Archives mensuelles : août 2017

Éléphants, ouvre-boîtes et sarcophages

Le chercheur doit écrire des choses originales : zéro copié-collé. C’est le champion de l’innovation. Mais personne n’écrit de texte totalement nouveau : ce serait incompréhensible. Sauf Hugo Ball écrivant Elephantenkarawane [1].

Dans ce que nous écrivons, qu’il s’agisse d’une liste de courses ou de votre dernier article génial, la nouveauté est la chose la plus difficile à repérer. On voit des 4e de couverture qui ressemblent à des affiches de cinéma, et vantent deux choses : c’est facile à lire et c’est super original. Personne n’a jamais dit ça avant, c’est ground-breaking, ouvre des horizons, repousse les frontières, et c’est aussi facile à utiliser qu’un ouvre-boîte. C’est l’emphase du marchand sur le champ de foire, oui, mais ces excès ne sont pas indifférents : ils montrent que la nouveauté est difficile à cerner. Continuer la lecture

La langue bat où la dent fait mal : publicité

Maintenant que le CNRS nous appelle à nous allier au Grand Capital, et même au Moyen, soit en déposant des brevets, soit en valorisant nos produits, et nous fait un discours sur la valeur ajoutée, je n’ai plus honte : je vais faire de la publicité.

Je voudrais dire du bien d’un petit livre magnifique, où il est question de linguistique, de la meilleure façon du monde : avec science et élégance, profondeur et légèreté. Il s’agit des conversations entre Tullio de Mauro et Andrea Camilleri publiées sous le titre de La Langue bat où la dent fait mal.

Continuer la lecture