionnés de diversité linguistique, l’ensemble des langues papoues forme la dernière grande terra incognita restant à explorer — avec près de 800 langues parlées dans la grande île de Nouvelle-Guinée, représentant plus d’une cinquantaine de familles linguistiques différentes. La famille austronésienne, historiquement la plus récente, vient s’ajouter à ce vaste ensemble, et couvre un territoire plus vaste encore, depuis Madagascar jusqu’à l’île de Pâques.

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

APLL9: Austronesian and Papuan languages conference

9th International Austronesian and Papuan Languages
and Linguistics Conference — APLL9

21–23 June 2017

motalavaThis year, our department LACITO has the pleasure of hosting APLL9, the 9th edition of the conference on Austronesian and Papuan Languages and LinguisticsThe purpose of APLL conferences is to provide a venue for presentation of the best current research on Austronesian and Papuan languages and linguistics and to promote collaboration and research in this area. (See the conference’s homepage for more detail.)

APLL9 is scheduled for three days, 21-23 June 2017. While previous editions were held in London, APLL9 will be convened in Paris, at the campus of our university partner INALCO, the Institut national des langues et civilisations orientales (see its Asia–Pacific section).

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Exposé de Gao Jiayin et Martine Mazaudon

Dans le cadre de l’Atelier de Phonologie

Gao Jiayin et Martine Mazaudon

présentent un exposé mercredi 7 juin à 10h,
à l’université Paris 8 à St Denis, salle D143
(plan d’accès)

Titre : Tons et traits pertinents : perspective diachronique

Dans de nombreuses langues où existe une interaction entre un ton bas et le voisement d’une consonne initiale, les phonologues trouvent difficile de postuler une forme « sous-jacente » et une forme « de surface » : est-ce le voisement qui conditionne le ton ou vice-versa ? Bradshaw (1999) propose un trait [L/voisé] pour rendre compte des réalisations d’une catégorie phonologique unique. Cette proposition est largement basée sur des processus (morpho-) phonologiques synchroniques, qui sont très riches dans les langues tonales d’Afrique.

Continuer la lecture

Soutenance d’HDR – Alexis Michaud

Le LaCiTO a le plaisir d’annoncer

la soutenance, pour le diplôme
d’Habilitation à Diriger des Recherches,

d’Alexis Michaud

le 12 juin 2017
de 14h à 18h

à l’Université Lumière (Lyon 2)
[voir l’annonce]

sur le thème

Analyse de systèmes prosodiques d’Asie orientale :
linguistique de terrain et phonétique expérimentale

(Coordinateur: François Pellegrino)

Le jury est constitué de :

– Juliette Blevins (City University of New-York, USA)
– Denis Creissels (Université Lumière Lyon 2)
– Guillaume Jacques (CNRS, Paris)
– Stephen Morey (La Trobe University, Australie)
– François Pellegrino (CNRS, Lyon)
– Jacqueline Vaissière (Université Sorbonne nouvelle Paris 3)

La soutenance est publique : toute personne intéressée est bienvenue à la soutenance, ainsi qu’au pot qui s’ensuivra.

Le mémoire d’habilitation, accompagné du diaporama de la soutenance, est disponible ici.

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Langage et Société : Un dialogue entre Paris et Chicago

Journées d’étude organisées par Michael Silverstein (U. de Chicago), Cécile Canut (U. Paris Descartes-Cerlis), James Costa (Sorbonne Nouvelle-Lacito), Isabelle Léglise (CNRS-SeDyL).

Date : 12–13–14 juin 2017

Lieu : University of Chicago Center in Paris, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Recomposition of urban landscape – Routes 1A –
Crédits photo : Sachiyo Nishimura   www.snishimura.com

Chicago et Paris ont été, historiquement, deux grands centres de réflexion et de diffusion de nouvelles théories et idées en sciences sociales — et notamment en linguistique, sociolinguistique et anthropologie linguistique. C’est en partant de ce constat que, à l’occasion des 40 ans de la revue de sociolinguistique Langage & Société (dont le numéro anniversaire vient de paraître), Michael Silverstein, anthropologue linguiste à l’Université de Chicago, m’a initialement proposé de réunir des anthropologues, linguistes et sociolinguistes de Paris et Chicago. Le but était d’échanger autour de la manière dont avait évolué la réflexion sur le langage en société ces quarante dernières années dans nos deux centres.

Ces premiers échanges se matérialiseront les 12-13-14 juin prochains à l’occasion d’une rencontre entre six anthropologues et linguistes de l’Université de Chicago, et six sociolinguistes et anthropologues de diverses institutions et laboratoires parisiens, dont le Lacito, le SeDyl et le Cerlis.

Continuer la lecture

APLL9 – Book of abstracts

9th International Austronesian and Papuan Languages
and Linguistics Conference – APLL9

Book of abstracts

In preparation of APLL9, the 9th edition of the conference on Austronesian and Papuan Languages and Linguistics, we are happy to release today the Book of abstracts.
(Click on the picture to download it. Revised version, 10 June 2017.)

 

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Exposition photos du LACITO à la Maison de la Recherche

Vous vous souvenez sans doute de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LACITO”, présentée en novembre dernier sur le campus CNRS de Villejuif, à l’occasion du quarantenaire de notre laboratoire. Elle avait été préparée par Isabelle Leblic, avec l’aide d’Emmanuelle Laurent et de Fabrice Jejcic du Club Photo du CAES.

La direction du LACITO a souhaité que ces photographies connaissent une seconde vie. Ce sera le cas au cours des prochains mois, puisqu’elles seront désormais exposées à la Maison de la Recherche de l’université Paris III Sorbonne nouvelle, un bel édifice en plein Quartier Latin. Voilà une excellente nouvelle pour la visibilité de la linguistique de terrain auprès d’un public divers composé de personnels administratifs, enseignants, chercheurs, étudiants, de divers horizons. Nous remercions particulièrement M. Laurent Creton, directeur de la Maison de la Recherche, qui a permis la réalisation de ce projet ; ainsi que M. Patrice Roland, pour son aide précieuse dans l’organisation de cet événement.

Cette exposition inclut quarante photographies de terrain réalisées, sur les cinq continents, par les membres du LACITO d’hier et d’aujourd’hui : Evangelia Adamou, Laurent Fontaine, Alexandre François, François Jacquesson, Emmanuelle Laurent, Isabelle Leblic, Cécile Leguy, Bertrand Masquelier, Alexis Michaud, Claire Moyse, Samia Naïm, Catherine Paris, Vladimir Randa, Lameen Souag et Jacqueline Thomas.

Vous êtes tous conviés au vernissage, qui aura lieu la semaine prochaine :

Mardi 25 avril 2017
16h30 – 19h30
à la Maison de la Recherche
(hall principal)
4 rue des Irlandais – 75005 Paris  
RER Luxembourg​ ~ M° Cardinal Lemoine

L’exposition sera inaugurée par :

  • M. Laurent Cretondirecteur de la Maison de la Recherche,
    Président du Conseil Académique de Paris III
    Vice-Président de la Commission de la Recherche
  • Alexandre Françoislinguiste, directeur du LACITO
  • Isabelle Leblicanthropologue, créatrice de l’exposition et de son catalogue

En avant-première, vous pouvez télécharger le catalogue de l’exposition.
Nous vous proposerons une sélection de petits films présentant le travail du LACITO.
Des boissons et amuse-gueules seront servis.  Venez nombreux !

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Registering to APLL9

It is now possible to register formally to APLL9, the 9th international conference on Austronesian and Papuan Languages and Linguistics. This will be done using Azur Colloque, the CNRS web system for paying online.

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’anglais

Pour Boyd

J’aime la langue anglaise depuis longtemps, et de plus en plus à mesure que je la connais mieux. C’est un peu désagréable de commencer de façon apparemment aussi personnelle, mais il n’y a pas d’autre moyen : entre une langue et soi, le rapport n’est pas généralisable. Car une langue est double, elle est une façon qu’on a de s’exprimer (cette façon change avec l’expérience, les lectures, les contextes où on la parle) et là c’est personnel, rien à faire ; puis elle est à tout le monde, tous ses locuteurs, même les pauvres, les provinciaux et les vaincus comme dans le dernier film de Ken Loach où le héros de l’histoire, Daniel Blake, il a quand même un drôle d’accent. Mais c’est vrai que les langues, ce sont des accents. Moi qui en ai un dans toutes les langues, je suis d’accord. Mes amis s’esclaffent quand je dis « tu veux des pâtes », à cause ce /ɑ/ champenois invraisemblable !

Continuer la lecture

Nous sommes des stars, des stars en commun

Mes chers collègues, et cher public extérieur à la profession, voici encore un billet caustique. Caustique et gentil, vous allez voir. Comme les collègues le savent, nous devons pour chaque déplacement hors du bureau examiner une liste de « pays à risques », pour voir si notre destination s’y trouve. Elle s’y trouve souvent, parce que par profession nous allons où les gens ne vont pas d’habitude, et il existe une collusion entre ce qu’on ne connaît pas et ce qui fait peur. Nous sommes, par profession et parfois par vocation, des gens qui prenons des risques – non pas par provocation ou par forfanterie, mais parce que nous allons explorer ce qu’on ne connaît pas bien. C’est notre métier. Ce n’est pas propre à la linguistique ou à l’anthropologie ; les spéléologues ou les vulcanologues, par exemple, en font autant. Leur propos est différent bien entendu.

Si nous allons dans un « pays à risques », et que le service concerné donne son accord, en fonction de critères qu’il n’est pas tenu de formuler, nous recevons une liste de conseils ou d’injonctions. Parmi lesquels il y a la défense de prendre les transports en commun.

Continuer la lecture