Archives par étiquette : enquêtes de terrain

Pouponnage et connivences : relations avec les « consultants », « informateurs », « collaborateurs », « profs »…

Pouponnage et connivences

Pouponnage et connivences. Photo: Qin Qing (秦晴), 2012

Ma prof de langue na de Yongning, Mme Latami Dashilame, n’avait jamais quitté son village, sauf pour de rares et courtes visites alentours, jusqu’à ce qu’elle rejoigne en 2010 la ville de Lijiang pour s’occuper d’une de ses petites-filles, qui venait de naître. Provisoirement installé à Lijiang, j’y ai amené ma famille, dont une petite fille du même âge, qui y a gagné une compagne de jeux, et une figure grand-maternelle attentive. Lorsqu’on a la chance de pouvoir séjourner plusieurs mois chez les locuteurs ou dans leur voisinage immédiat, s’installent des relations plus personnelles et approfondies que lors des brèves enquêtes de terrain, dont les impératifs de rapidité peuvent entrer en conflit avec les habitudes et les attentes des collaborateurs (“informateurs”, “locuteurs”, “consultants”) et amis. Et pour qui apprend la langue na (aussi appelée “moso”), les phrases toutes simples adressées aux petits enfants sont merveilleuses de clarté.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Comité d’éthique du CNRS : POUR LA PUBLICATION DES DONNEES

Quel plaisir de lire dans un rapport du Comité d’éthique du CNRS des recommandations qui font écho aux murmures de collègues dans la communauté des linguistes. Voici ce que disait en 2013 Stephen Morey, répondant à un message de Guillaume Jacques, dans le cadre d’un échange dans un forum des sino-tibétanistes:

Thank you Guillaume for pointing out that:

« Thus, I think that our community should value more the production of dictionaries and text collections including translations in the local national languages, not just in English (or even only in the local languages, without English), even if this kind of publication never get cited. Citation-based evaluation of academic productivity has a highly detrimental effect on the field, and evaluators should really make a special case for non-English publications intended for speakers of the endangered languages. »

Here in Australia, the Australian Linguistics Society has set up a subcommittee to work out ways by which text corpora – annotated, analysed and curated – can be assessed and counted as research output just as articles in journals are. This follows on the recognition of the scholarly merit of Language Documentation by the Linguistics Society of America in 2010.

Once academics can get credit for this kind of work, we’ll be able to put more time into it and this will be of benefit to communities in the long run as well.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition photos du LACITO à la Maison de la Recherche

Vous vous souvenez sans doute de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LACITO”, présentée en novembre dernier sur le campus CNRS de Villejuif, à l’occasion du quarantenaire de notre laboratoire. Elle avait été préparée par Isabelle Leblic, avec l’aide d’Emmanuelle Laurent et de Fabrice Jejcic du Club Photo du CAES.

La direction du LACITO a souhaité que ces photographies connaissent une seconde vie. Ce sera le cas au cours des prochains mois, puisqu’elles seront désormais exposées à la Maison de la Recherche de l’université Paris III Sorbonne nouvelle, un bel édifice en plein Quartier Latin. Voilà une excellente nouvelle pour la visibilité de la linguistique de terrain auprès d’un public divers composé de personnels administratifs, enseignants, chercheurs, étudiants, de divers horizons. Nous remercions particulièrement M. Laurent Creton, directeur de la Maison de la Recherche, qui a permis la réalisation de ce projet ; ainsi que M. Patrice Roland, pour son aide précieuse dans l’organisation de cet événement.

Cette exposition inclut quarante photographies de terrain réalisées, sur les cinq continents, par les membres du LACITO d’hier et d’aujourd’hui : Evangelia Adamou, Laurent Fontaine, Alexandre François, François Jacquesson, Emmanuelle Laurent, Isabelle Leblic, Cécile Leguy, Bertrand Masquelier, Alexis Michaud, Claire Moyse, Samia Naïm, Catherine Paris, Vladimir Randa, Lameen Souag et Jacqueline Thomas.

Vous êtes tous conviés au vernissage, qui aura lieu la semaine prochaine :

Mardi 25 avril 2017
16h30 – 19h30
à la Maison de la Recherche
(hall principal)
4 rue des Irlandais – 75005 Paris  
RER Luxembourg​ ~ M° Cardinal Lemoine

L’exposition sera inaugurée par :

  • M. Laurent Cretondirecteur de la Maison de la Recherche,
    Président du Conseil Académique de Paris III
    Vice-Président de la Commission de la Recherche
  • Alexandre Françoislinguiste, directeur du LACITO
  • Isabelle Leblicanthropologue, créatrice de l’exposition et de son catalogue

En avant-première, vous pouvez télécharger le catalogue de l’exposition.
Nous vous proposerons une sélection de petits films présentant le travail du LACITO.
Des boissons et amuse-gueules seront servis.  Venez nombreux !

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Journées de Formation Doctorale du LACITO

Le LACITO organise deux journées de formation, principalement destinées à nos doctorants:

Quelques outils pour la description linguistique

30 – 31 janvier 2017

Salle de conférences du bâtiment D
7, rue Guy Môquet (Bât.D)
94800 Villejuif

Lundi 30 janvier 2017

9h30 – 13h

Alexis Michaud

Archiver dans la Collection Pangloss

14h30 – 17h

Alexandre François

SayMore (outil de transcription et de synchronisation son/texte)
Toolbox  (outil de transcription de textes et de lexicographie)

Mardi 31 janvier 2017

9h30 – 13h

Jiayin Gao

Phonétique acoustique et analyses avec Praat

14h30 – 17h

Alexandre François

Toolbox (fin)
Fonctions avancées dans Word (styles, numérotation automatique, structuration d’un document long, formatage d’un dictionnaire, etc.)

Le programme est également téléchargeable ici.

Bien que ces formations soient en principe destinées aux doctorants, les non-doctorants seront également les bienvenus. Les participants sont encouragés à installer à l’avance les logiciels concernés par la formation.  Certains liens se trouvent sur cette page du site de Pangloss.

Si vous êtes intéressé(e) par l’une de ces séances, merci de l’indiquer à l’organisateur : Komi Simnara, représentant des doctorants du LACITO.

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le LaCiTO à l’honneur sur le blog des Éditions Assimil

Les Éditions Assimil sont bien connues de nos lecteurs, qui ont sans doute mis à profit leurs célèbres méthodes pour s’initier à de nouvelles langues. Un point fort de la “méthode Assimil” – depuis sa création en 1929 par Alphonse Chérel – est d’avoir toujours mis en avant, pour apprendre les langues, la conversation spontanée et l’expression naturelle. Ce principe est parfois oublié des grammaires ou des articles de linguistique que nous lisons, alors qu’il mériterait, à mon sens, de nourrir nos travaux de description.

logo-assimilLe directeur du marketing des Éditions Assimil, Nicolas Ragonneau, s’intéresse à notre travail de description et de documentation des langues. Il y a deux ans, sur son blog (http://blog.assimil.com/), il avait ainsi interviewé notre collègue Nicolas Tournadre à l’occasion de la sortie de son ouvrage Le Prisme des Langues. Aujourd’hui, il a voulu faire connaître à ses lecteurs, férus de langues et de linguistique, le travail que nous menons au sein du LaCiTO. J’ai ainsi eu le plaisir de lui accorder un entretien, à l’occasion de notre Quarantenaire, afin de mieux faire connaître les recherches que nous menons dans notre laboratoire. Extrait:

“Bon nombre des langues que nous étudions sont des langues en danger, menacées d’extinction face aux grandes langues coloniales ou nationales (anglais, français, espagnol, russe, chinois…) qui s’imposent localement dans les médias ou les écoles. S’il existe depuis des siècles, le processus de mondialisation économique et culturel s’est particulièrement accéléré au cours des dernières décennies, rendant d’autant plus urgent le travail de documentation des nombreuses langues de la planète, avant qu’elles ne s’éteignent tout à fait. Sur les 7000 langues encore parlées aujourd’hui dans le monde, on estime que la moitié pourrait disparaître dans le prochain siècle : pour les chercheurs du LaCiTO et leurs collègues internationaux, c’est une tâche immense que de préserver la mémoire de cette diversité en péril.”

Si vous voulez lire le reste de cette entrevue :

http://blog.assimil.com/les-40-ans-du-lacito-entretien-avec-alexandre-francois/

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le monde animal des Gbáyá ɓòdòè

Les Gbáyá ɓòdòè font partie de l’ethnie gbaya kara et forment un groupe homogène d’environ 5000 personnes réparties en une quarantaine de villages au sud-ouest de Bouar, en République centrafricaine. Culture de tradition orale, ce peuple valorise énormément l’art de manier le verbe.

Les Gbáyá ɓòdòè organisent le monde animal en deux grands groupes :

  • les gibiers ou vertébrés (« sàdi »)
  • les insectes ou invertébrés (« kôkôdo-mb »)

Continuer la lecture

Chasse en pays aka

En 1987, le LACITO organisa une exposition intitulée « Nommer son milieu naturel » lors du salon « Expolangues », porte de Versailles. Jacqueline MC Thomas, fondatrice du LACITO (1976) et spécialiste des langues africaines, proposa une incursion dans l’art d’imiter les animaux des chasseurs pygmées aka de Centrafrique.

Lorsqu’ils partent chasser, les Pygmées Aka imitent les cris des animaux qu’ils souhaitent attirer comme :

-l’éléphant : dans le troupeau au repos, des bruits de feuillages arrachés, des soufflements, des piétinements, de petits cris, des bruissements d’oreilles et de queues…
-le céphalophe à bande dorsale noire : L’animal dans les buissons, son cri d’inquiétude et d’appel…
-la vieille panthère : elle n’est plus apte à attraper du gibier et n’hésite pas à se rabattre sur une proie plus facile, jeune enfant imprudemment isolé, femmes à la collecte, chasseur solitaire…
Et aussi :
le vieux gorille, le céphalophe à dos jaune, le crocodile de forêt, le calao à cuisses blanches, le chimpanzé, le potamochère, la nandinie, la mangouste noire des marais, le coucal huppé, le râle à pattes rouges et la pintade huppée.

 Cliquer sur l’image ci-dessous pour entendre des imitations d’animaux :

© Jacqueline M.C. Thomas (CNRS-LACITO, 1987)

 

 

Ethnomusicologie au LACITO

Au début des années 1980, grâce aux progrès technologiques et à de nouvelles méthodes d’investigation, le Département Ethnomusicologie du LACITO, créé en 1981 par Jacqueline  MC Thomas, fait faire un bond en avant à la discipline.

En effet, l’ethnomusicologue Simha Arom met au point la méthode de l’enregistrement en re-recording ou playback qui, appliquée à la rythmique des musiques traditionnelles d’Afrique centrale, permit au chercheur de transcrire et d’analyser des polyphonies et polyrythmies instrumentales et vocales complexes. Les musiques subsahariennes sont fondamentalement constituées de variations à partir de motifs mélodiques se répétant de manière régulière. Ce sont des chants à une ou plusieurs voix qui se croisent ou se superposent sur un tempo donné (accompagnement polyrythmique de percussions et d’instruments mélodiques) où chaque ligne mélodique peut se développer indépendamment des autres.

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

L’enregistrement en re-recording est une technique qui permet d’isoler les voix d’une polyphonie sans perdre son mode d’imbrication, donnant ainsi la possibilité d’étudier plus aisément les composantes de cette forme musicale.

Comment ça marche ? Les diverses voix ne sont pas enregistrées simultanément mais successivement, chaque chanteur entendant à l’aide d’un casque la ou les parties du ou des chanteurs qui l’ont précédé. Ainsi, chaque voix de la polyphonie se trouve consignée sur une piste séparée d’une bande magnétique (voir ici cette technique dans le détail). Cette technique ouvrit la voie à l’utilisation de l’enregistrement en multipistes (Fabrice Marandola, 1999).

Simha Arom s’est consacré, entre autres, à l’étude approfondie des chants polyphoniques pygmées qu’il a pu modéliser. Les chants pygmées constituent, très certainement, un des patrimoines musicaux les plus fascinants au monde. Ce peuple chante de façon extrêmement émouvante un vaste répertoire étroitement lié aux activités quotidiennes : moments graves ou sérieux, tristes ou gais, moments de réjouissance, moments d’intense labeur… Cette musique vocale et collective se pratique sans chef ni partition et se transmet de génération en génération. D’après Simha Arom, cette musique « est tout à fait comparable, aussi bien par la complexité rythmique que par les règles qui régissent la polyphonie, à certaines formes savantes qui avaient cours en Europe entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle »[1]. Les archives sonores de Simha Arom ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.

[1] Cité dans « Les dernières Tribus ». Chapitre consacré aux Pygmées Aka (Michel de Pracontal) Sous la direction de J.F. Held. Flammarion/L’Événement du Jeudi, 1988.

casqueExtrait sonore enregistré par Simha Arom : « Hindehu » par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet.

 

videoVidéo par Jeanie Heckman : « Les chants polyphoniques des Pygmées Aka de Centrafrique ».


Pour en savoir plus :

Language endangerment, social justice, and education in Oaxaca, Mexico

“Language is not a problem unless it is used as a basis for discrimination, but it has in fact been so used as far back as we have records.”
Einar Haugen, 1973, The Curse of Babel, p. 54

The equal value of all systems of communication is one of the fundamental principles of the disciplines of Linguistics and Anthropology, and is also recognized in multiple international declarations on human rights. Yet this concept remains far from accepted in daily social and political practices around the world. Language diversity is used as a basis for discrimination today as it has been throughout recorded history, as noted by Haugen in the classic quote above. Discrimination against the speakers of minoritized languages constitutes a key factor in language endangerment and shift. As a scholar in Education and Linguistics, my work focuses on drawing attention to the social inequalities created around Indigenous languages and exploring context-appropriate ways to resist and counter them. I am also especially interested in how education, as an important site of socialization, can counter or reproduce discrimination against certain speakers and languages.

IMG_20140712_152329


Diidxazá students displaying the learning materials they have created at the Universidad Autónoma Benito Juárez de Oaxaca, Tehuantepec campus Zapotec program.

During my doctoral research in the Isthmus of Tehuantepec, Oaxaca, Mexico (a 17-month ethnographic study conducted between 2013-2015), I met many people who had been influenced away from speaking their heritage language (in this case Diidxazá, or Isthmus Zapotec [zai]) due to the practices, discourses, and prejudices promoted in school settings. Although current official policy in Mexico recognizes the rights of Indigenous language speakers, there remains a great deal of work to do to change discriminatory practices on the ground. Through longitudinal observations and participation in Diidxazá education initiatives, I am attempting to understand the social dynamics within which endangered languages are used (or, increasingly, not used), and the influences of formal education in these processes.

Currently, I am excited to be a visiting researcher at LACITO while continuing to analyze data on the ethnolinguistic context in the Isthmus of Tehuantepec, in particular the discursive and metaphorical means through which Diidxazá communicative practices are (de)valued. It is also wonderful to have the opportunity to meet with Linguists and Anthropologists who work in many different parts of the world and to compare experiences and perspectives relative to language endangerment and ethnolinguistic research. Although it is daunting to note the frequency with which Indigenous language speakers are still subjected to discrimination around the world, there are many positive changes occuring through multilingual education and other human rights initiatives — and much more that can be done in the future.

Haley De Korne

I am an educator, ethnographer, linguist, and activist working in multilingual and minority language contexts. PhD Educational Linguistics, University of Pennsylvania (2016)

More Posts

A new language map for LACITO and Pangloss

We are proud to launch today a new language map. It displays all the languages which have been studied in our department CNRS–LACITO since its creation in 1976;  as well as all the languages that are featured in our online archive of language recordings, the Pangloss Collection.

The combination of these two sets yields a total of 218 languages, distributed all over the planet. First of all, here’s a nice “heatmap” visualisation:
LACITO-Pangloss_heatmap

But the main tool we are launching today is an interactive map, that links each language to online resources — especially audio recordings with their transcriptions and translations.  It can be used as a gateway to LACITO’s website, or even more importantly, a door to our Pangloss archive of language recordings.

Clicking on this picture will bring you to another page where the interactive map is presented and explained.

Carte-Pangloss_sample2

If you just can’t wait, here is a direct link to the map itself, in full screen.

Enjoy your travels!

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Qui vient avant : la poule, le poisson ou le jaguar ?

Voici une question qui passionne les linguistes et les psychologues ! Les linguistes pensent que les mots de la langue, ex. droite et gauche, sont décisifs pour notre manière de mémoriser les relations spatiales. Les psychologues quant à eux pensent que l’environnement ou l’éducation sont plus importants que le lexique ou la grammaire de la langue que nous parlons.

Pour tester la relation entre la langue et la mémorisation de l’espace, j’ai mené une petite expérience auprès des Ixcatèques, des Amérindiens du Mexique. Les Ixcatèques ne parlent plus leur langue native, l’ixcatèque, mais j’ai eu la chance de décrire certains aspects de cette langue en travaillant avec les quatre derniers locuteurs. Ainsi nous savons qu’en ixcatèque, comme dans d’autres langues indigènes du Mexique, les termes « droite » et « gauche » n’existent pas ; on emploie plutôt des termes « haut/Nord » et « bas/Sud » y compris pour décrire l’emplacement de petits objets. En espagnol, au contraire, comme en français, on décrit le plus souvent l’emplacement des petits objets en employant les termes « droite » et « gauche ».

Continuer la lecture

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

Une séance de travail sur la langue na du Yunnan

Mme Latami Dashilame (présentée ici) n’avait jamais participé à une enquête linguistique avant de commencer à m’enseigner sa langue, le na de Yongning. La familiarité venant, elle a bien volontiers accepté de se prêter au jeu d’enquêtes phonologiques, et d’études phonétiques recourant à des techniques un peu impressionnantes (mais d’une entière innocuité) comme l’électroglottographie, qui permet de mesurer la surface d’accolement des plis vocaux pendant la parole et ainsi d’étudier en détail tons et types phonatoires.

Pose du collier de l’électroglottographe


Pose du collier de l’électroglottographe
— (Photo Qin Qing 秦晴, 2012)

Le costume traditionnel na, qu’elle avait exceptionnellement revêtu ce jour-là pour la visite d’un journaliste curieux de nous voir au travail, comporte une coiffe élaborée incompatible avec le port d’un micro serre-tête. En revanche il se conjugue sans difficulté avec le collier de l’électroglottographe.
Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Recherches tonales sur le tamang

En novembre 2015, Martine Mazaudon et moi-même nous sommes rendues au Népal, dans la vallée de Kathmandu et ses environs, pour effectuer des recherches linguistiques sur le tamang. Cette langue, de la famille tibéto-birmane, est parlée par 1 350 000 locuteurs (Ethnologue, 2011) au centre du Népal.

Les villages Taglung et Risiangku (fléchés sur la carte). Source : Martine Mazaudon (2012), « Paths to tone in the Tamang branch of Tibeto-Birman (Nepal) ».

Le Népal est un pays d’une grande diversité culturelle et linguistique, où se parlent 122 langues différentes (Ethnologue). Elles incluent de nombreuses langues indo-européennes, qui n’ont pas de tons – comme la langue nationale le népali – mais aussi des langues tibéto-birmanes – comme le newar, non-tonal, et le tamang, tonal.

Notre enquête de terrain a été en partie financée par l’opération PPC2 du Labex-EFL: “Approches évolutives de la phonologie: Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes (en diachronie et panchronie)”. Lors de cette enquête, nous avons recueilli:

  • des enregistrements audio-visuels de récits (extraits prochainement mis en ligne dans la Collection Pangloss), racontés par des locuteurs de différents dialectes du tamang, au sujet des tremblements de terre de 2015
  • des enregistrements audio et EGG (électroglottographiques, voir plus bas) de deux locuteurs de tamang du village de Risiangku et cinq locuteurs de tamang du village de Taglung (cf. la carte).

Continuer la lecture

Jiayin Gao

Jiayin Gao est ingénieur de recherches au LACITO. Elle étudie les variations tonales et l'évolution des tons dans les langues sino-tibétaines.

More Posts - Website

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Dans sa jeunesse, mon professeur de langue moso (na) de Yongning, Mme Latami Dashilame, a été l’un des acteurs d’un documentaire-fiction au sujet des gens de Yongning et de leur structure familiale inhabituelle (Le mariage ‘A-zhu’ chez les Naxi de Yongning《永宁纳西族的阿注婚》). Plus tard, l’un de ses fils est devenu ethnologue, et de nombreux collègues ont rendu visite à sa mère. Elle a vu la culture des Na de Yongning devenir un objet de curiosité, et sa promotion dans l’industrie touristique, dont elle mesure les bons et les mauvais côtés.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

DO-RE-MI-FA, Documents des recherches linguistiques de Michel Ferlus en Asie du Sud-Est

Le LACITO et l’Institut International de Recherche MICA (Hanoi, Vietnam) réalisent ensemble, de septembre 2014 à février 2016, un projet de numérisation des collections d’enregistrements audio de Michel Ferlus, spécialiste des langues d’Asie orientale.

Michel Ferlus avec M. Vi Khăm Mun à Tương Dương, province du Nghệ An, Vietnam, janvier 2014

Michel Ferlus avec le lettré tai yo (thái mương) Vi Khăm Mun, à Tương Dương, province du Nghệ An, Vietnam, janvier 2014

La collection concernée par le projet comporte l’ensemble des documents audio collectés par M. Michel Ferlus avec ses collègues d’Asie du Sud-Est (Laos, Thailande, Cambodge, Vietnam…) au cours de son activité comme « linguiste de terrain », de 1963 à 2003. Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn