Archives mensuelles : avril 2018

Un symbole de respect : les langues minoritaires de l’Europe

L’Europe est pleine de langues minoritaires. Il s’agit d’un phénomène fascinant qui a lieu sous nos yeux, linguistiquement exemplaire, politiquement essentiel, et où notre laboratoire devrait avoir une opinion professionnelle.

L’occasion de mon intervention vient du Journal d’Arte de ce soir (10 avril 2018), où un député du Sinn Fein disait ceci – il parlait en anglais, mais son discours étant couvert par la traduction en français, c’est elle que je cite : « C’est une question de respect de l’identité nationale irlandaise. La question de la langue irlandaise est devenue un symbole de respect. »

Le Journal annonçait en même temps qu’en Irlande du Nord, où l’on fête le 20e anniversaire des Accords de Belfast (10 avril 1998) qui ont mis fin à des années de guerre civile, environ 6 % des habitants peuvent parler irlandais. Le nom du parti Sinn Fein ‘Nous seuls’, remonte à 1905, et son émergence aux événements tragiques des Pâques 1916. La République d’Irlande obtiendra son indépendance en 1922 ; l’Irlande du Nord est au cœur du conflit. Il n’est pas du tout inutile de relire Dubliners, 1914, que James Joyce écrivit quand il vivait à Trieste et parlait italien tous les jours. Ettore Schmitz fut l’élève de Joyce à Trieste, et sera un modèle majeur du Leopold Bloom de Ulysses ; Ettore Schmitz est le vrai nom d’Italo Svevo, l’auteur de la Conscience de Zeno.

C’est un cas du “capital symbolique” [1] dont certaines langues (peut-être toutes les langues) sont investies. Rarement parlées, rarement comprises, l’intérêt sourcilleux qu’on leur porte ressemble au respect qu’on a pour un drapeau [2]. On se dit, sans oser le dire, que la langue elle-même n’est plus que le fantôme d’un fantôme – mais qu’on a besoin de ces fantômes : ils nous font du bien.

Trieste est en Italie, au rebord de la Croatie. Depuis Fiume/Rijeka jusqu’au golfe de Cattaro, on parlait une langue romane déclinée en dialectes, qu’il est pratique de décrire comme intermédiaires entre l’italien et le roumain. On a pu distinguer surtout deux parlers, celui de Raguse et celui de Veglia. Le premier a disparu au XVe siècle, le second a survécu jusqu’au dernier locuteur, Tuone Udaina, mort en 1898. En Istrie, actuellement en Croatie, il y avait jusqu’en 1945 de très nombreux italophones, qui parlaient des patois. Beaucoup ont été massacrés, avec la bénédiction de Tito, par les Croates à la fin de la guerre (entre 10.000 et 12.000 morts, c’est la question des foibe) et les autres ont fui ; avant-goût des nettoyages ethniques.

A la différence des ethnologues, les linguistes sont parfois réticents à admettre que les langues sont des faits politiques, et littéraires. Certains préfèrent considérer que les langues sont des systèmes assez analogues à des poumons, peut-être aux ailes des oiseaux, qui présentent tant de formes diverses. Pourtant, outre Edward Sapir ou Franz Boas, une longue et riche tradition de linguistes français, dont Charles Bally [3], Joseph Vendryès [4], Marcel Cohen [5], André Haudricourt [6], Claude Hagège [7] sont des exemples disparates et fameux, montrent que la langue – ce sont les locuteurs.

Mais ce qui est étonnant, comme dans le cas de l’irlandais, c’est que maintenant que “tout le monde parle anglais”, on se dit : ce n’est pas vrai… En Inde, le statut privilégié de scheduled tribe est consenti à certains groupes frontaliers, surtout s’ils peuvent prouver qu’ils parlent une langue exotique. C’est une des raisons pourquoi les Deori m’avaient accueilli si généreusement : ils savaient que j’allais, avec un gros livre qu’ils n’ont jamais lu (il était en français !), prouver que leur patois régional était une langue, et donc qu’ils étaient un peuple. Même si un jour le deori disparaît (mais il dure), il restera le symbole. Et les Deori diront : nous étions différents – et pour ce que nous en conservons avec piété, eh bien nous le sommes encore.

Cette différence, serait-elle réduite à un souvenir pieux, cette autonomie symbolique, cette quête identitaire qui est la manie compulsive de notre nouveau siècle (où chacun doit être encore plus différent qu’avant – sans doute parce que les effets massifs gagnent en évidence), où toutes les affiches publicitaires essaient de surfer sur le « sois toi-même » et où les rayons de « développement personnel » s’angoissent et s’agrandissent – les langues permettent d’en mesurer à la fois la symbolique affolée et la rationalité quantitative. Pourquoi ? Parce qu’elles demeurent, à la différence des drapeaux, les vecteurs d’une communication qui parle d’autre chose que de soi.

François Jacquesson

Vincennes, le 10 avril 2018.

[1] L’expression est de Pierre Bourdieu. Une de ses premières apparitions est dans Les Héritiers (1963, avec Jean-Claude Passeron), sur la sociologie de la culture – toujours si impressionnant de détachement intelligent.

[2] Michel Pastoureau expliquait que, pour l’historien, l’étude des drapeaux reste un sujet à demi tabou, en tout cas risqué. Voir M. Pastoureau ‘Pour une histoire des drapeaux’, in P. Dollfus, F. Jacquesson et M. Pastoureau (dir.) Histoire et géographie de la couleur (Cahiers du Léopard d’Or, n°13), 2013, 249-265.

[3] Le Langage et la vie, 1re éd. 1925 ; l’ouvrage est dédié à Saussure.

[4] Le Langage, introduction linguistique à l’histoire, 1re éd. 1923 ; mais le livre est antérieur et la 1re préface de Vendryès est datée de juillet 1914. L’ouvrage, d’abord dédié à Meillet, a été ensuite dédié (avec l’accord de Meillet), à Gauthiot.

[5] Marcel Cohen a publié en 1956 une Sociologie du langage qui fut très mal reçue et partit au pilon. Voir le n°128 (juin 2009) de la revue Langage et Société, dirigé par Josiane Boutet, consacré à Marcel Cohen, aux origines de la sociolinguistique.

[6] ‘Richesse en phonèmes et richesse en locuteurs’, L’Homme 1/1 (avril 1961). http://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1961_num_1_1_366337

[7] L’Homme de paroles, 1985 ; The Language Builder, 1993 ; Halte à la mort des langues, 2000.