Archives mensuelles : janvier 2016

Séminaire PACoL du 13/01/2016: Récits et narrativité

La prochaine séance de notre séminaire LACITO “Problèmes d’Analyse et de Comparaison des Langues” aura lieu le:

​​​Mercredi 13 janvier 2016
14h30-1​7h​00

au Centre Haudricourt
7 rue Guy Môquet – 94800 Villejuif
​​Bâtiment D – Salle de conférences du rez-de-chaussée

Nous entendrons ​deux exposé​s, sur des thèmes similaires: les récits et l’art de la narration.

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Recherches tonales sur le tamang

En novembre 2015, Martine Mazaudon et moi-même nous sommes rendues au Népal, dans la vallée de Kathmandu et ses environs, pour effectuer des recherches linguistiques sur le tamang. Cette langue, de la famille tibéto-birmane, est parlée par 1 350 000 locuteurs (Ethnologue, 2011) au centre du Népal.

Les villages Taglung et Risiangku (fléchés sur la carte). Source : Martine Mazaudon (2012), « Paths to tone in the Tamang branch of Tibeto-Birman (Nepal) ».

Le Népal est un pays d’une grande diversité culturelle et linguistique, où se parlent 122 langues différentes (Ethnologue). Elles incluent de nombreuses langues indo-européennes, qui n’ont pas de tons – comme la langue nationale le népali – mais aussi des langues tibéto-birmanes – comme le newar, non-tonal, et le tamang, tonal.

Notre enquête de terrain a été en partie financée par l’opération PPC2 du Labex-EFL: “Approches évolutives de la phonologie: Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes (en diachronie et panchronie)”. Lors de cette enquête, nous avons recueilli:

  • des enregistrements audio-visuels de récits (extraits prochainement mis en ligne dans la Collection Pangloss), racontés par des locuteurs de différents dialectes du tamang, au sujet des tremblements de terre de 2015
  • des enregistrements audio et EGG (électroglottographiques, voir plus bas) de deux locuteurs de tamang du village de Risiangku et cinq locuteurs de tamang du village de Taglung (cf. la carte).

Continuer la lecture

Jiayin Gao

Jiayin Gao est ingénieur de recherches au LACITO. Elle étudie les variations tonales et l'évolution des tons dans les langues sino-tibétaines.

More Posts - Website

En souvenir de Maurice Coyaud

Notre collègue et ami Maurice Coyaud nous a quittés lundi 28 Décembre 2015, sur le chemin de retour de son bureau au Lacito où il mettait la dernière main à son prochain ouvrage.

Contes-InuitAuteur prolifique et esprit curieux, Maurice Coyaud a publié pas moins de 73 ouvrages et de nombreux articles portant sur les langues et cultures de l’Asie – ouvrages scientifiques portant sur de grandes langues comme la grammaire du chinois publiée en 1976 avec Marie-Claude Paris, ou témoignages d’un amoureux du folklore universel comme Contes et Légendes des Inuit en 2006.

Ses travaux de linguistique ont commencé par quelques études sur les langages documentaires, et les articulations logiques du discours. Mais très vite, Maurice Coyaud a été repris par son amour de l’Orient où il était né. Ses principaux travaux ont porté sur le chinois – langue pour laquelle il a même été inspecteur général – mais aussi sur le coréen, le japonais, le tagalog, le birman, sur les systèmes d’écriture d’Extrême-Orient dans leur relation à la phonétique. Il s’est aussi attaché à l’étude de petites langues en Nouvelle-Calédonie. Mais les langues l’intéressaient aussi pour les cultures et traditions qu’elles portent. Commençant par une étude sur le lexique japonais de l’histoire naturelle et de la biologie, il s’est très vite attaché à connaître et faire connaître les littératures écrites et orales des peuples qu’il visitait. Car Maurice était aussi un grand voyageur, pour la science et pour le plaisir.

Maurice Coyaud était un grand polyglotte: traduire l’amusait. Il recherchait en français des
expressions quelquefois rares, désuètes ou burlesques pour évoquer l’impression que lui avait faite un récit traditionnel de Nouvelle-Calédonie, de Thaïlande, du Vietnam ou d’ailleurs. Il était un collaborateur régulier de la Quinzaine littévolaitraire où il présentait aussi les traductions des autres; son dernier article paru dans la Quinzaine en octobre 2015 était consacré à la publication récente d’une traduction française des entretiens de Confucius, faite au dix-septième siècle, à partir du latin, par un médecin-explorateur. Maurice y trouvait l’occasion d’apprécier des traductions de traductions. La petite maison d’édition qu’il a fondée Pour l’analyse du folklore (P.A.F.) a fait connaître à un large public des contes et légendes totalement inédits. Il poursuivait son œuvre, inlassablement, quand il nous a quittés pour rejoindre « l’homme qui volait au-dessus des arbres ».

Disparition de notre collègue Maurice Coyaud

En cette nouvelle année, nous avons eu la tristesse d’apprendre le décès de notre collègue Maurice Coyaud, qui a succombé à un infarctus le 28 décembre 2015, à l’âge de 81 ans. Quoique retraité officiellement depuis 1999, Maurice Coyaud continuait souvent à fréquenter son bureau au LACITO, et c’est d’ailleurs là qu’il venait encore, ce jour-là, de passer la matinée.

Maurice CoyaudEn tant que chercheur, Maurice Coyaud a eu une carrière prolifique: prolifique par le nombre de langues qu’il maîtrisait – chinois, japonais, coréen, mongol, birman, tagalog, entre autres… – mais aussi par le nombre de ses publications. Le site du LACITO en recense 118, dont 73 ouvrages ! La plupart d’ailleurs publiés dans la maison d’édition qu’il avait lui-même fondée, Pour l’Analyse du Folklore. Ce dévouement à la recherche mérite tout notre respect.

Mais si sa disparition nous attriste, c’est aussi parce que nous connaissions Maurice comme un homme doux, humble, passionné par les langues et les cultures du monde, par la poésie, la musique.

Martine Mazaudon, qui avait bien connu Maurice, a choisi d’évoquer plus en détail sa vie et sa carrière, ici même.

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Dans sa jeunesse, mon professeur de langue moso (na) de Yongning, Mme Latami Dashilame, a été l’un des acteurs d’un documentaire-fiction au sujet des gens de Yongning et de leur structure familiale inhabituelle (Le mariage ‘A-zhu’ chez les Naxi de Yongning《永宁纳西族的阿注婚》). Plus tard, l’un de ses fils est devenu ethnologue, et de nombreux collègues ont rendu visite à sa mère. Elle a vu la culture des Na de Yongning devenir un objet de curiosité, et sa promotion dans l’industrie touristique, dont elle mesure les bons et les mauvais côtés.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Un nouveau logo pour la Collection Pangloss

Le 1er décembre 2015, notre partenaire institutionnel l’UPS “Cultures, Langues, Textes” a accueilli dans ses rangs une nouvelle recrue, Emmanuelle Séguin, experte en graphisme. Encouragée par sa collègue Céline Ferlita, Emmanuelle n’a pas attendu longtemps pour apporter son soutien aux projets du LACITO, puisque dès avant les congés de fin d’année, elle nous proposait un nouveau logo pour notre Collection Pangloss – qui en avait besoin. Pangloss_logo_UPS

Un grand merci à elle !
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter