Les langues minoritaires et la cognition spatiale

Aujourd’hui on compte avec une grande diversité linguistique. Dans le monde, il y a environ 7000 langues. Préserver cette diversité est actuellement un enjeu majeur pour les sciences du langage car si rien n’est fait, la moitié disparaitra avant la fin du XXIe siècle.

J’ai choisi d’étudier l’une de ces langues en danger, le ngigua, car les ngiguaphones (environ 500) ont une façon particulière de parler et de penser les relations dans l’espace.

Disons que notre cerveau a plusieurs chemins pour assimiler ce qui nous entoure. Alors, quand le lexique ou la grammaire de notre langue nous poussent à emprunter un chemin plutôt qu’un autre, ce chemin sera plus développé et plus rapide, donc le cerveau préfèrera emprunter ce chemin. Nos habitudes linguistiques vont guider nos processus cognitifs comme la perception ou la mémorisation. 

Alors, pour parler de l’espace, les francophones et les hispanophones, par exemple, préfèrent le chemin du système égocentrique. On va dire : « passe-moi le livre qui est à (ma) droite ». Dans ce cas-là, cognitivement, nous serons habitués à concevoir l’espace à partir d’une projection de notre propre corps. Le monde sera divisé entre droite, gauche, devant, arrière.

Mais il y a des langues comme le ngigua qui vont coder cette information par la voie du système géocentrique : en ngigua on va dire : « passe-moi le livre qui est vers la montagne ». Les ngiguas sont habitués cognitivement à s’orienter grâce à des repères fixes dans l’environnement, et ils vont concevoir les choses comme étant vers le lever ou le coucher du soleil, vers la montagne ou vers la plaine.

 

Aujourd’hui, toutes les personnes qui parlent le ngigua parlent aussi l’espagnol. La question était alors de comprendre comment ces systèmes d’orientation opposés interagissent dans la parole et dans la cognition des personnes bilingues.

J’ai commencé ma thèse par 12 heures de vol vers Mexico, 8 heures en bus et 2 heures d’auto stop. Je suis enfin arrivée à un village caché au milieu des montagnes : San Pedro Buenavista.

Pendant 5 mois j’ai rendu visite aux locuteurs chez eux. Je commençais par installer l’équipement pour filmer, nous avions un entretien et nous faisions deux expériences. D’abord, je leur demandais de mémoriser un arrangement de figurines de petits animaux et le reproduire à l’identique quelques mètres plus loin ; comme ça je pouvais étudier leur manière de mémoriser les relations dans l’espace pour de petits objets. Après, je leur demandais de me décrire comment se situaient plusieurs bâtiments de leur ville et des villes voisines. Comme ça j’obtenais des réponses verbales en espagnol et en ngigua et, en étudiant leur langue et leur gestuelle, je pouvais comprendre comment on parle et comment on pense les relations dans un espace plus étendu.

De retour en France, j’ai transcrit, traduit, et codé les réponses pour voir quand le système géocentrique ou égocentrique étaient utilisés au niveau mémoire et en parole, pour chacune des langues.

L’analyse statistique de ces données a montré que les ngiguas ont recours au point de vue géocentrique en priorité indépendamment de la langue qu’ils parlent. Cette manière “traditionnelle” de penser et de parler du monde n’a donc pas été perdue ! Toutefois, les derniers ngiguas peuvent aussi passer au système égocentrique si besoin. L’espagnol a donc ajouté des nouvelles habitudes linguistiques, et celles-ci ont poussé les locuteurs à explorer de nouveaux chemins de perception et mémorisation de l’espace.

En conclusion, étudier les langues en voie de disparition nous permet de comprendre la cognition de tous les humains. Notre cerveau possède des nombreuses possibilités qu’on ne pourra pas découvrir et exploiter tant qu’on n’aura pas écouté tout ce que chacune de ces 7000 langues peut nous dire sur la nature humaine.

Calderón, E., De Pascale, S., & Adamou, E. (2019). How to speak “geocentric” in an “egocentric” language: A multimodal study among Ngigua-Spanish bilinguals and Spanish monolinguals in a rural community of Mexico. Language Sciences, 74, 24–46. Disponible sur : https://authors.elsevier.com/a/1Yu-81OE9HEMMU


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.