Défense de l’évaluation

Une fois encore, je reçois un courrier pour me prier d’évaluer. J’avais commandé un livre à l’étranger ; le livre m’est parvenu il y a une petite semaine. Le courrier me conjure de faire une valutazione du produit, et de l’envoi, et d’eux.

Hier, j’ai reçu le 3e courriel d’une institution de Cambridge me suppliant de dire enfin ce que je pensais de XXX, une revue prestigieuse. Je lis la revue rarement, mais des amis y participent et j’ai parfois rédigé pour eux des « expertises » à propos d’articles qu’on leur proposait. J’avais « évalué » les articles, et maintenant je dois « évaluer » l’ensemble. Quel honneur.

Il y a deux mois, je suis accosté boulevard saint Michel par une jeune femme épuisée qui m’explique son association caritative et me demande (nous étions en début de soirée, il faisait un temps superbe) si je veux aider ? Je dis oui, je souscris. Deux jours plus tard, je reçois un email me demandant d’évaluer la jeune femme. J’étais furieux : j’ai expliqué tout le bien que je pense de ces jeunes gens qui, après leur travail ou leurs études, passent des heures à collecter de l’aide pour des gens qui en ont réellement besoin. Je trouvais scandaleux qu’on aille susciter de l’inspection sans compétence, en mettant ces jeunes gens à la merci du premier grincheux.

En novembre dernier, je suis allé déposer ma demande de visa pour l’Inde. La dame au guichet m’a donné mon récépissé et a ajouté une feuille : je pouvais évaluer notre relation, le contact, la manière : il y avait plusieurs critères. S’il faut maintenant passer des heures (toujours anonymes) à dire du bien des gens qui font leur travail, on peut dire qu’il y a quelque chose de pourri dans le royaume. Et soupçonner que les patrons ont trouvé ce moyen de se disculper quand il s’agit de malmener les employés : ils n’y sont pour rien, c’est le jugement général qui est là – la foule qui crie contre eux ! Ils ont été mal évalués !

Récemment, je reçois le rapport du Comité National du CNRS sur mon cas. Je cite la fin : « L’activité de François Jacquesson n’est pas très intense, mais en adéquation avec une fin de carrière ». Malheureusement pour le Comité qui évalue, il se trouve qu’en moins d’un an, six ou sept de mes articles ont paru, de sorte que leur rédacteur soit s’en fiche, soit ne sait pas lire. Je passe sur l’insulte faite à tous les chercheurs en fin de carrière, que le même rédacteur, sous la responsabilité du président de section, méprise avec bienveillance : ces vieillards séniles ont après tout le droit de dormir ! Ils l’ont bien mérité.

Voilà l’évaluation au CNRS. Ce n’est peut-être pas toujours aussi sot ou goujat. Peut-être y a-t-il d’autres sections où l’on est plus respectueux du travail d’autrui : je le crois. Mais puisqu’il s’agit d’évaluer, eh bien : j’évalue !

François Jacquesson

Vincennes, 10 août 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.