Participatory digital storytelling among Roma youth in Greece

This is a LabEx Empirical Foundations of Linguistics outreach project that I conducted  in collaboration with the Greek NGO “Caravan Project” and the local Romani NGO “Hope”.

Goal

The goal of this project was to give Roma adolescents the chance to articulate their own voice through participatory digital storytelling. Our motivation was to offer them the possibility to reflect the richness of their language and culture, to be the storytellers of their own stories with the goal to produce two short films (https://vimeo.com/294780272 and https://vimeo.com/294901471).

Context

The village of Drosero is regarded by many as a ghetto, despite being located very close to the city of Xanthi (in Greek Thrace). More than 7500 Roma people live there, which makes it one of the most densely populated villages and the largest Roma settlement in Greece. The Roma adolescents in this village are trapped between a society that denies them and a culture that confines them. Their lack of incentives, poor socioeconomic conditions, the exclusion and discrimination they are facing – all have reinforced the notions of helplessness and despair.

The making of the films

Credits: Stratis Vogiatzis

Caravan Project worked with a group of 12 Roma adolescents (aged 14-18) and engaged them with community-based techniques in order to identify and address the two stories/topics that feel essential for their community. Later on, the adolescents were divided into two teams and with the assistance of the facilitators, they started the filming process. They have had the chance to use the camera and the sound recorder, to conduct research and interview, to document, map, edit, and disseminate their stories on topics of their choice as well as to employ different filmmaking techniques that would serve their goals. At the last stage of this workshop, the editing process took place, in order to realize and produce the two short documentary films.

The films

The first film, Aver Than “Other Place”, allows Roma youth to present an intimate view of their community. This point of view is not only apparent in the choice of images, but is also reflected in the use of the in-group, Romani language.

The second film, Little Home, introduces the people in the community, talking passionately about their professions. The language in this film is Greek, one of the languages of communication that Roma use with outsiders, with occasional use of Romani in the interactions among the members of the community.

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

Les noms propres sont-ils des noms ?

Quand vous abordez un « terrain nouveau », une partie essentielle de votre activité ne consiste pas d’abord à distinguer les imparfaits des résultatifs, mais à apprendre les noms des endroits et des gens. Si « Pierre de le rue du Moulin » est un personnage important, mort ou vivant, vous ne comprendrez pas le village avant de savoir qui est ce Pierre et où il habite, ou habitait. A Paris si vous ne savez pas où est la Coupole, c’est ennuyeux, même s’il y en a deux.

La même chose exactement se vérifie partout, chez les Eskimos, les Toulousains, à Florence ou à Vienne. Si, à Vienne, vous hésitez sur les rues qui mènent au Musée des Papillons, ou si à Florence, vous ignorez que le bus 7 part de la place San Marco, eh bien vous n’êtes pas du coin. De même à Rupa (un bourg à l’est du Bhoutan), si vous ne savez pas la différence entre Thük-khong et Thük-bao (deux quartiers anciens, très distincts pour tout le monde), les gens sérieux vous regarderont avec méfiance. Même si vous parlez en guarani ou en français, mais que vous savez la différence entre Thük-khong et Thük-bao et d’où part le bus 7, tout va bien. Vous êtes du coin.

Les noms propres, paradoxalement, sont « extra-territoriaux ». Si vous parlez seulement trois mots de français parce que vous arrivez de la Pologne, mais que vous connaissez le nom et l’adresse des gens dont vous en a parlé là-bas, à l’est de Lodz ; ou si si c’est du sud de Rabat, si vous venez du fond du Maroc : si vous connaissez les bons noms propres des lieux et des gens, ça va. Je  suis en train de parler de choses sérieuses. Le nom propre est un peu sur les marges de la linguistique, ou plutôt il est à la fois dans la langue et sur son rebord en effet. Mais le fait qu’il parle aussi du rebord dangereux n’oblige pas à l’exclure de l’usage des langues.

Il y a un autre point délicat avec les noms propres : ils disent les vivants et les morts. Ils sont souvent, sur la tombe, le dernier nom qui reste. Mais peut-on parler des vivants si l’on ne sait pas parler des morts ? Chaque nom propre est comme un mot de passe. De même que ce sont les mots qu’il faut apprendre tout de suite, de même ce sont ceux qui restent à la fin.

Florence, le 7 septembre 2018.

Journée d’étude le 2 octobre: Revitalisation linguistique : Acteurs et Pratiques dans les Amériques et en Europe

Revitalisation linguistique : Acteurs et Pratiques dans les Amériques et en Europe / Revitalización lingüística: Actores y prácticas en las Américas y Europa

Lieu: Maison de la Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Rue des Irlandais, Paris

Journée d’étude co-organisée par/ Coloquio coordinado por :
James Costa (UMR Lacito / Sorbonne Nouvelle) et Haley De Korne (Center for Multilingualism in Society across the Lifespan — Université d’Oslo)

Cet atelier vise à interroger les différentes pratiques mises en place à des fins de revitalisation linguistique ou de gestion du multilinguisme dans les Amériques notamment, continent où ces pratiques ont maintenant souvent plus de 30 ans et où les différents types d’enjeux liés à ces pratiques sont parmi les plus sensibles du fait de contextes coloniaux, post-coloniaux ou néo- coloniaux. La revitalisation linguistique est ici comprise très largement comme toute action visant à agir sur le devenir d’une langue vue comme menacée, ou en danger, par certains acteurs sociaux eux-mêmes.

Prises entre divers écueils comme le réductionnisme identitaire ou nationaliste, les politiques néolibérales visant à exploiter le domaine culturel comme un ensemble de simples ressources, ou encore la centration exclusive sur le linguistique au détriment d’autres aspects du culturel ou du politique, les pratiques de revitalisation linguistique sont aujourd’hui au coeur de la phase actuelle de la modernité et constituent un enjeu politique et éducatif majeur ainsi qu’un prisme par lequel étudier diverses dynamiques sociétales.

Cet atelier rassemblera plusieurs chercheur.e.s à différents stades de leurs recherches et engagé.e.s dans des recherches concernant les enjeux du multilinguisme et/ou de la revitalisation linguistique en éducation, dans le domaine de la santé ou dans le domaine des politiques publiques. La perspective européenne servira dans nos débats de contrepoint permettant de mettre en regard les pratiques dans les Amériques.

Consultez le programme ici

 

Language revitalization as community building in Occitania: Language, economics and the politics of transmission

Part of the work at Lacito lies at the crossroad between linguistic anthropology and linguistics, and focuses in particular on understanding what linguistic and cultural diversity might mean to humans in the 21st century. Language endangerment and language revitalisation are in a sense part of the problematisation of diversity, and although revitalisation movements can be said to have their roots in 19th c. Romantic nationalist movements, an ever increasing number of people worldwide are showing interest in various types of actions that are part of what linguists and anthropologists call revitalisation.
The project described in this blog post, called “Language revitalisation as community building in Occitania” is part of a wider attempt to understand what diversity means to various types of people in the Southern French region of Occitania, what aspects it takes, and what concrete actions it generates. This project, hosted at Lacito, is funded by the Smithsonian Institute in Washington, DC, as part of a wider attempt to understand language revitalisation across six European contexts (see herefor the overall project, and herefor the Occitan project page). The Occitan project is led by Sara Brennan and James Costa, who both have long-term experience in ethnographic research in minority language settings in Ireland, Scotland and Occitania (see herefor some of Sara’s publications, and herefor James’s).
The Occitan case is, we believe, of particular interest for the study of language revitalisation processes for at least two reasons: first, it is one of the earliest such movements to have developed in Europe. The Felibrige, one of Europe’s first organised language promotion movements, was founded in the 1850s by Frederic Mistral and a group of six other poets (or so the myth goes). The historical scope, the amount of documentation available, the number of studies published on the language (for an overview and analysis in English, see James Costa’s book here) make it a unique case for historical depth and for an understanding of contemporary issues in revitalisation dynamics.
Second, the Occitan movement is geographically at the centre of Europe, and has developed links with similar movements in Catalonia, the Basque Country, Corsica, Wales, Scotland and other regions across Europe. As such, it is an interesting case to study to understand how various trends developed across Europe are taken up and adapted in the particular context of Occitan, a context of wide dialectal and political diversity. A central concern to this project lies in the economic aspect of the development of Occitan revitalisation. Sara Brennan’s work has focused so far on dynamics of commodification (or merchandisation) of minority languages, in particular in Ireland (see herefor instance), and she will study more particularly how this is taken up in the Occitan context, one marked historically by tensions around how capitalism should be considered, adapted, or resisted.
Source: Wikipedia, Licence CC
Most importantly perhaps to our study is the issue of naming. While the Occitan-speaking region spans the entire South of France, from Aquitaine to Provence and Auvergne-Rhône-Alpes, as well as regions of Spain and Italy, recent developments in the organisation of the French territory have led to the merger of two Occitan regions, Midi-Pyrénées and Languedoc-Roussillon into one region called Occitania. This was the result of an internet vote opened to all residents of the region, one that led to conflicts over who should be able to use the name Occitania (no polity had been using that name since the Middle Ages, when it was used by the French royal administration to designate its newly conquered territories in the South after the Albigensian Crusade in the 13th c.). What this project is particularly interested in is how this change of name, and the use of a name that displays a connection with the Occitan language, might affect revitalisation efforts — on a representational level as well as on the level of regional politics and of language advocacy movements. We also ask whether this link will be exploited in tourism and business at large, and, should this happen, whether it will go beyond symbolic usage and translate into linguistic practice.
Sara Brennan has already been conducting several weeks of fieldwork in the Occitania region, and the project is set to last for another year. We have just opened a blog to keep the public up to date with our progress at the following address: https://occitan.hypotheses.org and we hope to post regular updates, in particular about fieldwork encounters and the various uses of Occitan that we encountered.
 

Christiane Pilot-Raichoor (1951-2018) – Hommages/Tributes

Photo prise par la famille de Christiane, à Dharwad en Inde

de part de la famille du Dr. Vasant Raichoor (mari de Christiane)
Pamoo, Sulochana, Gulappa, Vijaya, Chetan & all Relatives & Friends (2018/08/21)

Christiane,

You were a Mother, Sister, Friend and also a GURU and a Backbone for our family.

Your absence cannot be substituted by anybody. This sorrow is forever in our lives.

May your soul rest in Eternal Peace.

Continuer la lecture

Les témoins

Je me demande si certains futurs participants du colloque sur la linguistique romani seront allés à la Maison Rouge, à Paris, pas loin de la Bastille. Paula Aisemberg y avait organisé une exposition des dessins ou peintures de Ceija Stoika. Il y a eu aussi deux séances au Mémorial de la Shoah. Ceija Stoika (1933-2013) a survécu, avec certains de ses frères et sœurs et leur mère, à trois camps d’extermination nazi. Elle avait dix-douze ans. Au sortir de là, elle s’est tue pendant des dizaines d’années, comme beaucoup de gens. On faisait comprendre aux survivants qu’on n’allait pas « recommencer à parler de ça ». On ne savait pas quand on avait « commencé », mais on voulait finir. Ceija Stoika s’est tue, pendant quarante ans. Puis elle en a parlé, des Roms dans les camps, des camps. Continuer la lecture

ICRL13: Programme, abstracts, and poster

In a few months the 13th International Conference on Romani Linguistics (ICRL13) will take place in Paris. We are happy to welcome you and hope you will have a good and productive time.


You can now download the following documents:

ICRL13 Programme

ICRL13_Book_of_abstracts

We are looking forward to welcoming you in Paris!

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

La voix des hommes: la province et les bourgeois

Il y a quelques jours, dans le hasard d’une conversation, j’ai employé le mot ‘ostrille’. Je savais bien que le mot n’est pas du français courant et, en effet, l’amie avec qui je parlais a haussé le sourcil. J’ai expliqué que c’était un mot du patois de mon père, qui veut dire « ortie ». Mon amie est allée voir ce qu’elle trouvait sur le web, à propos de ce mot. Elle a trouvé le texte d’un monsieur natif d’un village nommé Gaye, dans le sud du département de la Marne. Elle m’en a parlé, et je lui ai raconté qu’en effet, je connaissais le village, où j’étais allé en vélo quand j’avais dix ou douze ans : il était tout proche du village où était né mon père, Fère-Champenoise.

Continuer la lecture

Un symbole de respect : les langues minoritaires de l’Europe

L’Europe est pleine de langues minoritaires. Il s’agit d’un phénomène fascinant qui a lieu sous nos yeux, linguistiquement exemplaire, politiquement essentiel, et où notre laboratoire devrait avoir une opinion professionnelle.

L’occasion de mon intervention vient du Journal d’Arte de ce soir (10 avril 2018), où un député du Sinn Fein disait ceci – il parlait en anglais, mais son discours étant couvert par la traduction en français, c’est elle que je cite : « C’est une question de respect de l’identité nationale irlandaise. La question de la langue irlandaise est devenue un symbole de respect. »  Continuer la lecture

Les Émigrants

Est-ce coïncidence ? Il y a ce spectacle superbe au Théâtre de la Bastille, à partir du livre de Max Sebald, Les Emigrants [1]. Puis quand j’ai montré à des doctorants The Immigrant (1917) de Chaplin, pour faire sentir par contraste comment le cinéma parlant a dramatisé les dialogues, ceux des acteurs et les nôtres, y compris dans la vie quotidienne. Puis, lisant la Storia linguistica dell’ Italia unita (1963) de Tullio De Mauro, je retrouve les pages où il décrit l’importance de l’émigration italienne, sa sociologie et sa géographie, ses conséquences sur l’effondrement de l’Italie dialectale et la formation de la pratique linguistique de l’Italie contemporaine.

Dans les Parole di giorni lontani ‘Mots des jours lointains’, l’autobiographie émouvante, instructive, des mots de son enfance, Continuer la lecture

Haudricourt

André-Georges Haudricourt était un ingénieur agronome, passionné des plantes et de leur histoire, qui s’est ensuite intéressé aux noms qu’elles portent, puis à la linguistique historique. C’était un esprit indépendant, et respecté. A la fin de sa vie, sa notoriété était très grande ; des savants dans le monde entier prononçaient son nom et son adresse comme un mot de passe. Continuer la lecture

Séances de formation — février 2018

Dans l’esprit de la formation que nous avions organisée l’an dernier, le LACITO a le plaisir d’organiser au mois de février quatre séances de formation, principalement destinées à nos doctorants, mais ouvertes à tous :
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

In memoriam Robert W. Hsu (Bob Hsu) (1935-2018)

Robert (Bob) Hsu passed away on 28 January, 2018.
The older people in our lab will remember him. During a stay of several weeks at LaCiTO in 1984, Bob conducted workshops presenting Lexware, the lexical database software he had written, and generally introduced computer literacy and the principles of linguistic data processing to the lab.
Continuer la lecture

Lexicographie : exposé de Mathieu Mangeot-Nagata (LIG), et atelier ouvert à tous

Le 20 février 2018, Mathieu Mangeot-Nagata (Laboratoire d’Informatique de Grenoble) sera l’invité du Lacito, pour collaborer à des projets concernant le développement de la Collection Pangloss, et particulièrement des dictionnaires en ligne qu’elle héberge (Lexica).

De 14h à 15h30, il donnera un exposé au Lacito :

Construction collaborative d’un dictionnaire français-japonais
de qualité et à large couverture

Venez nombreux à cet exposé où il sera question de dictionnaires, de lexicographie électronique, et plus généralement des outils de traitement automatique pour la linguistique !

Cet exposé sera suivi, de 15h45 à 17h30, par un atelier :

La gestion des bases lexicales : utilisation de iPolex et Jibiki

L’atelier est également ouvert à tous. Si vous souhaitez y participer, prévoir d’installer l’application Docker et d’apporter vos lexiques au format XML.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Hommage à Jean-Claude Rivierre (1938 – 2018)

En ce début d’année, le LaCiTO a perdu l’une de ses figures historiques. Le 5 janvier 2018, notre collègue et ami Jean-Claude Rivierre a été emporté par une crise cardiaque, dans sa 80ème année. De nombreux collègues – du LaCiTO ou d’ailleurs – lui ont rendu hommage jeudi 11 janvier, d’abord à Montreuil, puis dans le village de St-Julien-sur-Calonne (Calvados), où il a été inhumé parmi les siens.
Né en 1938, Jean-Claude Rivierre était l’un des plus anciens membres du LaCiTO. Avec son épouse Françoise Ozanne-Rivierre (1941-2007), il avait consacré sa vie aux langues kanak, les langues océaniennes de la Nouvelle-Calédonie.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter