Christiane Pilot-Raichoor (1951-2018) – Hommages/Tributes

Photo prise par la famille de Christiane, à Dharwad en Inde

de part de la famille du Dr. Vasant Raichoor (mari de Christiane)
Pamoo, Sulochana, Gulappa, Vijaya, Chetan & all Relatives & Friends (2018/08/21)

Christiane,

You were a Mother, Sister, Friend and also a GURU and a Backbone for our family.

Your absence cannot be substituted by anybody. This sorrow is forever in our lives.

May your soul rest in Eternal Peace.

————————————————————-

Shireen & Jamsheed Rizwani (2018/07/18)

With deep sorrow and immense sadness I beg to inform you of the death of my soul sister and friend Dr. Christiane PILOT-RAICHOOR after several months of battling against generalized cancer… She was undergoing chemo… which blocked the dreaded disease but.. it was an infection which took her away… yesterday.
Dr Christiane PILOT-RAICHOOR was probably the worlds’ biggest expert on the Badaga language… at the apex French research organization CNRS. She continued her research well past her retirement and through her sickness…
She was the wife of Dr. Vasant Raichoor ex Registrar of Karnatak University Dharwad…
Her kindness and her smile are forever engraved in my heart….
She leaves behind two wonderful and grown up boys Vikram and Anand… I mourn the loss of a wondrous kindred soul… May she rest in.peace!

————————————————————-

Gokul Babuchandran Gowder from Kotagiri, The Nilgiris, India (2018/07/19)

At the outset, I wish to extend my deepest condolence for the lose of Dr Christiane. I write to you to pass on a tribute to Christiane by Rev. Philip K Mulley from Kotagiri, the Nilgiris.

« As a non-formal associate of Christiane for the past two decades or more in the Nilgiris, I am deeply grieved to hear the news of her passing away. That linguistic studies pertaining to the Nilgiris has lost a first-rate scholar is no exaggeration. Her contribution to the study of the Badagas and its status as an independent language in South Dravidian linguistics will always remain exemplary. Late Prof. Emeneau, the great doyen of Dravidian linguistics, wrote to me in 1996, « I wish I knew more about Badaga and its varieties than I was able to learn in sixty years ago. » Undoubtedly Christiane admirably filled this gap of knowledge. Her pioneering studies on the grammatical homogeneity of the Nilgiri languages namely Badaga, Toda, Kota, and Kurumba has established effective arguments for a separate grouping of these languages in Dravidian taxonomy. In the history of Dravidian linguistics, this is a very significant aspect. The hypothesis of the leading linguistic archaeologist Sowthworth (2005) indicating the existence of a proto-Nilgiris group also seems to support Christiane’s discoveries. Her assiduous work in Badaga linguistic would also remain in the limelight. Whoever inherits the mantle of her scholarship is bound to open up new domains of Nilgiri areal linguistics.
I wish to render the above tribute cherishing the memory of Christiane. Gokul Babuchandran Gowder, the grandson of late Mr K. Lakshmanan, a very trusted associate of Christiane in her earlier career of Badaga linguistics research also joins me in offering this tribute.
« 

– Rev. Philip K Mulley (Kotagiri, The Nilgiris, India.)

————————————————————-

Shaman & Majan Mulla from Dharwad, India (2018/07/20)

I am a twin brother of beloved Christiane in India. Born on the same day, month and year.
Extraordinary, compassionate, always helping, affectionate, most accommodative.
That was Christiane. We miss her.
Hearty condolences to Vikram, Anand and family.

————————————————————-

Au Lacito, dans son bureau, 24 novembre 2007 (photo F. Jacquesson)

par Samia Naïm & Zlatka Guentcheva, amies et collègues du Lacito (2018/07/22)

Notre amie et collègue Christiane Pilot-Raichoor est décédée le 16 juillet 2018, après une longue maladie. Elle nous manque déjà.

Née en 1951, Christiane a fait des études de lettres classiques avant de se consacrer à l’étude des langues dravidiennes, en particulier au badaga et au kurumba. Elle a soutenu en 1991 sa thèse de doctorat intitulée “Le badaga, langue dravidienne (Inde) : description et analyse” (772 p.), sous la direction de Catherine Paris. La même année, 1991, elle est entrée au CNRS. Christiane a fait toute sa carrière au LACITO, dont elle a été la directrice adjointe de 2000 à 2009.

Au Lacito, dans son bureau, 24 novembre 2007 (photo F. Jacquesson)

La région des Nilgiris, au sud de l’Inde, a constitué son terrain de recherche privilégié. C’est une zone montagneuse et forestière où se côtoient de nombreuses communautés, aux coutumes et aux parlers distincts, qui ont vécu en quasi autarcie pendant des siècles. Christiane a découvert l’intérêt linguisque de la région en particulier dans les travaux de M.B. Emeneau (1944-1984). Les langues de Nilgiris manifestent en effet de remarquables archaïsmes, dont on ne trouve de trace que dans les états les plus anciens des langues dravidiennes ayant une tradition écrite (tamoul, kannada, télougou, malayalam). Ces langues avaient déjà été étudiées sur les plans lexicographiques et ethnologiques, mais il manquait des travaux dans le domaine de la morphologie et de la syntaxe.

Christiane a contribué de façon significative à la description et à la documentation de la langue et de la culture des Badaga des monts Nilgiris, sur lesquels elle a publié en 1992, avec l’ethnologue Paul Hockings, le Badaga-English Dictionary, un ouvrage considéré comme “One of the most extensive dictionnaries of any of the non-literary Dravidian Languages” (S. Steever, The Dravidian Languages, 1998). Parlé par environ 200 000 locuteurs, le badaga a servi durant une longue période de lingua franca entre les diverses communautés de Nilgiris. Christiane s’est ensuite intéressée à une population proche, mais posant des problèmes différents, celle des Kurumba, pour laquelle elle a dirigé un projet international.

Au colloque « Hommage à G. Lazard », à Duino, 4-7 juillet 2011 (photo F. Jacquesson ?)

La plupart des travaux de Christiane ont une visée typologique. Dans cette perspective, elle a mis en lumière un phénomène typologiquement très rare, attesté dans certaines langues dravidiennes : la base verbale vaut une forme négative, et c’est une élaboration secondaire qui donne la forme positive. Elle a montré de la sorte la nécessité d’une meilleure prise en compte, en typologie, des langues dravidiennes parlées à l’heure actuelle par près de 200 millions de locuteurs.

Christiane a participé à divers groupes de recherche sur l’Inde : Centre de recherche et d’études sur le sous-continent indien (INALCO), Équipe Inde moderne et médiéval : texte et contexte, (EPHE), Évolution des langues et reconstruction (Univ. Paris 7 et Paris 8), RIVALC / RIVALDI (GDR 0749 du CNRS). Ses travaux sont internationalement reconnus. Ils ont été récompensés par un prix de l’International School of Dravidian Linguistics.

Christiane a partagé sa vie entre la France et l’Inde. Malgré l’épreuve, elle est restée souriante, à l’écoute des autres. Nous avons perdu une formidable collègue, et une si bienveillante amie.

Bibliographie sélective

  • École d’Été, Roscoff, 11 juillet 2014 (photo J.-M. Roynard)

    Murugaiyan Appasamy, Christiane Pilot-Raichoor, Élisabeth Sethupathy. 2017. Expression des émotions en tamoul. Continuité culturelle et variation linguistique », in N. Tersis & P. Boyeldieu (eds.), Le Langage de l’émotion : variations linguistiques et culturelles, Leuven‑Paris-Dudley : Peeters, 601-630.

  • Naïm Samia & Christiane Pilot-Raichoor. 2016. The impact of geography and culture on the expression of spatial relations. Language Typology and Universals (STUF), 69(3), 375-409.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2016. Dravidian conceptual basis for the Badaga « tenses », in : Guentcheva Z. (ed). Aspectuality and Temporality: Descriptive and theoretical issues. Benjamins [Studies in Language Companion series 172], 131-170.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2012. Tamil-Brahmi inscriptions : A Critical Landmark in the History of the Dravidian Language, in A. Murugaiyan (ed.), New Dimensions in Tamil Epigraphy, Chennai : Cre-A Publishers, 285-315.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2011. Éléments pour une typologie des systèmes de temps-aspect-mode en dravidien. Faits de Langues 38 « Du persan à la typologie. L’apport de Gilbert Lazard : 301-312.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2011. Les langues dravidiennes,  in : Dictionnaire des langues / E. Bonvini, J. Busuttil & A. Peyraube (eds), Paris : Presse Universitaires de France, 1129-1140.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2010. Converbs and adverbial clauses in Badaga, a South-Dravidian language, in I. Bril (ed.), Clause Linking and Clause Hierarchy: Syntax and pragmatics, Amsterdam/ Philadelphia, Benjamins, p. 161-202.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2010. The Dravidian zero negative: diachronic context of its morphogenesis and conceptualisation,in Rara & Rarissima: Documenting the fringes of linguistic diversity / J. Wohlgemuth & M. Cysouw (eds). Berlin-New York : Mouton de Gruyter,  267-304.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2008. Morphological singularities of Present tense paradigms in Badaga, Indian Linguistics, 2008, 69 : 345 359.
  • Pilot-Raichoor Christiane. 2008. The Dravidian zero negative: a ‘myth’ or a challenging structural reality? International Journal of Dravidian Linguistics , 2008, 37 : 1-32.
  • Pilot-Raichoor Christiane & Paul Hockings. 1992. A Badaga-English Dictionary.  Berlin : Mouton de Gruyter, 1992, 865 p.

————————————————————-

Le train de ma vie (texte lu le 23 juillet 2018 au Père-Lachaise)

« À la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents.
Et on croit qu’ils voyageront toujours avec nous.
Pourtant, à une station, nos parents descendront du train, nous laissant seuls continuer le voyage…
Au fur et à mesure que le temps passe, d’autres personnes montent dans le train.
Et elles seront importantes : notre fratrie, nos amis, nos enfants, même l’amour de notre vie.
Beaucoup démissionneront (même éventuellement l’amour de notre vie), et laisseront un vide plus ou moins grand.
D’autres seront si discrets qu’on ne réalisera pas qu’ils ont quitté leurs sièges.
Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d’attentes, de bonjours, d’aurevoirs et d’adieux.
Le succès est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers pourvu qu’on donne le meilleur de nous-mêmes.
On ne sait pas à quelle station nous descendrons, donc vivons heureux, aimons et pardonnons.
Il est important de le faire car lorsque nous descendrons du train, nous ne devrons laisser que de beaux souvenirs à ceux qui continueront leur voyage.
Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique.
Aussi, merci d’être un des passagers de mon train.
Et si je dois descendre à la prochaine station, je suis content d’avoir fait un bout de chemin avec vous.
Je veux dire à chaque personne qui lira ce texte que je vous remercie d’être dans ma vie et de voyager dans mon train. »

(Jean d’Ormesson)


3 réflexions au sujet de « Christiane Pilot-Raichoor (1951-2018) – Hommages/Tributes »

  1. Paul Hockings

    J’ai connu Christiane depuis ses études doctorales, et j’ai resté plusieurs fois chez elle et sa famille à Fotainebleu. Nous avons travaillé ensemble sur le dictionnaire badaga, dont une nouvelle version est presque prêt. Il sera impossible de remplacer jamais une telle collègue et amie. Elle était toujours intelligente et joviale, très chaleureuse toujours.

    Répondre
    1. Bellie Jayaprakash

      Along with Prof.Paul Hockings, Christiane Raichoor has done extensive research on Badaga, both the people and language. As a Badaga myself, I consider her view that Badaga is an independent language, has added enormous weight to that view. The Bdaaga Dictionary that she co-authored with Paul Hockings is truly a treasure trove.

      Badagas have lost a great friend and guide. May her soul RIP.

      Wing Commander Bellie Jayaprakash http://www.badaga.co ( a site that has more than 590,000 hits)

      Répondre
  2. François Jacquesson

    Ceux-là seuls qui dans la paix des soirs indiens ont vu voltiger dans leur chambre des oiseaux familiers et sauter à leurs pieds les grenouilles confiantes, tandis que s’évoquait en eux le souvenir des temps disparus, savent tout ce que la transmigration porte en elle de tendresse et de douceur.
    Sylvain Lévi, ‘La transmigration des âmes dans les croyances hindoues’, in fine.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.