Une séance de travail sur la langue na du Yunnan

Mme Latami Dashilame (présentée ici) n’avait jamais participé à une enquête linguistique avant de commencer à m’enseigner sa langue, le na de Yongning. La familiarité venant, elle a bien volontiers accepté de se prêter au jeu d’enquêtes phonologiques, et d’études phonétiques recourant à des techniques un peu impressionnantes (mais d’une entière innocuité) comme l’électroglottographie, qui permet de mesurer la surface d’accolement des plis vocaux pendant la parole et ainsi d’étudier en détail tons et types phonatoires.

Pose du collier de l’électroglottographe


Pose du collier de l’électroglottographe
— (Photo Qin Qing 秦晴, 2012)

Le costume traditionnel na, qu’elle avait exceptionnellement revêtu ce jour-là pour la visite d’un journaliste curieux de nous voir au travail, comporte une coiffe élaborée incompatible avec le port d’un micro serre-tête. En revanche il se conjugue sans difficulté avec le collier de l’électroglottographe.

Pour étudier les “petites langues” là où elles sont parlées, on a besoin de divers savoir-faire: techniques d’enquête linguistique, mais aussi le rudiment des techniques d’enregistrement audio, et si possible quelques connaissances en botanique, en médecine… en plus d’une certaine expérience du dépaysement culturel, bien sûr. Côté technique, un enregistrement que l’on va passer des semaines et des mois à transcrire et étudier, et qui restera comme l’une des seules traces d’une langue, mérite bien quelques précautions pour qu’il soit bien audible. En particulier il est préférable d’enregistrer dans un local où il y ait le moins de réverbérations possibles. Provisoirement installé à Lijiang, j’ai pu capitonner sommairement mon lieu de travail; le résultat est acoustiquement convenable, même si visuellement ce n’est pas de la plus grande élégance! Les cartons empilés dans un coin contribuent à recouvrir les surfaces trop dures et lisses (murs en ciment, parquet…)

Comment éviter d’avoir trop de réverbérations

Comment éviter d’avoir trop de réverbérations

Pour en savoir plus : un site au sujet de l’électroglottographie (en anglais); pour les utilisateurs avancés de MatLab, les scripts sont également hébergés dans GitHub. Accès à des enregistrements transcrits en langue na: cliquer ici.



Citer ce billet
Alexis Michaud (2016, 12 février). Une séance de travail sur la langue na du Yunnan. LES CARNETS DU LACITO. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qpa4

Alexis Michaud

I'm a linguist, focusing on un(der-)documented languages, in particular Na (Mosuo), a Tibeto-Burman language.

More Posts - Website

Alexis Michaud

I'm a linguist, focusing on un(der-)documented languages, in particular Na (Mosuo), a Tibeto-Burman language.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 09/04/2016

    […] Le linguiste de terrain a une responsabilité assez écrasante lorsqu’il est le seul à étudier une langue négligée. S’il commet une erreur dans sa description (ce qui est très facile si l’on ne fait pas attention — j’en ai commis moi-même ma part, lorsque je relis mes premiers travaux sur le japhug) et qu’elle n’est pas corrigée par la suite, on risque de n’avoir pour toute documentation de cette langue qu’une image fautive, qui induira en erreur en boule de neige les typologues et les comparatistes qui voudront se servir de ces données. C’est la raison pour laquelle il est crucial d’effectuer le plus d’enregistrements possible, afin que d’autres chercheurs puissent revérifier les transcriptions, et il est préférable d’apprendre les bonnes pratiques qu’expose Alexis Michaud dans ce billet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search