Haudricourt

André-Georges Haudricourt était un ingénieur agronome, passionné des plantes et de leur histoire, qui s’est ensuite intéressé aux noms qu’elles portent, puis à la linguistique historique. C’était un esprit indépendant, et respecté. A la fin de sa vie, sa notoriété était très grande ; des savants dans le monde entier prononçaient son nom et son adresse comme un mot de passe.

Un ami m’avait dit qu’avec leur prof, ils créaient une revue sur le Moyen Âge : je voulais participer ? J’ai donc participé à la création de la Revue Médiévales, avant 1982, grâce à Bernard Cerquiglini et Odile Redon. Celle-ci a un jour voulu faire un numéro consacré à Haudricourt. Haudricourt voyait le Moyen âge comme une période d’obscurantisme. Le paradoxe m’a séduit, et j’aimais ce qu’on disait à Médiévales de ce savant terrible. Je suivais les cours de Claude Hagège, mais je ne savais pas vraiment qu’ils se connaissaient. Les collègues de Médiévales étaient réticents pour aller interviewer Haudricourt : il était sec, sans phrases de politesse, n’avait rien des conventions bourgeoises universitaires, que Bourdieu décrivait à la même époque. Je me suis porté volontaire, suis allé voir Haudricourt chez lui, rue d’Assas. C’était en 1988.

Il y avait des livres partout, des piles hautes et instables, des restes de croissant sur le bureau, et de vagues morceaux de tapis visibles entre les piles de tous formats. J’avais apporté un petit magnétophone qu’on m’avait prêté, mais il n’y avait aucun endroit stable où le poser. J’ai calé l’engin sur une pile, en le tenant d’une main, et Haudricourt a commencé à répondre, à sa façon discursive, étrangement droite et labyrinthique, aux questions que j’avais préparées.

A mesure que nous parlions, à la fois il s’irritait de mes observations et il était reconnaissant des obstacles que j’opposais. Il était assis dans un Voltaire, dans l’ombre, près d’une de ses fenêtres donnant sur la rue d’Assas, et il parlait avec une aisance qui était à mille lieues des allures « chic » des entretiens télévisés. Il détestait la pose, les connivences mondaines, le « vous et moi savons bien ». Il disait avec soin ce qu’il pensait soigneusement.

Quand je suis ressorti du premier entretien, je me souviens très bien, j’étais fasciné et désespéré. Il était évident que cet homme était un grand esprit. Mais ce qu’il m’avait dit suivait des voies qui me semblaient tellement sinueuses, tellement personnelles, que j’allais devoir reprendre toute la composition des thèmes successifs. Chez moi, j’ai écouté l’enregistrement. Et quelque chose de merveilleux est apparu.

Ce qu’il avait dit, qui m’avait paru sur le moment si disparate, si « narratif », était transparent : il suffisait de dactylographier ce qu’il avait dit, avec quelques intertitres, et ça sautait aux yeux. Il s’exprimait avec simplicité, dans une langue « normale », de tous les jours, sans aucune concession aux minauderies. Ses mots étaient clairs, précis. Ce qu’il avait dit acquérait à l’écoute un relief prodigieux.

J’ai dactylographié et imprimé le résultat, et suis allé trouver Claude Hagège à la fin d’un cours. Je lui ai remis les pages. Au cours suivant, il a voulu en reparler. Les entretiens ont été publiés dans Médiévales, où Claude Hagège a écrit aussi quelques lignes bien senties.

Je voudrais ajouter une chose. Dans un paragraphe plus haut, j’ai écrit : « il s’irritait de mes observations et il était reconnaissant des obstacles ». Je voudrais dédier cette ligne à tous les étudiants du Lacito. Il faut écouter les ancêtres avec attention, oui, mais il faut manifester ce que vous pensez.

Les entretiens sont accessibles à :

http://www.persee.fr/doc/medi_0751-2708_1989_num_8_16_1130 et : http://www.persee.fr/doc/medi_0751-2708_1989_num_8_16_1147

ou encore à :

www.academia.edu/12488852/ et : www.academia.edu/12488906

François Jacquesson

Vincennes, 1er mars 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *