« Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan »

On apprend que le président de la République, M. Emmanuel Macron, aurait déclaré dans un entretien (informel) au Point :

« Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan. »

Par sa première affirmation, « le type, il n’a pas les mots d’un Gitan », M. Macron attire l’attention de ses interlocuteurs sur l’appartenance ethnique (une notion informelle en France) d’un citoyen français. On pourrait avancer l’hypothèse que M. Macron s’appuie sur ses expériences antérieures avec des Gitans. Il se pourrait, par exemple, qu’il serait davantage habitué à entendre des mots de Gitans sur un autre registre, plus lyrique (on songe spontanément à « Toi toi ma belle Andalouse aussi belle que jalouse » de Kendji Girac). Nous soumettons à M. Emmanuel Macron l’idée selon laquelle les Gitans auraient accès à des mots de registres variés, comme les autres Français.

Par la suite, M. Macron précise sa pensée en ajoutant une référence à la profession : « Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan ». Pour tenter de saisir l’effet de sens de cette seconde affirmation on pourrait procéder à une opération communément employée en linguistique, la commutation, c’est-à-dire en changeant les éléments qui nous intéressent dans la phrase. Par exemple on pourrait dire : « Il n’a pas les mots d’un président de la République gitan » ou bien « Il n’a pas les mots d’un avocat gitan ». Grâce à ces contrastes, on pourrait proposer une analyse selon laquelle un boxeur, par sa profession, aurait vocation à s’exprimer davantage dans un registre plutôt informel, et un président de la République ou un avocat dans un registre plutôt formel. 

Si notre analyse est juste, le boxeur aurait sans doute eu recours à des mots d’un registre trop formel ce qui aurait provoqué l’étonnement de M. Macron. Or, lorsqu’on écoute le boxeur en question, M. Christophe Dettinger, on retrouve plusieurs mots qui relèvent du registre informel (ex. « j’ai vu plein de trucs », « se gaver », « et voilà », « s’ils m’ont pas choppé »). De surcroît, on ne retrouve pas des mots qui relèveraient d’un registre formel auquel un boxeur (gitan) n’aurait point accès. Notre embarras croît. 

Examinons une troisième variante pour tenter d’y voir plus clair : « Il n’a pas les mots d’un boxeur breton ». Une telle affirmation nous laisserait probablement tout aussi perplexe. Comment devrait donc parler un boxeur breton ? Comme n’importe quel boxeur français ? se dit-on. Mais alors, pourquoi un boxeur gitan devrait-il parler autrement que n’importe quel boxeur français ? 

En espérant obtenir quelques clarifications à l’avenir de la part de M. Emmanuel Macron, notre question doit rester en suspens.


1 réflexion sur « « Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan » »

Répondre à Elliott Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.