L’anglais

Pour Boyd

J’aime la langue anglaise depuis longtemps, et de plus en plus à mesure que je la connais mieux. C’est un peu désagréable de commencer de façon apparemment aussi personnelle, mais il n’y a pas d’autre moyen : entre une langue et soi, le rapport n’est pas généralisable. Car une langue est double, elle est une façon qu’on a de s’exprimer (cette façon change avec l’expérience, les lectures, les contextes où on la parle) et là c’est personnel, rien à faire ; puis elle est à tout le monde, tous ses locuteurs, même les pauvres, les provinciaux et les vaincus comme dans le dernier film de Ken Loach où le héros de l’histoire, Daniel Blake, il a quand même un drôle d’accent. Mais c’est vrai que les langues, ce sont des accents. Moi qui en ai un dans toutes les langues, je suis d’accord. Mes amis s’esclaffent quand je dis « tu veux des pâtes », à cause ce /ɑ/ champenois invraisemblable !

Continuer la lecture

Nous sommes des stars, des stars en commun

Mes chers collègues, et cher public extérieur à la profession, voici encore un billet caustique. Caustique et gentil, vous allez voir. Comme les collègues le savent, nous devons pour chaque déplacement hors du bureau examiner une liste de « pays à risques », pour voir si notre destination s’y trouve. Elle s’y trouve souvent, parce que par profession nous allons où les gens ne vont pas d’habitude, et il existe une collusion entre ce qu’on ne connaît pas et ce qui fait peur. Nous sommes, par profession et parfois par vocation, des gens qui prenons des risques – non pas par provocation ou par forfanterie, mais parce que nous allons explorer ce qu’on ne connaît pas bien. C’est notre métier. Ce n’est pas propre à la linguistique ou à l’anthropologie ; les spéléologues ou les vulcanologues, par exemple, en font autant. Leur propos est différent bien entendu.

Si nous allons dans un « pays à risques », et que le service concerné donne son accord, en fonction de critères qu’il n’est pas tenu de formuler, nous recevons une liste de conseils ou d’injonctions. Parmi lesquels il y a la défense de prendre les transports en commun.

Continuer la lecture

Journées de Formation Doctorale du LACITO

Le LACITO organise deux journées de formation, principalement destinées à nos doctorants:

Quelques outils pour la description linguistique

30 – 31 janvier 2017

Salle de conférences du bâtiment D
7, rue Guy Môquet (Bât.D)
94800 Villejuif

Lundi 30 janvier 2017

9h30 – 13h

Alexis Michaud

Archiver dans la Collection Pangloss

14h30 – 17h

Alexandre François

SayMore (outil de transcription et de synchronisation son/texte)
Toolbox  (outil de transcription de textes et de lexicographie)

Mardi 31 janvier 2017

9h30 – 13h

Jiayin Gao

Phonétique acoustique et analyses avec Praat

14h30 – 17h

Alexandre François

Toolbox (fin)
Fonctions avancées dans Word (styles, numérotation automatique, structuration d’un document long, formatage d’un dictionnaire, etc.)

Le programme est également téléchargeable ici.

Bien que ces formations soient en principe destinées aux doctorants, les non-doctorants seront également les bienvenus. Les participants sont encouragés à installer à l’avance les logiciels concernés par la formation.  Certains liens se trouvent sur cette page du site de Pangloss.

Si vous êtes intéressé(e) par l’une de ces séances, merci de l’indiquer à l’organisateur : Komi Simnara, représentant des doctorants du LACITO.

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le colloque du Quarantenaire – Galerie

Notre colloque international “Du terrain à la théorie: Les 40 ans du LaCiTO” s’est déroulé sur notre campus CNRS, du 15 au 17 novembre 2016.

Ces trois journées, à la fois studieuses et festives, nous ont donné l’occasion de renouer avec les membres historiques de notre laboratoire, mais aussi de présenter les recherches en cours au LaCiTO, autant du côté des anthropologues que des linguistes.

(Photos: A. François; I. Leblic; A. Marion; L. Souag;
rassemblées avec l’aide d’A. Behaghel
)

 

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Poste de Secrétaire de rédaction (Noemi)

Chaque année, les personnels ITA (ingénieurs, techniciens et administratifs) du CNRS peuvent changer de laboratoire, grâce au système dit NOEMI de mobilité interne au sein du CNRS. Cette année, le LaCiTO propose un poste de secrétaire de rédaction (Bap-F):  il s’agira, d’une part, d’être le responsable éditorial pour les publications du LaCiTO;  et d’autre part, de préparer les numéros de la prestigieuse revue semestrielle le Journal de la Société des Océanistes.

Ce poste est donc ouvert aux personnels CNRS qui souhaiteraient venir rejoindre notre laboratoire, situé à Villejuif. Cette annonce détaillée contient toutes les informations pour ce profil de poste, et permet de postuler en ligne. La date limite de la campagne NOEMI est le 12 janvier, mais si vous êtes intéressé(e), vous pouvez contacter dès aujourd’hui le LaCiTO pour en savoir plus: lacito@cnrs.fr.

 

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Pour une Anthropologie du Chant : l’interdisciplinarité comme moyen de modéliser le chant traditionnel envisagé comme système complexe

L’approche ethnologique de la musique n’a pas commencé avec la création du terme d’ethnomusicologie en 1950, les références à des termes ou motifs musicaux ethniques datent au moins de l’époque Rousseauiste du XVIIIe siècle. La science ethnomusicologique, issue des sciences humaines et sociales ne date cependant que de la fin du XXes. A cette époque, cette dénomination supplantait enfin l’expression germanique issue de l’esthétique formelle de la Musikalische Tonsysteme (HORNBOSTEL Musicologie comparative).

La difficulté à couvrir le sens de ce domaine musical, par un terme unique, en y incluant le contexte social, le « populaire » s’est révélée par la suite dans les pratiques des uns et des autres qui penchaient soit vers l’étude du contexte sociétal, soit vers celui de l’analyse musicale parfois vers les deux. Elle révèle assurément la complexité du phénomène et la réelle difficulté à situer la recherche sur les pratiques musicales entre l’affectif, qui est essentiel, et le rationnel qui l’est tout autant. Cet état de fait m’a conduit à encourager des angles d’approches complémentaires, en fonction de la disponibilité et de la bonne volonté des chercheurs en présence, afin de mieux comprendre plutôt que d’expliquer un chant traditionnel pour le moins mystérieux.

Pour évaluer le parcours que j’ai personnellement effectué depuis trente ans, je propose une très brêve introduction des lignes des méthodes issues des recherches folkloristiques et ethnomusicologiques, –– qui ont eu le domaine francophone pour objet ––, afin de présenter prioritairement la stratégie musicolinguistique que j’ai développée au LACITO (depuis 1987 jusqu’en 2005) puis en Guyane jusqu’en 2010, elle a été poursuivie ensuite à l’OPCI).

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Colloque international “Du terrain à la théorie: Les 40 ans du LaCiTO”

Dans le cadre de la célébration de son Quarantenaire, le LaCiTO vous convie tous au colloque international “Du terrain à la théorie — From field to theory”.  Ce colloque aura lieu les 15, 16, 17 novembre 2016, au campus CNRS de Villejuif (plan d’accès).

invitation_colloque_15-16-17nov_lacito-40_brightCette manifestation scientifique se déroulera sur trois journées thématiques, inaugurées par nos trois invités internationaux  (voyez leurs portraits ici) :

  • 15 nov:     Anthropologie linguistique et ethnolinguistique
    Invité:   Prof. Jan Blommaert   (Tilburg Univ., Pays-Bas)
  • 16 nov:     Comparatisme historique et typologique
    Invitée: Prof. Juliette Blevins     (City Univ. of New York)
  • 17 nov:     Description des langues
    Invitée: Assoc Prof Åshild Næss    (Univ. Oslo, Norvège)

Le colloque dans son ensemble sera inauguré mardi à 9h45 par M. Patrick Mounaud, Délégué Régional du CNRS — puis par la direction du LaCiTO, et par le Comité d’organisation.

Je vous invite à découvrir ici le riche programme de ces journées, qui compteront 31 exposés, pour un total de 40 intervenants – quarante intervenants, pour les quarante ans du LaCiTO.

Le colloque sera ouvert à tous, et l’entrée libre.

Si vous nous signalez dès maintenant votre intention de venir (en écrivant à lacitocnrs@gmail.com), votre entrée sur le campus en sera facilitée.

affiche_40-photos-40-ans_lacitoEnfin, nous vous convions également à l’inauguration de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LaCiTO qui ouvrira à la fin de la première journée, le mardi 15 novembre à partir de 18h, sur notre campus. Cette inauguration sera suivie d’un buffet dînatoire, ouvert à tous.

Venez nombreux célébrer avec nous la diversité des cultures et des langues !


Vous pouvez télécharger:

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le LaCiTO à l’honneur sur le blog des Éditions Assimil

Les Éditions Assimil sont bien connues de nos lecteurs, qui ont sans doute mis à profit leurs célèbres méthodes pour s’initier à de nouvelles langues. Un point fort de la “méthode Assimil” – depuis sa création en 1929 par Alphonse Chérel – est d’avoir toujours mis en avant, pour apprendre les langues, la conversation spontanée et l’expression naturelle. Ce principe est parfois oublié des grammaires ou des articles de linguistique que nous lisons, alors qu’il mériterait, à mon sens, de nourrir nos travaux de description.

logo-assimilLe directeur du marketing des Éditions Assimil, Nicolas Ragonneau, s’intéresse à notre travail de description et de documentation des langues. Il y a deux ans, sur son blog (http://blog.assimil.com/), il avait ainsi interviewé notre collègue Nicolas Tournadre à l’occasion de la sortie de son ouvrage Le Prisme des Langues. Aujourd’hui, il a voulu faire connaître à ses lecteurs, férus de langues et de linguistique, le travail que nous menons au sein du LaCiTO. J’ai ainsi eu le plaisir de lui accorder un entretien, à l’occasion de notre Quarantenaire, afin de mieux faire connaître les recherches que nous menons dans notre laboratoire. Extrait:

“Bon nombre des langues que nous étudions sont des langues en danger, menacées d’extinction face aux grandes langues coloniales ou nationales (anglais, français, espagnol, russe, chinois…) qui s’imposent localement dans les médias ou les écoles. S’il existe depuis des siècles, le processus de mondialisation économique et culturel s’est particulièrement accéléré au cours des dernières décennies, rendant d’autant plus urgent le travail de documentation des nombreuses langues de la planète, avant qu’elles ne s’éteignent tout à fait. Sur les 7000 langues encore parlées aujourd’hui dans le monde, on estime que la moitié pourrait disparaître dans le prochain siècle : pour les chercheurs du LaCiTO et leurs collègues internationaux, c’est une tâche immense que de préserver la mémoire de cette diversité en péril.”

Si vous voulez lire le reste de cette entrevue :

http://blog.assimil.com/les-40-ans-du-lacito-entretien-avec-alexandre-francois/

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’édition « scientifique » : les bornes du scandale

Je viens d’aller sur le site de l’éditeur Brill, parce que mon jeune collègue Seino van Breugel a publié chez eux sa Grammar of Atong. J’ai vu en passant que Brill était coté en bourse et que la valeur de l’action Brill était (1er novembre 2016) de 26,25 euros. J’ai mieux compris en trouvant sur le site de l’éditeur le prix du livre de Seino : 245,00 euros. On m’a ensuite expliqué qu’en fait, cet éditeur semblait accepter tout ouvrage pour lequel on le payait, surtout si on le paie cher. Nous voici donc chez un éditeur prétendument scientifique dont le critère est l’argent.

Additif après le commentaire du collègue. Très bien : j’ai dit « semblait », et suis ravi que le collègue soit sûr que l’éditeur prenne des avis. Mon propos ne vise nullement le travail de Seino van Breugel, dont je regrette bien au contraire qu’il soit si peu accessible. Ma critique des prix, source de gêne persistante pour la communication scientifique, demeure.

Je trouve utile de vous transmettre l’adresse d’une vidéo documentaire moins inféodée à la logique du profit, qui explique certains ressorts de l’édition scientifique, et vante la solution dite ‘Open access’ – que je crois possible de traduire par Accès libre. L’adresse m’a été communiquée par une collègue universitaire de Tours, elle aussi révoltée par des pratiques que beaucoup de nos collègues semblent trouver normales.

Nouvelle publication en ethnomusicologie

Présentation de l’ouvrage ci-dessous (sous presse collection PCI/L’Harmattan) :

Le chant traditionnel, question de sens et de style : interdisciplinarité ethnomusicologique et ethnolinguistique. (Despringre, Dir.)

Il aura fallu la patience et l’énergie d’André-Marie Despringre, ethnomusicologue au Lacito-CNRS, Directeur d’études à l’Ecole Doctorale de Paris IV-Sorbonne, accompagné un moment de Sylvie Mougin, ethnolinguiste, Maître de Conférences en Linguistique française à l’Université de Reims, tous deux chercheurs au Laboratoire de Langues et Civilisations à Tradition Orale du CNRS (UMR-7-107), pour rassembler un ensemble de recherches qui dépassent dans leur ensemble le stade historiciste convenu des folkloristes, spécialistes de la chanson traditionnelle. Les auteurs présentent dans cet ouvrage des méthodes rigoureuses de description et d’interprétation qui sont susceptibles de définir au mieux le sens et le style collectifs  de quelques répertoires de chansons traditionnelles de Vendée, de France et d’ailleurs.

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Juliette Blevins, invitée du LaCiTO

En octobre et novembre 2016, le LaCiTO a l’honneur de recevoir Prof. Juliette Blevins.

Blevins_LACITOLongtemps affiliée au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, Juliette Blevins est aujourd’hui Professeur de linguistique au Graduate Center de la City University of New York (CUNY). Prof. Blevins est spécialiste de théorie et typologie des systèmes phonologiques, appréhendés dans une perspective panchronique – alliant synchronie et diachronie.

Sa présence parmi nous s’effectue dans le cadre de la Chaire Internationale du Labex Empirical Foundations of Linguistics (EFL). C‘est la première titulaire de cette chaire qui soit invitée par le LaCiTO.

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le nouveau format de la culture (version 2)

Note éditoriale in fine !

Notons d’abord un phénomène rhétorique intéressant : si j’avais écrit en titre : « La culture : le nouveau format », je crois que la plupart des lecteurs l’auraient ressenti de façon positive, voire alléchante ; l’écrivant comme j’ai fait, le lecteur renifle le vieux style, et subodore un accent grincheux. Voyons voir !

  1. ‘Cultural studies’, a view from the neighbours (vues du même palier de l’immeuble)

L’accent en question vient de ma lecture du catalogue de l’éditeur Peter Lang. Je n’ai rien contre cet éditeur, qui est plus courageux que d’autres puisqu’il publie des livres dont les commerciaux ordinaires ont décidé d’avance qu’ils ne se vendront pas. Non, ce qui m’a retenu, c’est que parmi les chapitres de son catalogue, il y a « Cultural Studies ».

Continuer la lecture

Come do your PhD at LACITO!

LACITO is part of a larger academic complex called SPC or USPC – for Université Sorbonne Paris–Cité. USPC includes a number of universities of eastern Paris (Paris-III Sorbonne Nouvelle, INALCO…) as well as a range of research departments within CNRS, covering a variety of scientific disciplines… and this includes Linguistics.

215px-Logo_Sorbonne_Paris_Cité.svg[1]Just like last year, SPC is launching a new 2017 round for its funding scheme, called INSPIRE (for “INterdiSciPlinarity and excellence for doctoral training of International REsearchers in Paris”). It takes the form of 31 PhD fellowships, meant for international candidates of all disciplines. If you are (or know) a motivated Masters student who would like to do a PhD in Paris, this fellowship may be for you!

The deadline for applications is 9 January 2017.  All details can be found on INSPIRE’s homepage.

You can find here the description of options for Social sciences and Humanities, including Linguistics. LACITO is mentioned on pp. 10 and 16. A list of potential PhD supervisors from LACITO can be found on our page (in the French system, a PhD thesis can be supervised by a “Directeur / Directrice de recherche”, or a “Professeur”). Feel free to contact us if you are interested.

[NB:  If you are interested in applying to LACITO as a researcher or a university professor, you may be more interested in this presentation.]

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les Cahiers du LACITO sont en ligne !

Avant-propos de la revue (voir présentation ici)

   « […]  La Revue d’Ethnolinguistique (Cahiers du Lacito) répond au besoin d’exprimer en un lieu privilégié les conceptions d’une discipline récente au carrefour des domaines classiques de la linguistique, de l’ethnologie et des sciences naturelles.

     Les civilisations de l’oralité sont par définition sans histoire écrite ; elles sont souvent même restées inconnues jusqu’à nos jours. La recherche qui s’y est attachée s’inscrit donc dans une perspective très vaste, allant de la première description des faits jusqu’à l’élaboration théorique, sans pouvoir fonder la réflexion sur une profondeur temporelle ni, dans la plupart des cas, se référer aux travaux des prédécesseurs. Aux instants exaltants, mais fugitifs, de la découverte succèdent les longues, précises et parfois fastidieuses tâches descriptives, avant de pouvoir aborder, avec toute la rigueur indispensable, élaboration et synthèse.

     Considérant le phénomène social dans sa globalité, nous en privilégions cependant certaines approches, plus particulièrement la dimension linguistique et celle de l’environnement naturel et humain du groupe envisagé, dans leurs perspectives synchronique et diachronique.

cahiers spirale

Continuer la lecture

Le concept ambigu de « patrimoine » et les Sciences humaines et sociales

La Commission de l’ANR qui a cette année décidé des projets à retenir dans nos disciplines était la CE27 (la 27e sur 41 commissions) nommée « Culture – Patrimoine ». Au vu des 14 projets choisis, on voit qu’il s’agissait d’archéologie, d’anthropologie (au sens cognitif : mathématique et mécanique ; pas d’anthropologie sociale), de géographie, d’histoire moderne et contemporaine, d’histoire des sciences (Condorcet), de linguistique. Cette dernière spécialité « culturelle-patrimoniale » est représentée par deux projets (imperfectif dans le Caucase, syntaxe d’un pidgin du Nigéria).

On trouvera tout à la fin un tableau qui rassemble les intitulés de chaque Commission, et leurs décisions en termes de projets à financer, selon les trois catégories (« instruments de financement ») qui leur étaient imposées : (1) Jeune chercheur, (2) ordinaire, (3) lié à l’entreprise. Le document complet est consultable ci-dessous.

Continuer la lecture