Archives mensuelles : août 2016

Offre d’emploi : CDD développeur

Développement et amélioration d’outils linguistiques
autour de dictionnaires et corpus en langues rares

Dans le cadre de nos projets scientifiques, nous recherchons un(e) ingénieur(e) en développement et déploiement d’applications web, pour un CDD de 6 mois.

Le projet : développer des dictionnaires électroniques

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Chasse en pays aka

En 1987, le LACITO organisa une exposition intitulée « Nommer son milieu naturel » lors du salon « Expolangues », porte de Versailles. Jacqueline MC Thomas, fondatrice du LACITO (1976) et spécialiste des langues africaines, proposa une incursion dans l’art d’imiter les animaux des chasseurs pygmées aka de Centrafrique.

Lorsqu’ils partent chasser, les Pygmées Aka imitent les cris des animaux qu’ils souhaitent attirer comme :

-l’éléphant : dans le troupeau au repos, des bruits de feuillages arrachés, des soufflements, des piétinements, de petits cris, des bruissements d’oreilles et de queues…
-le céphalophe à bande dorsale noire : L’animal dans les buissons, son cri d’inquiétude et d’appel…
-la vieille panthère : elle n’est plus apte à attraper du gibier et n’hésite pas à se rabattre sur une proie plus facile, jeune enfant imprudemment isolé, femmes à la collecte, chasseur solitaire…
Et aussi :
le vieux gorille, le céphalophe à dos jaune, le crocodile de forêt, le calao à cuisses blanches, le chimpanzé, le potamochère, la nandinie, la mangouste noire des marais, le coucal huppé, le râle à pattes rouges et la pintade huppée.

 Cliquer sur l’image ci-dessous pour entendre des imitations d’animaux :

© Jacqueline M.C. Thomas (CNRS-LACITO, 1987)

 

 

Petite ode au LACITO

Un laboratoire du CNRS peut-il être un terrain ?

Le Lacito le fut pour moi, entrée le 15 octobre 1974 sans formation préalable au domaine requis dans une équipe devenue Groupe puis Laboratoire. Sans formation et sans concours. Je crois bien que c’était la dernière année où l’on a pu recruter de la sorte quelqu’un qui avait juste le profil du poste à pourvoir parce qu’il était BAC + 4.

‑ Avec votre diplôme des Métiers d’Art, vous allez peut-être vous sentir à l’étroit dans un travail de secrétariat et de gestion. L’« entretien d’embauche » fut bref. J’allais acquérir les qualifications sur le tas. J’en avais, semblait-il, les compétences.

La richesse de la recherche, je m’en suis nourrie peu à peu, au contact des récits de terrain que les chercheurs échangeaient entre eux ou lors des demandes de mission qui transitaient par mes soins. J’appris que le monde était habité de « familles de langues », que les langues étaient tout aussi fragiles que les peuples qui les parlaient, qu’il fallait établir des dictionnaires pour les sauver et les rendre transmissibles. Ce patrimoine-là n’était pas conservé dans les musées. Les langues n’étaient pas des objets à l’abri de vitrines.

Des études d’art à l’anthropologie, l’éventail d’une plus grande sensibilité s’est largement déployé pour moi. Sans ce passage de huit années au Lacito, je n’aurais sans doute pas abordé les richesses humaines de tant d’autres civilisations. Le Lacito fut un « terrain » de vie plus ample. Un précieux terrain.

maitevienne

C'est dans les Hauts de Seine que je vis, anime des ateliers d'écriture et accompagne de jeunes écrivains dans leur projet d'édition. La poésie est mon champ d'investigation et d'expression majeur: deux ouvrages ont récemment vu le jour. Voir mon site web: http://www.maite-vienne-villacampa.fr

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Ethnomusicologie au LACITO

Au début des années 1980, grâce aux progrès technologiques et à de nouvelles méthodes d’investigation, le Département Ethnomusicologie du LACITO, créé en 1981 par Jacqueline  MC Thomas, fait faire un bond en avant à la discipline.

En effet, l’ethnomusicologue Simha Arom met au point la méthode de l’enregistrement en re-recording ou playback qui, appliquée à la rythmique des musiques traditionnelles d’Afrique centrale, permit au chercheur de transcrire et d’analyser des polyphonies et polyrythmies instrumentales et vocales complexes. Les musiques subsahariennes sont fondamentalement constituées de variations à partir de motifs mélodiques se répétant de manière régulière. Ce sont des chants à une ou plusieurs voix qui se croisent ou se superposent sur un tempo donné (accompagnement polyrythmique de percussions et d’instruments mélodiques) où chaque ligne mélodique peut se développer indépendamment des autres.

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

L’enregistrement en re-recording est une technique qui permet d’isoler les voix d’une polyphonie sans perdre son mode d’imbrication, donnant ainsi la possibilité d’étudier plus aisément les composantes de cette forme musicale.

Comment ça marche ? Les diverses voix ne sont pas enregistrées simultanément mais successivement, chaque chanteur entendant à l’aide d’un casque la ou les parties du ou des chanteurs qui l’ont précédé. Ainsi, chaque voix de la polyphonie se trouve consignée sur une piste séparée d’une bande magnétique (voir ici cette technique dans le détail). Cette technique ouvrit la voie à l’utilisation de l’enregistrement en multipistes (Fabrice Marandola, 1999).

Simha Arom s’est consacré, entre autres, à l’étude approfondie des chants polyphoniques pygmées qu’il a pu modéliser. Les chants pygmées constituent, très certainement, un des patrimoines musicaux les plus fascinants au monde. Ce peuple chante de façon extrêmement émouvante un vaste répertoire étroitement lié aux activités quotidiennes : moments graves ou sérieux, tristes ou gais, moments de réjouissance, moments d’intense labeur… Cette musique vocale et collective se pratique sans chef ni partition et se transmet de génération en génération. D’après Simha Arom, cette musique « est tout à fait comparable, aussi bien par la complexité rythmique que par les règles qui régissent la polyphonie, à certaines formes savantes qui avaient cours en Europe entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle »[1]. Les archives sonores de Simha Arom ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.

[1] Cité dans « Les dernières Tribus ». Chapitre consacré aux Pygmées Aka (Michel de Pracontal) Sous la direction de J.F. Held. Flammarion/L’Événement du Jeudi, 1988.

casqueExtrait sonore enregistré par Simha Arom : « Hindehu » par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet.

 

videoVidéo par Jeanie Heckman : « Les chants polyphoniques des Pygmées Aka de Centrafrique ».


Pour en savoir plus :