Archives mensuelles : février 2017

Nous sommes des stars, des stars en commun

Mes chers collègues, et cher public extérieur à la profession, voici encore un billet caustique. Caustique et gentil, vous allez voir. Comme les collègues le savent, nous devons pour chaque déplacement hors du bureau examiner une liste de « pays à risques », pour voir si notre destination s’y trouve. Elle s’y trouve souvent, parce que par profession nous allons où les gens ne vont pas d’habitude, et il existe une collusion entre ce qu’on ne connaît pas et ce qui fait peur. Nous sommes, par profession et parfois par vocation, des gens qui prenons des risques – non pas par provocation ou par forfanterie, mais parce que nous allons explorer ce qu’on ne connaît pas bien. C’est notre métier. Ce n’est pas propre à la linguistique ou à l’anthropologie ; les spéléologues ou les vulcanologues, par exemple, en font autant. Leur propos est différent bien entendu.

Si nous allons dans un « pays à risques », et que le service concerné donne son accord, en fonction de critères qu’il n’est pas tenu de formuler, nous recevons une liste de conseils ou d’injonctions. Parmi lesquels il y a la défense de prendre les transports en commun.

La raison pour laquelle on nous défend de prendre le bus ou le train (et l’avion ?) n’est pas expliquée non plus. On suppose que c’est plus dangereux que le taxi ou la machine à remonter le temps. Naturellement, aucun des personnels en mission dans un « pays à risques » ne peut tenir compte de cette injonction, même si son laboratoire lui payait le taxi entre Delhi et Tezu (d’où je vous écris). Les Délégations régionales du CNRS verraient avec stupeur les factures de taxi s’amonceler sur leurs bureaux. Si on n’en entend pas parler, c’est que tous nos agents vont exclusivement à Meudon (en taxi) et utilisent le deltaplane sur les grandes distances. Mais le ridicule véritable de la chose n’est pas dans la dépense. Il est dans le fait que nos métiers impliquent qu’on voie les gens. Et non pas qu’on les fuie.

En anthropologie comme en linguistique (celle que nous pratiquons au LACITO), il est indispensable de parler avec les Naturels, fussent-ils Sauvages et armés de machettes comme mes Mishmi ici à Tezu, de les voir, même les approcher (au moins pour leur serrer la main), et c’est encore mieux si on peut voir et étudier comment ils vivent, y compris chez eux. En fait, c’est le cœur de notre métier.

Or, c’est bien ennuyeux, on ne peut pas le faire en taxi. D’abord parce qu’il n’y a pas de taxi ici à Tezu. Ou bien ils sont collectifs et donc interdits. Aussi parce que si j’arrivais en taxi, il se passerait un certain temps avant que quelqu’un ose parler à un personnage aussi formidable. La police serait très curieuse de savoir qui est cet individu qui a un taxi avec une plaque de Delhi. Quant à aller à Phanglonglat en taxi, on ne peut y aller qu’à pied par un chemin. Et comme je ne connaissais pas le chemin, il a bien fallu que j’y aille collectivement. A pied, c’est collectif ? Hors-la-loi !

Comme je sais que le CNRS, au fond, est une bonne mère (ce message est gentil, je vous l’ai dit), je sais aussi qu’on ne veut pas nous empêcher de faire notre métier. La vérité est certainement qu’on veut se couvrir : faites votre noble métier, mais s’il y a un pépin on ne vous connaît plus. Noble attitude. Il y a peut-être eu une directive sécuritaire absurde, qu’on a introduite sans penser à mal, et qu’on recopie sans penser du tout. La directive devait concerner les cancérologues qui vont en colloque à New York, et à qui on interdit de se fourvoyer en banlieue. Quoique, à vrai dire, il y a aussi beaucoup de cancérologues de terrain, et qui doivent faire comme nous. Hors la loi !

Qui pouvait bien être concerné par une telle directive ? Ce serait intéressant de le savoir. Les spécialistes des moucherons ? Ils vont dans des pays dangereux, et sûrement pas avec leur mobylette personnelle. Alors, les spécialistes de quoi ? Qui est plus en sécurité hors des transports en commun que dedans ? Je ne vois qu’une solution : les stars du cinéma ! On nous a confondus avec les stars de l’écran ! Ça ne peut être que ça.

Tezu, le 10 février 2017.