Langues tonales et climats tropicaux: une importante découverte ?

Début décembre 2015, une journaliste scientifique de Radio France m’a contacté afin de solliciter mon avis – en tant que linguiste, et directeur d’un laboratoire de linguistique – au sujet d’un récent article paru dans la prestigieuse revue scientifique américaine PNAS. Tonal languages Si je devais confirmer son importance, alors l’hypothèse développée dans cet article devenait digne d’être promue au rang enviable de découverte scientifique, suffisamment originale pour intéresser “le grand public”. On parlerait enfin de linguistique à la radio ! – ce qui en soi serait une bonne nouvelle. Hélas, les réserves que j’ai dû émettre sur cet article auront sans doute pour effet que le débat ne sera même pas évoqué sur les ondes. Dommage.

De quoi s’agit-il ? La publication en question, que l’on peut lire en ligne, est la suivante:

Everett, Caleb, Damián E. Blasi, and Seán G. Roberts. Climate, vocal folds, and tonal languages: Connecting the physiological and geographic dotsProceedings of the National Academy of Sciences 112.5 (2015): 1322-1327.

En quelques mots: l’émergence de langues tonales serait favorisée dans les climats tropicaux, qui combinent chaleur et humidité. Pourquoi ? Parce que les cordes vocales (“vocal folds”) seraient mieux à même, dans ces conditions climatiques, de vibrer avec précision – au contraire des climats froids (type nordique) ou arides (type désert), où les cordes vocales se trouvent trop desséchées pour produire des tons qui se respectent.

Tout un programme, qui nous rappelle le regretté Aristote et sa théorie des climats. On comprend qu’une telle publication soit séduisante pour les « passeurs de sciences »:  car elle propose des liens entre des phénomènes linguistiques et des paramètres non linguistiques: le climat, la température, la géographie…

Les linguistes sont très sceptiques face à de telles théories.  Nous sommes d’ailleurs habitués à voir surgir çà et , deux ou trois fois par an, des théories souvent plus farfelues les unes que les autres.  Elles ont souvent bonne presse, parce que l’on estime (à tort, je pense) que le grand public ne s’intéressera pas vraiment à la vraie linguistique, celle qui parle des langues elles-mêmes et des phénomènes linguistiques liés à la communication.  Or les linguistes travaillent sur les langues et sur leurs structures, les idées qu’elles véhiculent, les catégories mentales qu’elles créent…   Il est parfois décevant de voir que les seules histoires qui atteignent le grand public soient précisément celles qui n’intéressent pas les linguistes eux-mêmes, parce qu’elles parlent de tout sauf de linguistique. Par exemple, du climat, de l’altitude, de l’agriculture…

Bon donc, nous avons ici (sur PNAS) trois chercheurs qui enfourchent le cheval un peu fatigué des (pseudo) corrélations entre langues et environnement.  Leur outil est à la mode en science:  les statistiques. Comme chacun sait, les statistiques, les chiffres, sont très pratiques pour donner l’illusion de l’exactitude.  Le problème c’est qu’on les met à toutes les sauces pour prouver tout et son contraire.  Elles peuvent tout autant détecter de véritables corrélations que des corrélations purement accidentelles, en anglais spurious correlations.

Je conseille un site hilarant, et très instructif, http://tylervigen.com/spurious-correlations.
On y liste quelques exemples de corrélations accidentelles, mais en apparence « statistiquement significatives », comme celle qui semble lier la consommation annuelle de fromage aux USA avec… le nombre de personnes mortes asphyxiées par leurs draps de lit.


Tonal languages

En réalité, « corrélation » (apparente) n’implique pas causalité.

Revenons-en à cet article sur les tons.

Il prétend voir une corrélation entre climat et présence de tons…  Apparemment les auteurs croient vraiment à leur canular.  Comment dire…

Il faut déjà savoir qu’il existe une corrélation très forte, réelle celle-là, entre densité linguistique et latitude (cf. par exemple Nettle 1998): comme on le voit sur cette carte par exemple, ou celle ci-dessous, la grande majorité des langues du monde est parlée entre les tropiques, qui sont donc une zone de très forte densité linguistique (Amazonie, Afrique tropicale, Asie du Sud, Nouvelle-Guinée, Australie…)

Distribution of world languages

C’est d’ailleurs lié indirectement au climat et à la fertilité des sols, mais ceci est une autre histoire…

Corollaire:  On pourra souvent affirmer une phrase du genre « On trouve plus de langues de type X dans les zones tropicales que dans les zones arides« :  mais bien évidemment!  Tout simplement, déjà, parce que l’on a une disproportion énorme dès le départ, en faveur des zones tropicales.  C’est dans les zones tropicales (et donc chaudes et humides) que l’on trouvera le plus de langues à tons, mais c’est aussi dans les zones tropicales que l’on trouvera le plus de langues avec des consonnes aspirées, ou le plus de langues avec des adjectifs qui précèdent le nom, ou le plus de verbes à double objet, etc. etc.  Une phrase de ce genre a quasiment la garantie d’être vérifiée.

Regardons cette carte du magnifique site WALS “World Atlas of Language Structures”;  elle montre la distribution des langues à tons dans le monde.

On peut obtenir une carte équivalente, réalisée par mon excellent collègue australien Mark Donohue (ANU), sur sa base de données phonologique des langues du monde (World Phonotactics Database).  [Comme on peut y produire des cartes interactives mais pas générer de lien dynamique, j’en ai fait des copies d’écran, ci-dessous.]

C’est sur cette carte que se base d’ailleurs la Figure de l’article PNAS en question. Or que voit-on?

  • OUI, on trouve beaucoup de langues tonales dans les zones tropicales (rouges ci-dessous), mais je viens d’expliquer pourquoi:  parce que c’est dans cette zone que l’on trouve le plus de langues de toute manière.

Tonal languages

  • MAIS (pour la même raison) c’est aussi dans ces mêmes zones tropicales que l’on trouve le plus grand nombre de langues non-tonales !  Tonal languagesPenchons-nous donc sur l’Amérique du Sud, ou sur l’Indonésie, ou sur la région la plus linguistiquement riche au monde, l’île de Nouvelle-Guinée (dont la moitié orientale est l’état de Papouasie Nouvelle-Guinée). On y voit bien un nombre particulièrement imposant de langues non-tonales (en vert).

Tonal languages in New Guinea

À l’inverse, on trouve des langues tonales en Scandinavie — pas le meilleur exemple de pays tropical.

Tonal languages

On pourrait ajouter bien des objections à une telle publication. D’autres avis ont été émis sur les forums de linguistes, pour déplorer les calembredaines que l’on se permet parfois de publier pour attirer le chaland. Par exemple, on pourrait souligner que les langues tonales ne l’ont pas toujours été, comme l’ont montré André-Georges Haudricourt (ex. Haudricourt 1954 sur l’origine des tons en vietnamien) et de ses successeurs: dans de nombreux cas, la linguistique diachronique permet de montrer que les tons sont apparus historiquement dans une langue qui au départ n’en avait pas, selon des processus phonétiques connus sous le nom de tonogénèse (en anglais, tonogenesis). Or cette apparition des tons n’est pas particulièrement corrélée à des migrations de populations (vers des zones tropicales, par exemple), mais à des processus d’influence culturelle et historique exercées par certaines langues elles-mêmes devenues tonales. Voir ce que dit Haudricourt à la fin de son article:

“Il est probable qu’au début de notre ère, ni l’ancêtre du thai, ni le chinois archaïque, ni le miao-yao commun n’avait de tons. L’apparition des tons engendrés par les modifications des consonnes finales et initiales a dû se produire parallèlement dans les quatre langues, sous l’influence culturelle du chinois, influence dont nous avons le témoignage par les emprunts.”
(Haudricourt 1954: 82; c’est moi qui souligne)

Le recours à la géographie ou au changement climatique pour expliquer les langues tonales, si séduisant soit-il, n’est donc pas scientifiquement nécessaire.

En suggérant une corrélation entre climat et apparition des langues à tons, cet article de PNAS ne réussit à démontrer qu’une spurious correlation — en dépit de l’apparente rigueur des graphiques et des chiffres.  Ou en bon français: c’est du grand n’importe quoi. Dans l’air du temps, certes; mais du n’importe quoi quand même.

 


Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis l'été 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Langues tonales et climats tropicaux: une importante découverte ? »

  1. Alexis Michaud

    Oui, cet article de PNAS a fait couler beaucoup d’encre virtuelle dans les cercles de linguistes. Quelques collègues grincheux nous disent que les langues ancêtres du chinois, du vietnamien… n’avaient pas de tons il y a deux millénaires. Le développement des tons serait lié à la structure syllabique. Les langues sino-tibétaines, tai-kadai, hmong-mien et austroasiatiques partageraient des similarités dans leur structure syllabique: l’état le plus ancien qui puisse être reconstruit serait celui de disyllabes érodés, comportant une syllabe pleine et une syllabe réduite. Ces langues auraient connu un phénomène de monosyllabisation graduelle, au cours duquel seraient apparus des tons, dans diverses langues d’Asie orientale et d’Asie du sud-est, et dans les conditions météorologiques les plus diverses, du plateau tibétain aux deltas des fleuves. Les langues polysyllabiques (toungouse, turc, mongol…), elles, ne présentaient pas une structure syllabique les disposant au développement de tons, ce qui expliquerait qu’elles soient restées non tonales. Leur situation géographique dans des régions plus septentrionales serait un simple hasard. Dans cette vision désormais périmée, la corrélation actuelle entre climat et structures linguistiques ne tiendrait pas à une relation causale. Grâce au travail exposé dans les prestigieux Proceedings of the National Academy of Sciences, on sait désormais que l’hygrométrie synchronique remplace avantageusement la phonologie historique.
    Il reste quelques détails à régler dans la théorie, par exemple pourquoi la tonogenèse commence tout juste à atteindre le khmer (influence d’une saison sèche peu propice à la délicate croissance des tons?), ou pourquoi des phénomènes de type tonal se trouvent en Europe: suédois, norvégien, néerlandais de Limburg…: effet d’un usage répandu de la bouilloire, dans la sphère privée et jusque dans les bureaux, qui modifie l’hygrométrie précisément dans les circonstances où la pratique linguistique est la plus intense? Les spécialistes examinent ces questions, et les résultats de la glotto-hygrométrie statistique expliqueront bientôt ce petit résidu. Quant aux tons des langues athabasques (Alaska), qu’on ne s’y trompe pas: ils s’expliquent aisément par une migration depuis l’Annam (actuel Vietnam), comme l’exposait déjà le colonel Henri Frey dans un ouvrage précurseur :
    Frey, Henri. 1892. L’annamite, mère des langues; communauté d’origine des races celtiques, sémitiques, soudanaises et de l’Indo-Chine; ouvrage contenant 3 cartes. Paris: Hachette.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *