Éléphants, ouvre-boîtes et sarcophages

Le chercheur doit écrire des choses originales : zéro copié-collé. C’est le champion de l’innovation. Mais personne n’écrit de texte totalement nouveau : ce serait incompréhensible. Sauf Hugo Ball écrivant Elephantenkarawane [1].

Dans ce que nous écrivons, qu’il s’agisse d’une liste de courses ou de votre dernier article génial, la nouveauté est la chose la plus difficile à repérer. On voit des 4e de couverture qui ressemblent à des affiches de cinéma, et vantent deux choses : c’est facile à lire et c’est super original. Personne n’a jamais dit ça avant, c’est ground-breaking, ouvre des horizons, repousse les frontières, et c’est aussi facile à utiliser qu’un ouvre-boîte. C’est l’emphase du marchand sur le champ de foire, oui, mais ces excès ne sont pas indifférents : ils montrent que la nouveauté est difficile à cerner.

Nous savons pourquoi. Si ce qui est nouveau ne se voit pas si vite, c’est souvent parce que la perspective est différente, plus que le vocabulaire et le sujet. On peut écrire quelque chose de passionnant et d’étonnant sur un sujet qui semblait très connu.

Notre problème, ce n’est pas qu’il faut faire du neuf. C’est qu’il y a de plus en plus d’auteurs [2]. Les doctorants doivent publier des articles, vous aussi. Beaucoup d’articles. Sans quoi nous sommes mauvais [3]. Les éditeurs et les périodiques, même dans un secteur secondaire comme la linguistique, sont plus nombreux qu’avant en Europe ; c’est parce que la demande y pousse. On ne sait pas bien qui lit les articles ; mais leur nombre croît. En 2001, la Chine publiait 3,4 % des publications scientifiques, en 2012 : 12,6 % ; la France 3,6 %. C’est pourquoi c’est l’Europe qui compte, non pas la France, ni le français. Je suis d’accord que c’est idiot : qu’est-ce que cela signifie, le nombre des publications ? La vraie question, ce sont les contenus. L’idée est sans doute que « plus il y en a, plus on a de chance d’en trouver un bon ». Peut-être, mais on aura moins de chances de le voir dans la masse ! Donc, le corollaire indispensable du prestige du nombre, son antidote, c’est l’idée dite libérale que les meilleurs vont sortir du lot, par nature. Vous êtes sûr ?

Il y a des contrôles de qualité, avec comme d’habitude le bon et le mauvais côté. Peer reviewing. Les pairs, une fois nommés juges, risquent parfois de se croire très impairs. Cela nous permet, comme dans le danger, de différencier les bons esprits des autres. Mais il est certain que des observations amicales sont utiles. Et expliquer ce qu’on a voulu dire ou faire, aide à le clarifier.

A mon avis, il vaudrait mieux que le chercheur ne soit pas soumis à des mini-concours à l’aveugle, qui comportent une part inévitable de hasard et une petite part de malveillance endémique. Il vaudrait mieux imposer un autre usage : que l’auteur indique dans sa note liminaire avec qui il a discuté de son papier, étant entendu qu’il ne pourrait mettre les noms que de ceux qui ont donné leur accord. Cela n’impliquerait pas que les ‘discutants’ soient forcément d’accord (le consensus, c’est le contraire de l’innovation véritable) avec l’article, mais qu’ils trouveraient que c’est intéressant à publier. On pourrait même inventer un code pour que ce soit clair, comme *** je suis d’accord avec l’auteur, ** je ne me mouille pas mais c’est intéressant, * je ne suis pas tellement d’accord mais c’est ingénieux et attire l’attention. Après cela, bien sûr, on dépendrait des directions des revues, qui risquent de ne publier que les *** pour se couvrir ; mais cela se verrait, et elles y perdraient en cote de risque, donc en pertinence. Mieux vaut un code d’agrément méthodologique, que sur la qualité supposée globale de l’article, qui nous ramènerait à l’infantilisation des A et autres A+.

Ceci pourrait être utile entre nous, à condition que cela rende les publications plus rapides. Car le cauchemar des sciences humaines, c’est la lenteur des publications. Nos collègues des autres sciences trouvent que c’est symptomatique de nos disciplines qui ne servent à rien. Si ce qu’on fait était utile, on se remuerait plus que ça. Notre idée confortable que, nous autres, nous travaillons pour l’éternité, est bonne pour certaines choses ; mais contribue aussi à un « effet-sarcophage ». Qu’est-ce que l’effet-sarcophage ? C’est quand on croit qu’on a la vie devant soi.

[1] https://www.youtube.com/watch?v=z_8Wg40F3yo

[2] Voir le schéma 38.02 sur la progression du nombre des thèses délivrées : https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/8/EESR8_R_38-le_doctorat_et_les_docteurs.php

[3] https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/7/EESR7_R_45-le_positionnement_de_la_France_dans_le_monde_par_ses_publications_scientifiques.php Voir une carte qui présente les choses autrement : https://fr.unesco.org/sites/default/files/usr_1-7_parts_pib_drid_chercheures_publications.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *