Archives mensuelles : janvier 2018

Hommage à Jean-Claude Rivierre (1938 – 2018)

En ce début d’année, le LaCiTO a perdu l’une de ses figures historiques. Le 5 janvier 2018, notre collègue et ami Jean-Claude Rivierre a été emporté par une crise cardiaque, dans sa 80ème année. De nombreux collègues – du LaCiTO ou d’ailleurs – lui ont rendu hommage jeudi 11 janvier, d’abord à Montreuil, puis dans le village de St-Julien-sur-Calonne (Calvados), où il a été inhumé parmi les siens.
Né en 1938, Jean-Claude Rivierre était l’un des plus anciens membres du LaCiTO. Avec son épouse Françoise Ozanne-Rivierre (1941-2007), il avait consacré sa vie aux langues kanak, les langues océaniennes de la Nouvelle-Calédonie.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rencontre avec trois dignitaires de Poya (Nouvelle-Calédonie)


De gauche à droite :  Isabelle Bril, Isabelle Leblic, David Piekut,
Daniel Niandou, René Nekiriai, Jules Nekiriai,
Alexandre Francois, Claire Moyse-Faurie.

 
La Nouvelle-Calédonie, archipel du Pacifique situé à 20 000 km de la France métropolitaine, est depuis près de 40 ans l’un des terrains historiques de recherche du LACITO en Océanie. La diversité socio-culturelle et linguistique de cette région et des populations kanak autochtones qui y vivent a déjà contribué à enrichir nos connaissances sur la famille austronésienne, et notamment le sous-groupe océanien auquel elles appartiennent.
Continuer la lecture

dpiekut

David PIEKUT Linguistique descriptive et typologique PhD Student École Pratique des Hautes Études (EPHE) Paris, Sciences & Lettres (PSL) LACITO-CNRS

More Posts

Les langues à mort

En 1947, Curzio Malaparte a publié Il Sole è cieco ‘Le soleil est aveugle’. Il l’avait publié en livraisons début 1941, dans la revue Tempo, avec trois chapitres censurés ; il n’avait qu’un manuscrit, et il n’a jamais pu retrouver le récit complet. C’est un récit du début de la guerre dans les Alpes, en 40. Les Alpins italiens étaient des gens de montagne, et le récit est ensemencé de répliques en patois piémontais, en bergamasque souvent [1]. Il y a un moment au début, où les Alpins sont en train d’écorcher un mulet. C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai jamais cru qu’on puisse « sauver les langues ».

Les langues ne sont pas des choses. Continuer la lecture