La voix des hommes: la province et les bourgeois

Il y a quelques jours, dans le hasard d’une conversation, j’ai employé le mot ‘ostrille’. Je savais bien que le mot n’est pas du français courant et, en effet, l’amie avec qui je parlais a haussé le sourcil. J’ai expliqué que c’était un mot du patois de mon père, qui veut dire « ortie ». Mon amie est allée voir ce qu’elle trouvait sur le web, à propos de ce mot. Elle a trouvé le texte d’un monsieur natif d’un village nommé Gaye, dans le sud du département de la Marne. Elle m’en a parlé, et je lui ai raconté qu’en effet, je connaissais le village, où j’étais allé en vélo quand j’avais dix ou douze ans : il était tout proche du village où était né mon père, Fère-Champenoise.

Ainsi me revenait, grâce à cette amie qui avait fait des recherches, mon enfance, le patois de mon père. Mon père, qui a été instituteur presque toute sa vie dans la Marne, voyait le parler de son village avec amusement, mais il l’employait souvent : avec une sorte de distance amusée qui n’empêchait pas du tout le naturel. Je me rends compte, maintenant, que je sais des dizaines de mots de patois local, grâce à lui. J’emploie ces mots très souvent. Ils sont parfaitement naturels pour moi. Quand je suis venu faire mes études supérieures à Paris, je ne savais pas exactement quels étaient les mots champenois, quels étaient les mots « français ». J’utilisais s’empierger que personne ne comprenait, par exemple. Mais je devinais que reluquer par la beugnotte était incompréhensible pour mes amis parisiens.

Pour moi, il y avait un contraste esthétique, en quelque sorte, entre le fait que le sud de la Marne était à mes yeux une région insipide, et le fait qu’elle avait conservé ces mots qui étaient à elle. Dans mon idée romantique de jeune homme, seules les régions éloignées, montagneuses, spectaculaires, pouvaient avoir un parler propre. Mais je me suis rendu compte que c’était faux. Même des plaines sans âme peuvent avoir leurs mots : l’identité linguistique n’est pas une question d’âme – au sens romantique du terme. Mon expérience de linguiste, plus tard, a confirmé cette idée, et m’a permis de la nuancer de façon intéressante.

Ce soir, je regarde le documentaire exceptionnel réalisé par Julie Gavras, et diffusé sur Arte, qui s’appelle Les bonnes conditions. Julie Gavras a suivi, sur plus d’une dizaine d’années, des jeunes gens qu’elle a d’abord rencontrés quand ils étaient lycéens dans le lycée qu’elle-même a fréquenté avant eux, le lycée Victor Duruy dans le VIIe arrondissement, l’un des plus chic de Paris. On voit donc, et on entend, ces jeunes gens exprimer ce qu’ils ressentent de leur scolarité, de leur parcours, de leur volonté plus ou moins affirmée d’indépendance à travers ce cursus, de leur volonté prudente d’être eux-mêmes. L’émission est remarquable, à la fois par sa rare persévérance, qui dépasse de très loin les faiblesses ordinaires du journalisme pressé, mais aussi par la sincérité des jeunes gens qui parlent, et qui nous instruisent vraiment sur ce que sont les femmes et les hommes d’aujourd’hui – dans une certaine mesure.

Mais ce qui m’a immédiatement saisi quand j’ai commencé de suivre cette passionnante émission, c’est le « son des phrases » : ces jeunes gens « parlaient bourgeois », c’était très sensible : les écouter suffisait. On n’avait même pas besoin de l’image. La tonalité des mots, les liaisons qui venaient naturellement, le phrasé BCBG, tout concordait pour désigner en quelques secondes « la bonne société française ». Mais cette fois, en regardant les images, et les visages et la sincérité transparente de ces discours sans cachotteries, on voyait aussi que ces jeunes gens, finalement assez différents les uns des autres, avaient aussi leurs propres rêves ou leurs propres vocations (souvent, c’est la musique), même s’ils les exprimaient dans le même dialecte – immédiatement reconnaissable à l’oreille francophone.

Ces jeunes gens, qui ont le grand mérite de s’être prêtés à cette expérience alors que beaucoup d’autres auraient vu cela comme une incursion dans leur vie privée, sont des témoins de notre temps ; parmi d’autres. C’est dû, bien sûr, aussi au tact et à l’intelligence de Julie Gavras. Mais pour moi, ce qui est étonnant et utile (ce qui est étonnant est souvent utile), c’est que cette uniformité de dialecte bourgeois n’enlève rien à la singularité des personnes. Et que moi, qui avais oublié à quel point j’avais gardé en moi le patois paternel, je ne suis jamais retourné dans ces régions de mon enfance.

La langue, c’est la vie. La langue, ce n’est pas la vie.

François Jacquesson

Vincennes, le 20 mai 2018.


4 réflexions au sujet de « La voix des hommes: la province et les bourgeois »

  1. Ping : Open edition-LA LETTRE n° 371 | 06 juin 2018 – sourceserlande

  2. Olivier De Giuli

    errata à mon commentaire de ce jour: outre la coquille de la dernière ligne, le dictionnaire de Furetière date de 1690 et non pas de 1696. Merci pour cette rectification.

    Répondre
  3. Olivier De Giuli

    Nouveau venu dans cette communauté, je ne sais pas encore dans quelle mesure mon témoignage peut vous intéresser. A vous de juger.
    Merci à François Jacquesson, dont le témoignage fait écho au souvenir que j’ai de l’existence de tant de mots vernaculaires de ma propre enfance, dans le Valais (Suisse). Et à leur puissance d’évocation, si toutefois l’on a la curiosité de rechercher un tant soit peu l’origine de ces mots, disons, erratiques.
    Ainsi ceux de ma mère, née près de la Savoie, dans un hameau où l’on parlait une langue qui évoque parfois des mots signés… Rabelais. Il y a plus. Ainsi pour dire l’âche, excellent “céleri sauvage“, ma mère disait « lap’ieu“ (1ère syllabe accentuée, la seconde presque muette). Or, selon Dauzat (Dict. éymol.) les Latins disaient « apium », plur. « apia », pour l’âche. Ma mère parlant ainsi, sans le savoir, la langue des Romains?
    Aujourd’hui… Depuis le temps que j’ai pris plaisir à vivre hors de Suisse, voire hors d’Europe, j’ai maintes fois été interloqué par des rencontres linguistiques, certaines très étonnantes. Jugez-en. Par exemple, au Maramures, province de la Roumanie dite aussi « pays des Daces libres », çà et là le latin de l’empereur Trajan, victorieux vers l’an 100 de notre ère, s’est maintenu. Ainsi, les paysans disent encore « ail » pour l’ail (“allium“ en latin, “usturoi“ en roumain) et “ros » pour la rose (“rosa“ en latin,“ trandafir“ en roumain). Les paysans, involontaires mainteneurs…
    En l’occurrence, il y a plus, peut-être. Ainsi, en roumain, selon certain dicton populaire, on dit « soacra soacra poama acra » (litt. belle-mère, belle-mère, fruit amer); cela se trouve même dans une nouvelle de Ion Creanga connue de tous les écoliers. Je l’ai dit un jour en Catalogne: mes interlocuteurs ont éclaté de rire, car chez eux on dit pareil… Or, la famille de Trajan venait de la région de Séville… Et une partie de sa grande armée, d’Espagne, sans doute…
    Continuons cette divagation linguistique. En roumain, l’allumette se dit « chibrit » (pron. kibrit); en amharique (langue officielle d’Ethiopie), on dit aussi kibrit. De même, en amharique comme en roumain on dit « ciorba » pour potage aux légmes, « le plat roumain le plus traditionnel ». C’est que… la Turquie a longtemps occupé le sud de la Roumanie (une carte anglaise de 1825 y situe la « Turquie d’Europe »!), mais aussi des contrées aux confins de l’Ethiopie. Le puissant empire ottoman a ainsi véhiculé et propagé certains mots.
    Enfin (?), le cas d’un fruit, notre orange, douce: “portocal » en roumain, “bertucane“ en amharique. Dans son dictionnaire (1696) «Furetière (…) précise que les variétés d’orange douce étaient appelées “orenge de Portugal“, en arabe vulgaire “bordogal“. La relation de ce fruit au Portugal daterait de 1515.: on a su dès lors que c’était un fruit importé de Chine par les Portugais. Lesquels vinrent au secours des Ethiopiens dès 1541.: en témoignent notamment les châteaux de Gondar.
    Ainsi, “toujours poussés vers de nouveasux rivages“, sachons voguer au gré des mots…

    Répondre
  4. Marion Wesely

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.