Rencontre avec trois dignitaires de Poya (Nouvelle-Calédonie)


De gauche à droite :  Isabelle Bril, Isabelle Leblic, David Piekut,
Daniel Niandou, René Nekiriai, Jules Nekiriai,
Alexandre Francois, Claire Moyse-Faurie.

 
La Nouvelle-Calédonie, archipel du Pacifique situé à 20 000 km de la France métropolitaine, est depuis près de 40 ans l’un des terrains historiques de recherche du LACITO en Océanie. La diversité socio-culturelle et linguistique de cette région et des populations kanak autochtones qui y vivent a déjà contribué à enrichir nos connaissances sur la famille austronésienne, et notamment le sous-groupe océanien auquel elles appartiennent.

C’est dans cette tradition que s’inscrit ma thèse de doctorat – sous la direction d’Isabelle Bril, à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) – sur le thème des phrases complexes de la langue ajië, langue kanak parlée dans la région de Houaïlou au centre de la Grande Terre. Lors d’une première mission de terrain menée dans le cadre de ce travail durant l’été 2017, j’ai ainsi pu établir plusieurs contacts avec des locuteurs de l’ajië, habitant la commune de Poya. L’accueil chaleureux des résidents, appartenant notamment aux tribus de Népou, Nekliai-Krafji et de Montfaoué, m’a permis d’entamer une fructueuse collecte de données linguistiques.
 
Le 17 novembre dernier, le LACITO a eu l’honneur d’accueillir trois représentants de ces communautés, à l’occasion d’un voyage de visite en métropole organisé par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Nous avons ainsi reçu MM. René et Jules Nekiriai – locuteurs de l’ajië et de l’arhâ – respectivement chef et porte-parole du clan Nekiriai de la tribu de Nekliai-Kradji, ainsi que M. Daniel Niandou – locuteur de la langue bwatoo – président de la tribu de Népou. La visite de ces trois personnalités coïncidait avec le Conseil de laboratoire du 17 novembre, lequel a été interrompu pour l’occasion. Ils ont été invités à un échange de “coutumes” mené par Alexandre François, directeur du LACITO, en présence de plusieurs des océanistes du laboratoire – Isabelle Bril, Isabelle Leblic, et Claire Moyse-Faurie – ainsi que des membres du conseil.Je souhaite remercier l’ensemble des membres du LACITO présents à cette occasion. Dans leurs interventions, autant le directeur que nos hôtes ont souligné l’importance cruciale d’une bonne entente entre chercheurs et communautés, afin que nos efforts sur les langues menacées soient compris et relayés à l’échelle locale, dans les villages et les familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.