Pour une Anthropologie du Chant : l’interdisciplinarité comme moyen de modéliser le chant traditionnel envisagé comme système complexe

L’approche ethnologique de la musique n’a pas commencé avec la création du terme d’ethnomusicologie en 1950, les références à des termes ou motifs musicaux ethniques datent au moins de l’époque Rousseauiste du XVIIIe siècle. La science ethnomusicologique, issue des sciences humaines et sociales ne date cependant que de la fin du XXes. A cette époque, cette dénomination supplantait enfin l’expression germanique issue de l’esthétique formelle de la Musikalische Tonsysteme (HORNBOSTEL Musicologie comparative).

La difficulté à couvrir le sens de ce domaine musical, par un terme unique, en y incluant le contexte social, le « populaire » s’est révélée par la suite dans les pratiques des uns et des autres qui penchaient soit vers l’étude du contexte sociétal, soit vers celui de l’analyse musicale parfois vers les deux. Elle révèle assurément la complexité du phénomène et la réelle difficulté à situer la recherche sur les pratiques musicales entre l’affectif, qui est essentiel, et le rationnel qui l’est tout autant. Cet état de fait m’a conduit à encourager des angles d’approches complémentaires, en fonction de la disponibilité et de la bonne volonté des chercheurs en présence, afin de mieux comprendre plutôt que d’expliquer un chant traditionnel pour le moins mystérieux.

Pour évaluer le parcours que j’ai personnellement effectué depuis trente ans, je propose une très brêve introduction des lignes des méthodes issues des recherches folkloristiques et ethnomusicologiques, –– qui ont eu le domaine francophone pour objet ––, afin de présenter prioritairement la stratégie musicolinguistique que j’ai développée au LACITO (depuis 1987 jusqu’en 2005) puis en Guyane jusqu’en 2010, elle a été poursuivie ensuite à l’OPCI).

Cette présentation tente d’apporter, par différentes recherches et thèses complémentaires envisagées sur le long terme, des pistes souvent inédites qui portent principalement sur le domaine français mais également sur quelques autres. Ces dernières ouvrent de nouvelles problématiques, voire entament des zones inexplorées jusqu’ici du collectif et du privé. Mais faut-il pour autant penser que la réduction aux fondamentaux, la prise en considération des unités culturelles et de la diversité, pourrait simplifier les options théoriques et la connaissance que l’on peut avoir du chant traditionnel ? Ce sont autant de questions qui vont être évoquées ici sans pour autant que nous soyons en mesure d’y répondre d’emblée.

Entre les universaux des catégories poético-musicales et la diversité des chants traditionnels que j’étudie avec mes collègues, je tente par exemple de délimiter plus finement les unités culturelles poético-musicales qui sont  à la fois des structures systémiques et des contenus ; c’est une problématique sur laquelle nous travaillons ensemble afin de faire apparaître plus justement l’identité culturelle d’un groupe, en la corrélant au style musical de ses pratiques collectives[i]. Ceci n’est possible qu’à partir de bases ethnographiques minutieusement archivées, de travaux d’ethnolinguistique sur les textes des chants, d’une sémantique argumentative qui porte sur des textes chantés voire enfin, d’une étude rythmique de l’accent d’une parole parlée qu’il faut corréler au rythme périodique de cette même parole « musicalisée ».

Ces travaux se sont poursuivis au LACITO jusqu’en 2005 :

  • au département Europe (dirigé par Marie-Jocelyne Fernandez-Vest) puis,
  • de 2000 à 2005, à celui d’Anthropologie de la Parole (dirigé par Bertrand Masquelier).
  • Par la suite, plusieurs autres programmes ont été lancés au CNRS, comme par exemple : au CNRS de Cayenne et à l’Université Antilles-Guyane avec la création du CADEG.
  • Nos travaux ont suscité une étroite collaboration avec Jean-Pierre BERTRAND, Directeur de l’AREXCPO et toute son équipe. Le Colloque du LACITO/AREXCPO (le Poiré-sur-Vie, en 2003) et sa publication (2009), puis la création du RADdO (Réseau d’Archives des Documents de l’Oralité, (cf. texte sur ses attendus, ci-dessous) en sont les deux exemples les plus significatifs.

On se reportera aux deux publications qui modèlent cette fructueuse collaboration : Jean-Pierre BERTRAND (2015) et DESPRINGRE (2016).

Voyons maintenant, ci-dessous, l’essentiel des attendus théoriques à travers quelques résumés exemplaires de publications des membres successifs du groupe Musilingue du LACITO :

Quelques questionnements scientifiques réalisés durant plus de dix ans au LACITO-CNRS, notamment entre disciplines et interdisciplines :

1. Décrire un chant traditionnel ?

Il s’agit, tout d’abord, de formaliser chacun des différents domaines expressifs du chant [systèmes de langue, rythme (poétique et musical) et d’intonation]. D’examiner les éléments du contenu de ces mêmes ensembles complexes (leurs formes = tropes, récits, etc. ; leur substance : significations des textes et du contexte social). Puis de mettre en relation ces deux plans  (R = cette relation) qui définit justement la fonction sémiotique du chant traditionnel dont on veut connaître le style.

La sémiotique, qui n’est pas une théorie rappelons-le ici avec Paul RICOEUR, est une méthode qui permet d’effectuer les relations pertinentes entre  différents paramètres ordinairement traités par des disciplines séparées mais aussi avec leur univers symbolique.

Lévi-Strauss qui se réclame de la phonologie de l’école de Prague et de l’école danoise ne traite pas autrement les unités constitutives des mythes amérindiens : il interprète les analyses non pas comme des symboles conventionnels, mais comme des « paquets de relations », des signes capables de renvoyer à de multiples signifiés, selon les contextes dans lesquels ils sont élaborés, tout en précisant qu’ils n’ont aucun sens, chacun en particulier.

La dialectique entre séparation et relation (cf. comme le montre ci-dessous l’exemple de la méthode sémiotique Inspirée de HJELMSLEV) pose la question philosophique des liens entre expliquer et comprendre (Paul RICOEUR, 1998). La prise en compte de la diversité culturelle et du singulier s’oppose aujourd’hui à l’obsession des universaux de la fin du siècle dernier. Il s’agit maintenant d’intégrer l’impensé qui s’observe au travers le chaos que peuvent représenter les variations multiples et variées que l’on observe dans les chants traditionnels. Elle devrait permettre d’analyser plus finement les contenus, en relation avec les structures sous-jacentes et de voir surgir, grâce aux approches interdisciplinaires, un sens issu de l’intertextualité poético-musicale du chant, de caractériser les formes par l’analyse du style cognitif qu’elles expriment. Le retour de la prise en compte par les scientifiques du « Je » c’est-à-dire, l’adjonction au collectif du subjectif et, notamment en musique, de la dimension émotionnelle et des affects au sein de groupes restreints, laisse augurer une meilleure compréhension des réalités musicales que l’on observe.

« Expliquer et comprendre ne constitueraient pas les pôles d’un rapport d’exclusion mais les moments relatifs d’un processus complexe qu’on peut appeler interprétation » (RICOEUR).

La première publication collective dans la collection Musilingue :

Titre : Focus sur l’ « art de l’enfance » au Département Europe du LACITO (cr. site web 1997)

En 1988, André-Marie Despringre, chargé de recherche CNRS au Département Europe du Lacito, crée le programme Musilingue. Ce programme de recherche qui se voulait plutôt novateur à cette époque et qui l’est sans doute encore aujourd’hui, proposait concrètement d’étudier, pour la première fois, les relations entre musique et langue dans le domaine de la poésie chantée de tradition orale des pays de France.

Qui furent ensuite les autres « musilinguistes » ? Un groupe d’ethnomusicologues et d’ethnolinguistes composé d’Andy Arleo, Jeanine Fribourg, Photini Panayi, d’Hervé Rivière (+) et d’Emmanuelle Olivier. Parmi les réalisations issues de ce premier groupe de recherche, arrêtons-nous sur le travail mené sur les chants enfantins d’Europe, plus précisément une sélection de jeux chantés recueillis en France, l’Espagne, Italie et Chypre. Cette étude nous invite à une compréhension tout à fait nouvelle du chant enfantin que sont les jeux éliminatoires, tape mains, jeux de balle, etc. En effet, qui ne s’est pas essayé dans la cour de récréation à ce jeu de dominos verbal aux multiples versions « Trois p’tits chats, chapeau d’paille, paillasson… » ? Ce jeu très ancien se retrouve sous des variantes nombreuses dans plusieurs régions du monde… L’étude des chants enfantins est longtemps restée dévolue à des spécialistes en bute aux frontières interdisciplinaires alors que ces chants sont à la fois langage jeu, technique du corps et du groupe, tradition et innovation.

electre_2-7384-6054-2_9782738460547Le programme « Musilingue » propose une compréhension privilégiée de leur dimension mélodique, rythmique et métrique, poétique, gestuelle et linguistique. À partir d’une étude comparative, le groupe d’ethnomusicologues et d’ethnolinguistes a cherché à mettre en évidence les mécanismes complexes à l’origine de l’élaboration du chant et de clarifier les rapports qui peuvent exister entre langue parlée, langue chantée, musique et jeux.

Cette étude a fait l’objet de l’ouvrage ci-dessous :

André-Marie DESPRINGRE, édit. Chants enfantins d’Europe : systèmes poético-musicaux de jeux chantés (France, Espagne, Chypre, Italie). Préface Jean MOLINO. Paris : Éditions l’Harmattan, 1997. 215 p.

2. Sémiotique du Chant ?

Cette méthode a pour le chant l’avantage d’unifier la terminologie qui sera la même à la fois pour  la linguistique, la poétique et le musical. Toutes les articulations entre les systèmes peuvent être opérées selon le sujet de la recherche. Ainsi, un système reliant l’Expression (E) au Contenu (C) sera écrit (ERC). Il correspond, par exemple, à la langue d’un chant. Il est considéré, dans le cadre de cette sémiotique, comme le simple élément d’un système qui lui serait extensif (par ex. le poétique). Il s’agit bien entendu de deux systèmes imbriqués l’un dans l’autre mais qui peuvent très bien être décrochés l’un par rapport à l’autre au moment de l’analyse et que l’on tente ensuite de faire correspondre. Dans chaque cas, le premier système (ERC) devient le plan de l’expression du second système, c’est-à-dire sa connotation :

(ERC)                            R                                   C
(langue)              relation                                (poésie)

de même pour la relation à la musique on pourrait avoir plusieurs autres ERC (connotations), comme, par exemple :

(ERC)                             R                                  C
(parole parlée)              relation             (parole chantée)

 (ERC)                             R                                   C
(poésie)                           relation            (musique)

Ces différents plans mis en relation vont permettre au chercheur ethnomusicologue de modéliser la forme chantée et ainsi de rendre compte d’une complexité qui se donne à voir méthodiquement. L’inanalysable sera également mis en évidence et figurera comme particule irréductible.

Avec d’autres méthodes notre groupe a aussi effectué :

– des analyses du discours chanté (contenus littéraires comme en sémantique : Laetitia Bourmalo, ou en ethnolinguistique : Jeanine Fribourg et Sylvie Mougin) ;

– des analyses disciplinaires de chants : ethnographiques (Yves Defrance en Haute Bretagne, linguistiques (sur le Flamand d’Hugo Ryckeboer, le grec chypriote de Photini Panayi, et le Valdôtain en Suisse, d’Emmanuelle Olivier, l’arabe et le tobanga de Jean-Pierre Caprile), poétiques (d’Andy Arleo et de Benoît de Cornulier ou de Photini Panayi, l’occitan d’Hubert Schmitt et consort). Enfin, des analyses musicales (d’Apolinaire Anakesa, d’Andy Arleo, de Sophia Barreto, de Jean-Jacques Casteret, d’André-Marie Despringre, d’Hervé Rivière, de Damien Villela) ;

– des analyses interdisciplinaires : articulation parole-musique (Anakesa, Arleo, Despringre, Geneix-Rabault, Marc Jeanin, Julie Kestenberg, Hervé Rivière), avec la danse (Eva Ordonnez ou Caprile) ;

– des études ethnographiques du chant (Anakesa, Bertrand, Defrance, Despringre, Dos Santos, Rivière) ;

– des études structurelles des systèmes d’expression chantée par tous les participants

3. Catégoriser un rythme « flamand » (DESPRINGRE, 1991)

La description des processus codés et inférentiels d’un ensemble de chants réservé au rite calendaire de la Saint-Martin, met ici en évidence l’existence de plusieurs stades cognitifs concomitants. Ils sont révélés par l’analyse d’un processus rythmique, culturellement marqué dans ses deux composantes, française et flamande. L’identification et l’interprétation des éléments d’une auto-éco-catégorisation du rythme tient compte aussi bien de paramètres de la prosodie du flamand et du français, c’est-à-dire essentiellement des conceptions locales du temps figurant dans les chants (textes poétiques et monodies), que de l’idéologie identitaire, flamande et contemporaine.

Grâce à ce nouveau corpus de soixante-huit chants, qualitati­vement plus important et beaucoup plus explicite au plan du contenu littéraire, je me rendais compte que, tant en France qu’en Belgique, le rite collectif de la Saint-Martin marquait les esprits en se référant à des principes communs alors que les manières de faire divergeaient davantage selon les langues utilisées. Il m’apparaissait aussi que certaines caractéristiques pouvaient interférer d’une langue à l’autre. Le nom du saint (La Saint-Martin ou Sinte-Maartens) et lui seul, était extrêmement redondant principalement en incipit de cha­cun des chants et ceci confirmait l’étroite dépendance du texte avec le rite et la croyance. Je cherchais donc à découvrir ce que j’ai appelé plus haut le « programme » rythmique de ce syntagme, c’est-à-dire les paramètres constitutifs de sa durée et de sa force (connue en lin­guistique sous le nom d’intensité et en musicologie sous le nom d’accentuation). J’observais ensuite la structuration de ces paramètres afin de comprendre comment les structures se recréaient et s’éten­daient à toutes les strophes des chants. Il y avait en fait des redoublements d’éléments rythmiques du syntagme des reprises similaires et des adjonctions de segments différents. Les types ryth­miques formés pouvaient se reproduire sur d’autres syntagmes ou des vers indépendamment des différents programmes prosodiques des vers concernés. Des cycles de huit pulsations se reproduisaient sys­tématiquement délimitant ainsi des segments d’une durée double du programme initial.

A partir de cette analyse, qui est à considérer comme l’étape préalable à toute description d’un rythme culturellement connoté, il devient possible de bâtir la « syntaxe » rythmique des chants enfan­tins et des chants tout court. Cette syntaxe est la manière dont les Flamands organisent les types entre eux, c’est un processus infini d’évolution du rythme « à la flamande ». Des schématisations sté­réotypées figurent et jouent un rôle essentiel dans la structuration des chants car, en « s’autonomisant » par rapport à la langue, elles sont ré-appliquées sur d’autres segments poétiques ou vers dont rien ne dit qu’ils demeurent, lorsqu’ils sont ainsi rythmés et « musiqués », en accord prosodique avec la langue habituellement parlée. C’est justement ce qui fait, pour les locuteurs flamands, le piment de ce rythme en raison même de l’écart entre le parlé et le chanté dont ils n’ont pas, bien entendu, vraiment conscience. Un rythme fondé sur la prosodie de la langue parlée flamande a donc pu être isolé (contrastes de syllabes brèves/longues et accents de mots), mais un autre, fondé sur la prosodie du français (accents sur la fin des groupes de mots) l’a été également. Enfin, j’ai mis en évidence un rythme intermédiaire, « bilingue », marquant la transition et donc la « continuité du processus » d’acculturation d’un rythme flamand vers un rythme français (DESPRINGRE, 1997).

Cette démonstration illustre, sans restriction, la justesse du propos de Jacques CHAILLEY qui précisait que le rythme n’est en aucun cas une succession de petites cellules indécomposables.

BLACKING et de nombreux autres ethnomusicologues insistent également sur le rythme : Toute culture a son propre rythme, en ce sens que l’expérience consciente est ordonnée en cycles des changements de saisons, de croissance physique, d’entreprise économique, de profondeur ou largeur généalogique, de vie présente et de vie future, de succession politique ou d’autres traits périodiques quelconques auxquels on confère une signification …c’est donc l’atmosphère rythmique qui conditionne un groupe donné et distingue le chant de la parole… (BLACKING).

Un beau programme d’étude de la complexité de la musique traditionnelle !

4. Relations de la forme à la société : une proposition théorique. Entre texte et Action (CAPRILE, DESPRINGRE, RASTIER, AFA, 1985).

L’action, domaine interdisciplinaire, fait à présent l’objet d’un renouveau de recherches en anthropologie, en didactique, en ergonomie, etc. Si, dans la perspective d’une naturalisation du sens, l’anthropologie cognitive a beaucoup travaillé sur les régularités des systèmes de classification des objets, le problème de la description et de la typologie des actions reste beaucoup plus difficile à cerner, et non moins prometteur : en effet, le concept même de  pratique est en jeu ainsi que l’articulation des performances sémiotiques dans le cours des actions. Pour les anthropologues qui décrivent des actions sociales et recherchent les liens avec les médiations symboliques, il s’agit non seulement de classer ces actions mais aussi de les interpréter.

Ces extraits de travaux antérieurs illustrent, s’il le fallait, l’intérêt qu’il y a de prendre en compte l’obscur et le chaos. En effet, on peut sans doute espérer découvrir la substance profonde de l’identité culturelle d’un groupe rien qu’en analysant finement les œuvres, par la coopération avec plusieurs disciplines. Il s’agit juste de mettre en relation et en correspondance avec les langues, les danses, le rythme et certaines des pratiques collectives en rapport avec celles-ci.

Les résumés ci-dessus qui ont trait aux quelques travaux de membres de l’équipe, ne sont pas exhaustifs. Ils ne sont là que pour illustrer mon propos. Il serait facile d’en consulter d’autres en allant lire les travaux du groupe du LACITO dont nous donnons ci-dessous quelques références.

  1. Coopération avec les chercheurs locaux : le RADdO

RADdO.

par exemple entre :

  • le CNRS (UMR 7107, LACITO-CNRS et Paris IV Sorbonne) et une Fédération d’associations (AREXCPO-Ethno-Doc en Vendée : 11 sections). Convention en 2000
  • l’UAG et l’AREXCPO-EthnoDoc. Convention en 2008.
  • Entre l’UAG (CADEG) et l’Association Tanbou. Convention en 2007.

L’ensemble des conventions avalise le réseau d’Archives des Documents de l’Oralité (RADdO).

Vocations du RADdO

– Organiser les liens entre chercheurs, universitaires, associations spécialisées et institutions de conservation,

– Intéresser et associer les services publics et privés à la mise en commun de compétences pour l’archivage à la fois matériel et intellectuel des documents de l’oralité, et pour la constitution de fonds (son et images) à organiser et à documenter pour l’analyse scientifique,

– Développer un réseau d’échanges de savoirs relatifs au patrimoine culturel immatériel entre les collecteurs, les collectionneurs, les archivistes, les chercheurs, les diffuseurs, les usagers, les pouvoirs. Cette mise en réseau intéresse des archives sonores inédites produites à partir d’enquêtes de terrain, qui représentent un intérêt anthropologique et constituent des ressources pour la recherche scientifique,

– Préserver les témoignages oraux non seulement dans un but de conservation mais dans celui de leur exploitation au sein d’une société contemporaine comme développement durable,

– Sensibiliser la population à travers les associations formées elles-mêmes à la recherche par la recherche, à la nécessité de prendre en charge sa mémoire et sa culture par des enquêtes systématiques auprès des détenteurs de ce patrimoine,

– Faire adhérer les intéressés à l’ensemble de ces grandes orientations

– Inscrire et faire reconnaître la démarche du RADdO dans le cadre du programme Patrimoine Culturel Immatériel Mondial de l’UNESCO.

– Structurer un véritable service public dont le seul but n’est pas celui de la conservation du patrimoine immatériel mais au-delà, celui de son développement durable au sein des populations.

Fonctionnement pratique et coordination

Depuis 2003, le RADdO est en voie d’expérimentation sur le territoire de la Région des Pays de la Loire, (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe, Vendée) et dans d’autres départements (Nord Pas-de-Calais), Guyane, La réunion, La Nouvelle Calédonie), d’autres pays : le Canada, le Portugal). Les services du RADdO pourraient, sur sollicitations, être mis à disposition dans d’autres lieux.

Rôle du RADdO

– mise en relation des associations avec les organismes spécialisés en vue d’enquêtes, stages, formations, mise à disposition des outils d’archivage et d’analyse, de publications, etc.

– conseils en numérisation, utilisations de bases de données, participation à l’élaboration de bases de données,

– partage des connaissances relatives aux centres de documentation,

– diffusion d’informations spécialisées sur le patrimoine,

– aide aux projets de financement (enquêtes, matériels, postes, publications…),

– création d’un réseau de contacts et d’échanges,

– communication entre les partenaires à travers un forum informatique géré par les

consultants,

– mise en commun des informations concernant les sources, voire, selon les conventions, les sources elles-mêmes,

– fourniture, si nécessaire, des bases de données organisées par EthnoDoc-Arexcpo en collaboration avec les membres du RADdO, par réseau Extranet,

– contribution aux éditions phonographiques et cinématographiques.

Statut de la documentation

Les archives restent la propriété de leur détenteur. Il va de soi que la documentation minimale de chaque pièce (identité des interprètes, localisation de l’enquête, identité de l’enquêteur…) est assurée par le détenteur de l’archive, complétée, dans la mesure du possible, par les spécialistes du RADdO.

Les archives numérisées déposées sur les bases de données électroniques sur Extranet sont exclusivement consultables par les membres du RADdO.

Les archives sont bien entendu communicables au grand public selon la volonté du détenteur et les règles de déontologie professionnelle. Ainsi elles peuvent être réduites à des extraits et à une documentation restreinte.

Contacts :  – Pr. Ass. (er), André-Marie DESPRINGRE (LACITO-CNRS, Université des Antilles et de la Guyane, CADEG, tél : 05 94 29 69 21)

  • Jean-Pierre BERTRAND (Association pour l’Expression Populaire, AREXCPO, tél : 02 28 11 42 51
  • Les fonds enregistrés déposés par le biais du RADdO et de l’OPCI sont actuellement en voie de numérisation et d’indexation à la BNF.

j-fribourg-redon-1Reproduction d’un ouvrage collectif sur la Bogue de Redon :

 Avec la très grande chanteuse Jeannette Maquignon on aperçoit des chercheurs et animateurs de Redon (Ille-et-Vilaine) Jeanine FRIBOURG (stage de Paris V dirigé par Philippe Laburthe, et Photo A.-M. DESPRINGRE 1991)

casque   FLANDRE : deux chants en flamand donnés pour l’Epiphanie en Flandre, l’un par trois hommes jouant de l’accordéon diatonique et déguisés en rois mages, l’autre par Mme Chercousse (née 1907 en 1977) (phonogrammes enregistrés par André-Marie Despringre, région du Westhoek français).

On trouvera une transcription texte/mélodie et une analyse dans :
2000, « Musilinguistique des chants populaires du Westhoek français : sémiotique du Sterrelied », Nochtans was scherp van zin, Van de Universiteit Gent, Ryckeboer Hugo, linguiste (édit), Van Dael, Deinze, pp.179-192. Gent (532 p.)

casque   CHYPRE : Limasol, Chypre, 1990, chantée par Mme Maroulla Apostolou (née 1936) (enregistrée par Photini Panayi).

Cf. texte Photini Panayi, sur Chypre dans Despringre 1997, Chants enfantins d’Europe, pp.125 à 154.

video  De l’apprentissage au fest noz : enquête sur les musiques et danses folk à Muzillac, 2005

Pour plus d’informations sur l’auteur:

 


2 réflexions au sujet de « Pour une Anthropologie du Chant : l’interdisciplinarité comme moyen de modéliser le chant traditionnel envisagé comme système complexe »

  1. Équipe hypotheses.org

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *