Archives mensuelles : novembre 2016

Poste de Secrétaire de rédaction (Noemi)

Chaque année, les personnels ITA (ingénieurs, techniciens et administratifs) du CNRS peuvent changer de laboratoire, grâce au système dit NOEMI de mobilité interne au sein du CNRS. Cette année, le LaCiTO propose un poste de secrétaire de rédaction (Bap-F):  il s’agira, d’une part, d’être le responsable éditorial pour les publications du LaCiTO;  et d’autre part, de préparer les numéros de la prestigieuse revue semestrielle le Journal de la Société des Océanistes.

Ce poste est donc ouvert aux personnels CNRS qui souhaiteraient venir rejoindre notre laboratoire, situé à Villejuif. Cette annonce détaillée contient toutes les informations pour ce profil de poste, et permet de postuler en ligne. La date limite de la campagne NOEMI est le 12 janvier, mais si vous êtes intéressé(e), vous pouvez contacter dès aujourd’hui le LaCiTO pour en savoir plus: lacito@cnrs.fr.

 

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Pour une Anthropologie du Chant : l’interdisciplinarité comme moyen de modéliser le chant traditionnel envisagé comme système complexe

L’approche ethnologique de la musique n’a pas commencé avec la création du terme d’ethnomusicologie en 1950, les références à des termes ou motifs musicaux ethniques datent au moins de l’époque Rousseauiste du XVIIIe siècle. La science ethnomusicologique, issue des sciences humaines et sociales ne date cependant que de la fin du XXes. A cette époque, cette dénomination supplantait enfin l’expression germanique issue de l’esthétique formelle de la Musikalische Tonsysteme (HORNBOSTEL Musicologie comparative).

La difficulté à couvrir le sens de ce domaine musical, par un terme unique, en y incluant le contexte social, le « populaire » s’est révélée par la suite dans les pratiques des uns et des autres qui penchaient soit vers l’étude du contexte sociétal, soit vers celui de l’analyse musicale parfois vers les deux. Elle révèle assurément la complexité du phénomène et la réelle difficulté à situer la recherche sur les pratiques musicales entre l’affectif, qui est essentiel, et le rationnel qui l’est tout autant. Cet état de fait m’a conduit à encourager des angles d’approches complémentaires, en fonction de la disponibilité et de la bonne volonté des chercheurs en présence, afin de mieux comprendre plutôt que d’expliquer un chant traditionnel pour le moins mystérieux.

Pour évaluer le parcours que j’ai personnellement effectué depuis trente ans, je propose une très brêve introduction des lignes des méthodes issues des recherches folkloristiques et ethnomusicologiques, –– qui ont eu le domaine francophone pour objet ––, afin de présenter prioritairement la stratégie musicolinguistique que j’ai développée au LACITO (depuis 1987 jusqu’en 2005) puis en Guyane jusqu’en 2010, elle a été poursuivie ensuite à l’OPCI).

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Colloque international “Du terrain à la théorie: Les 40 ans du LaCiTO”

Dans le cadre de la célébration de son Quarantenaire, le LaCiTO vous convie tous au colloque international “Du terrain à la théorie — From field to theory”.  Ce colloque aura lieu les 15, 16, 17 novembre 2016, au campus CNRS de Villejuif (plan d’accès).

invitation_colloque_15-16-17nov_lacito-40_brightCette manifestation scientifique se déroulera sur trois journées thématiques, inaugurées par nos trois invités internationaux  (voyez leurs portraits ici) :

  • 15 nov:     Anthropologie linguistique et ethnolinguistique
    Invité:   Prof. Jan Blommaert   (Tilburg Univ., Pays-Bas)
  • 16 nov:     Comparatisme historique et typologique
    Invitée: Prof. Juliette Blevins     (City Univ. of New York)
  • 17 nov:     Description des langues
    Invitée: Assoc Prof Åshild Næss    (Univ. Oslo, Norvège)

Le colloque dans son ensemble sera inauguré mardi à 9h45 par M. Patrick Mounaud, Délégué Régional du CNRS — puis par la direction du LaCiTO, et par le Comité d’organisation.

Je vous invite à découvrir ici le riche programme de ces journées, qui compteront 31 exposés, pour un total de 40 intervenants – quarante intervenants, pour les quarante ans du LaCiTO.

Le colloque sera ouvert à tous, et l’entrée libre.

Si vous nous signalez dès maintenant votre intention de venir (en écrivant à lacitocnrs@gmail.com), votre entrée sur le campus en sera facilitée.

affiche_40-photos-40-ans_lacitoEnfin, nous vous convions également à l’inauguration de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LaCiTO qui ouvrira à la fin de la première journée, le mardi 15 novembre à partir de 18h, sur notre campus. Cette inauguration sera suivie d’un buffet dînatoire, ouvert à tous.

Venez nombreux célébrer avec nous la diversité des cultures et des langues !


Vous pouvez télécharger:

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le LaCiTO à l’honneur sur le blog des Éditions Assimil

Les Éditions Assimil sont bien connues de nos lecteurs, qui ont sans doute mis à profit leurs célèbres méthodes pour s’initier à de nouvelles langues. Un point fort de la “méthode Assimil” – depuis sa création en 1929 par Alphonse Chérel – est d’avoir toujours mis en avant, pour apprendre les langues, la conversation spontanée et l’expression naturelle. Ce principe est parfois oublié des grammaires ou des articles de linguistique que nous lisons, alors qu’il mériterait, à mon sens, de nourrir nos travaux de description.

logo-assimilLe directeur du marketing des Éditions Assimil, Nicolas Ragonneau, s’intéresse à notre travail de description et de documentation des langues. Il y a deux ans, sur son blog (http://blog.assimil.com/), il avait ainsi interviewé notre collègue Nicolas Tournadre à l’occasion de la sortie de son ouvrage Le Prisme des Langues. Aujourd’hui, il a voulu faire connaître à ses lecteurs, férus de langues et de linguistique, le travail que nous menons au sein du LaCiTO. J’ai ainsi eu le plaisir de lui accorder un entretien, à l’occasion de notre Quarantenaire, afin de mieux faire connaître les recherches que nous menons dans notre laboratoire. Extrait:

“Bon nombre des langues que nous étudions sont des langues en danger, menacées d’extinction face aux grandes langues coloniales ou nationales (anglais, français, espagnol, russe, chinois…) qui s’imposent localement dans les médias ou les écoles. S’il existe depuis des siècles, le processus de mondialisation économique et culturel s’est particulièrement accéléré au cours des dernières décennies, rendant d’autant plus urgent le travail de documentation des nombreuses langues de la planète, avant qu’elles ne s’éteignent tout à fait. Sur les 7000 langues encore parlées aujourd’hui dans le monde, on estime que la moitié pourrait disparaître dans le prochain siècle : pour les chercheurs du LaCiTO et leurs collègues internationaux, c’est une tâche immense que de préserver la mémoire de cette diversité en péril.”

Si vous voulez lire le reste de cette entrevue :

http://blog.assimil.com/les-40-ans-du-lacito-entretien-avec-alexandre-francois/

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’édition « scientifique » : les bornes du scandale

Je viens d’aller sur le site de l’éditeur Brill, parce que mon jeune collègue Seino van Breugel a publié chez eux sa Grammar of Atong. J’ai vu en passant que Brill était coté en bourse et que la valeur de l’action Brill était (1er novembre 2016) de 26,25 euros. J’ai mieux compris en trouvant sur le site de l’éditeur le prix du livre de Seino : 245,00 euros. On m’a ensuite expliqué qu’en fait, cet éditeur semblait accepter tout ouvrage pour lequel on le payait, surtout si on le paie cher. Nous voici donc chez un éditeur prétendument scientifique dont le critère est l’argent.

Additif après le commentaire du collègue. Très bien : j’ai dit « semblait », et suis ravi que le collègue soit sûr que l’éditeur prenne des avis. Mon propos ne vise nullement le travail de Seino van Breugel, dont je regrette bien au contraire qu’il soit si peu accessible. Ma critique des prix, source de gêne persistante pour la communication scientifique, demeure.

Je trouve utile de vous transmettre l’adresse d’une vidéo documentaire moins inféodée à la logique du profit, qui explique certains ressorts de l’édition scientifique, et vante la solution dite ‘Open access’ – que je crois possible de traduire par Accès libre. L’adresse m’a été communiquée par une collègue universitaire de Tours, elle aussi révoltée par des pratiques que beaucoup de nos collègues semblent trouver normales.