Défense de l’évaluation

Une fois encore, je reçois un courrier pour me prier d’évaluer. J’avais commandé un livre à l’étranger ; le livre m’est parvenu il y a une petite semaine. Le courrier me conjure de faire une valutazione du produit, et de l’envoi, et d’eux.

Hier, j’ai reçu le 3e courriel d’une institution de Cambridge me suppliant de dire enfin ce que je pensais de XXX, une revue prestigieuse. Je lis la revue rarement, mais des amis y participent et j’ai parfois rédigé pour eux des « expertises » à propos d’articles qu’on leur proposait. J’avais « évalué » les articles, et maintenant je dois « évaluer » l’ensemble. Quel honneur.

Il y a deux mois, je suis accosté boulevard saint Michel par une jeune femme épuisée qui m’explique son association caritative et me demande (nous étions en début de soirée, il faisait un temps superbe) si je veux aider ? Je dis oui, je souscris. Deux jours plus tard, je reçois un email me demandant d’évaluer la jeune femme. J’étais furieux : j’ai expliqué tout le bien que je pense de ces jeunes gens qui, après leur travail ou leurs études, passent des heures à collecter de l’aide pour des gens qui en ont réellement besoin. Je trouvais scandaleux qu’on aille susciter de l’inspection sans compétence, en mettant ces jeunes gens à la merci du premier grincheux.

En novembre dernier, je suis allé déposer ma demande de visa pour l’Inde. La dame au guichet m’a donné mon récépissé et a ajouté une feuille : je pouvais évaluer notre relation, le contact, la manière : il y avait plusieurs critères. S’il faut maintenant passer des heures (toujours anonymes) à dire du bien des gens qui font leur travail, on peut dire qu’il y a quelque chose de pourri dans le royaume. Et soupçonner que les patrons ont trouvé ce moyen de se disculper quand il s’agit de malmener les employés : ils n’y sont pour rien, c’est le jugement général qui est là – la foule qui crie contre eux ! Ils ont été mal évalués !

Récemment, je reçois le rapport du Comité National du CNRS sur mon cas. Je cite la fin : « L’activité de François Jacquesson n’est pas très intense, mais en adéquation avec une fin de carrière ». Malheureusement pour le Comité qui évalue, il se trouve qu’en moins d’un an, six ou sept de mes articles ont paru, de sorte que leur rédacteur soit s’en fiche, soit ne sait pas lire. Je passe sur l’insulte faite à tous les chercheurs en fin de carrière, que le même rédacteur, sous la responsabilité du président de section, méprise avec bienveillance : ces vieillards séniles ont après tout le droit de dormir ! Ils l’ont bien mérité.

Voilà l’évaluation au CNRS. Ce n’est peut-être pas toujours aussi sot ou goujat. Peut-être y a-t-il d’autres sections où l’on est plus respectueux du travail d’autrui : je le crois. Mais puisqu’il s’agit d’évaluer, eh bien : j’évalue !

François Jacquesson

Vincennes, 10 août 2018.

Language revitalization as community building in Occitania: Language, economics and the politics of transmission

Part of the work at Lacito lies at the crossroad between linguistic anthropology and linguistics, and focuses in particular on understanding what linguistic and cultural diversity might mean to humans in the 21st century. Language endangerment and language revitalisation are in a sense part of the problematisation of diversity, and although revitalisation movements can be said to have their roots in 19th c. Romantic nationalist movements, an ever increasing number of people worldwide are showing interest in various types of actions that are part of what linguists and anthropologists call revitalisation.
The project described in this blog post, called “Language revitalisation as community building in Occitania” is part of a wider attempt to understand what diversity means to various types of people in the Southern French region of Occitania, what aspects it takes, and what concrete actions it generates. This project, hosted at Lacito, is funded by the Smithsonian Institute in Washington, DC, as part of a wider attempt to understand language revitalisation across six European contexts (see herefor the overall project, and herefor the Occitan project page). The Occitan project is led by Sara Brennan and James Costa, who both have long-term experience in ethnographic research in minority language settings in Ireland, Scotland and Occitania (see herefor some of Sara’s publications, and herefor James’s).
The Occitan case is, we believe, of particular interest for the study of language revitalisation processes for at least two reasons: first, it is one of the earliest such movements to have developed in Europe. The Felibrige, one of Europe’s first organised language promotion movements, was founded in the 1850s by Frederic Mistral and a group of six other poets (or so the myth goes). The historical scope, the amount of documentation available, the number of studies published on the language (for an overview and analysis in English, see James Costa’s book here) make it a unique case for historical depth and for an understanding of contemporary issues in revitalisation dynamics.
Second, the Occitan movement is geographically at the centre of Europe, and has developed links with similar movements in Catalonia, the Basque Country, Corsica, Wales, Scotland and other regions across Europe. As such, it is an interesting case to study to understand how various trends developed across Europe are taken up and adapted in the particular context of Occitan, a context of wide dialectal and political diversity. A central concern to this project lies in the economic aspect of the development of Occitan revitalisation. Sara Brennan’s work has focused so far on dynamics of commodification (or merchandisation) of minority languages, in particular in Ireland (see herefor instance), and she will study more particularly how this is taken up in the Occitan context, one marked historically by tensions around how capitalism should be considered, adapted, or resisted.
Source: Wikipedia, Licence CC
Most importantly perhaps to our study is the issue of naming. While the Occitan-speaking region spans the entire South of France, from Aquitaine to Provence and Auvergne-Rhône-Alpes, as well as regions of Spain and Italy, recent developments in the organisation of the French territory have led to the merger of two Occitan regions, Midi-Pyrénées and Languedoc-Roussillon into one region called Occitania. This was the result of an internet vote opened to all residents of the region, one that led to conflicts over who should be able to use the name Occitania (no polity had been using that name since the Middle Ages, when it was used by the French royal administration to designate its newly conquered territories in the South after the Albigensian Crusade in the 13th c.). What this project is particularly interested in is how this change of name, and the use of a name that displays a connection with the Occitan language, might affect revitalisation efforts — on a representational level as well as on the level of regional politics and of language advocacy movements. We also ask whether this link will be exploited in tourism and business at large, and, should this happen, whether it will go beyond symbolic usage and translate into linguistic practice.
Sara Brennan has already been conducting several weeks of fieldwork in the Occitania region, and the project is set to last for another year. We have just opened a blog to keep the public up to date with our progress at the following address: https://occitan.hypotheses.org and we hope to post regular updates, in particular about fieldwork encounters and the various uses of Occitan that we encountered.
 

Christiane Pilot-Raichoor (1951-2018) – Hommages/Tributes

Photo prise par la famille de Christiane, à Dharwad en Inde

de part de la famille du Dr. Vasant Raichoor (mari de Christiane)
Pamoo, Sulochana, Gulappa, Vijaya, Chetan & all Relatives & Friends (2018/08/21)

Christiane,

You were a Mother, Sister, Friend and also a GURU and a Backbone for our family.

Your absence cannot be substituted by anybody. This sorrow is forever in our lives.

May your soul rest in Eternal Peace.

Continuer la lecture

ICRL13: Programme, abstracts, and poster

In a few months the 13th International Conference on Romani Linguistics (ICRL13) will take place in Paris. We are happy to welcome you and hope you will have a good and productive time.


You can now download the following documents:

ICRL13 Programme

ICRL13_Book_of_abstracts

We are looking forward to welcoming you in Paris!

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

La voix des hommes: la province et les bourgeois

Il y a quelques jours, dans le hasard d’une conversation, j’ai employé le mot ‘ostrille’. Je savais bien que le mot n’est pas du français courant et, en effet, l’amie avec qui je parlais a haussé le sourcil. J’ai expliqué que c’était un mot du patois de mon père, qui veut dire « ortie ». Mon amie est allée voir ce qu’elle trouvait sur le web, à propos de ce mot. Elle a trouvé le texte d’un monsieur natif d’un village nommé Gaye, dans le sud du département de la Marne. Elle m’en a parlé, et je lui ai raconté qu’en effet, je connaissais le village, où j’étais allé en vélo quand j’avais dix ou douze ans : il était tout proche du village où était né mon père, Fère-Champenoise.

Continuer la lecture

Un symbole de respect : les langues minoritaires de l’Europe

L’Europe est pleine de langues minoritaires. Il s’agit d’un phénomène fascinant qui a lieu sous nos yeux, linguistiquement exemplaire, politiquement essentiel, et où notre laboratoire devrait avoir une opinion professionnelle.

L’occasion de mon intervention vient du Journal d’Arte de ce soir (10 avril 2018), où un député du Sinn Fein disait ceci – il parlait en anglais, mais son discours étant couvert par la traduction en français, c’est elle que je cite : « C’est une question de respect de l’identité nationale irlandaise. La question de la langue irlandaise est devenue un symbole de respect. »  Continuer la lecture

Les Émigrants

Est-ce coïncidence ? Il y a ce spectacle superbe au Théâtre de la Bastille, à partir du livre de Max Sebald, Les Emigrants [1]. Puis quand j’ai montré à des doctorants The Immigrant (1917) de Chaplin, pour faire sentir par contraste comment le cinéma parlant a dramatisé les dialogues, ceux des acteurs et les nôtres, y compris dans la vie quotidienne. Puis, lisant la Storia linguistica dell’ Italia unita (1963) de Tullio De Mauro, je retrouve les pages où il décrit l’importance de l’émigration italienne, sa sociologie et sa géographie, ses conséquences sur l’effondrement de l’Italie dialectale et la formation de la pratique linguistique de l’Italie contemporaine.

Dans les Parole di giorni lontani ‘Mots des jours lointains’, l’autobiographie émouvante, instructive, des mots de son enfance, Continuer la lecture

Haudricourt

André-Georges Haudricourt était un ingénieur agronome, passionné des plantes et de leur histoire, qui s’est ensuite intéressé aux noms qu’elles portent, puis à la linguistique historique. C’était un esprit indépendant, et respecté. A la fin de sa vie, sa notoriété était très grande ; des savants dans le monde entier prononçaient son nom et son adresse comme un mot de passe. Continuer la lecture

Séances de formation — février 2018

Dans l’esprit de la formation que nous avions organisée l’an dernier, le LACITO a le plaisir d’organiser au mois de février quatre séances de formation, principalement destinées à nos doctorants, mais ouvertes à tous :
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

In memoriam Robert W. Hsu (Bob Hsu) (1935-2018)

Robert (Bob) Hsu passed away on 28 January, 2018.
The older people in our lab will remember him. During a stay of several weeks at LaCiTO in 1984, Bob conducted workshops presenting Lexware, the lexical database software he had written, and generally introduced computer literacy and the principles of linguistic data processing to the lab.
Continuer la lecture

Lexicographie : exposé de Mathieu Mangeot-Nagata (LIG), et atelier ouvert à tous

Le 20 février 2018, Mathieu Mangeot-Nagata (Laboratoire d’Informatique de Grenoble) sera l’invité du Lacito, pour collaborer à des projets concernant le développement de la Collection Pangloss, et particulièrement des dictionnaires en ligne qu’elle héberge (Lexica).

De 14h à 15h30, il donnera un exposé au Lacito :

Construction collaborative d’un dictionnaire français-japonais
de qualité et à large couverture

Venez nombreux à cet exposé où il sera question de dictionnaires, de lexicographie électronique, et plus généralement des outils de traitement automatique pour la linguistique !

Cet exposé sera suivi, de 15h45 à 17h30, par un atelier :

La gestion des bases lexicales : utilisation de iPolex et Jibiki

L’atelier est également ouvert à tous. Si vous souhaitez y participer, prévoir d’installer l’application Docker et d’apporter vos lexiques au format XML.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Hommage à Jean-Claude Rivierre (1938 – 2018)

En ce début d’année, le LaCiTO a perdu l’une de ses figures historiques. Le 5 janvier 2018, notre collègue et ami Jean-Claude Rivierre a été emporté par une crise cardiaque, dans sa 80ème année. De nombreux collègues – du LaCiTO ou d’ailleurs – lui ont rendu hommage jeudi 11 janvier, d’abord à Montreuil, puis dans le village de St-Julien-sur-Calonne (Calvados), où il a été inhumé parmi les siens.
Né en 1938, Jean-Claude Rivierre était l’un des plus anciens membres du LaCiTO. Avec son épouse Françoise Ozanne-Rivierre (1941-2007), il avait consacré sa vie aux langues kanak, les langues océaniennes de la Nouvelle-Calédonie.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rencontre avec trois dignitaires de Poya (Nouvelle-Calédonie)


De gauche à droite :  Isabelle Bril, Isabelle Leblic, David Piekut,
Daniel Niandou, René Nekiriai, Jules Nekiriai,
Alexandre Francois, Claire Moyse-Faurie.

 
La Nouvelle-Calédonie, archipel du Pacifique situé à 20 000 km de la France métropolitaine, est depuis près de 40 ans l’un des terrains historiques de recherche du LACITO en Océanie. La diversité socio-culturelle et linguistique de cette région et des populations kanak autochtones qui y vivent a déjà contribué à enrichir nos connaissances sur la famille austronésienne, et notamment le sous-groupe océanien auquel elles appartiennent.
Continuer la lecture

dpiekut

David PIEKUT Linguistique descriptive et typologique PhD Student École Pratique des Hautes Études (EPHE) Paris, Sciences & Lettres (PSL) LACITO-CNRS

More Posts

Les langues à mort

En 1947, Curzio Malaparte a publié Il Sole è cieco ‘Le soleil est aveugle’. Il l’avait publié en livraisons début 1941, dans la revue Tempo, avec trois chapitres censurés ; il n’avait qu’un manuscrit, et il n’a jamais pu retrouver le récit complet. C’est un récit du début de la guerre dans les Alpes, en 40. Les Alpins italiens étaient des gens de montagne, et le récit est ensemencé de répliques en patois piémontais, en bergamasque souvent [1]. Il y a un moment au début, où les Alpins sont en train d’écorcher un mulet. C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai jamais cru qu’on puisse « sauver les langues ».

Les langues ne sont pas des choses. Continuer la lecture