Luc Bouquiaux (1934-2019) – Hommages / Tributes

Luc Bouquiaux en 2016

Lundi 29 juillet 2019 disparaissait Luc Bouquiaux, notre collègue et ami.
Nous avons souhaité lui rendre hommage à travers différents témoignages familiaux ou amicaux, et des photographies, permettant de retracer le parcours hors norme de ce linguiste musicien.
Sa page personnelle (ici) et ses publications (ici).

Texte rédigé par Aména MOINFAR, somme des témoignages de la famille et des proches, avec la collaboration de Jacqueline. Ce texte a été lu par Valentin Venot, lors des obsèques, en l’église de saint-Martin-au-Bosc, le 1er août 2019  :
“C’est une tâche bien ardue mais fascinante que de résumer la vie d’une personnalité aussi riche et flamboyante que celle de Luc Bouquiaux.
Né en 1934 en Belgique à Liberchies, le jeune Belge s’évade rapidement de son instruction chez les Jésuites pour devenir un humaniste gourmand, charmant et charmeur avec, comme ses chats qu’il aimait tant, des vies multiples et facétieuses. Deux femmes compteront énormément pour lui. Odette Simon, en Belgique, avec qui il aura Laurence et Olivier ; et Jacqueline Thomas, en France, avec qui il aura Claire-Isabelle.

À Mongoumba ,1971. Informateurs monzombo, Camille et Joseph

1970-1971, Centrafrique

Luc collectionne la maîtrise appliquée et phénoménale des langues aussi bien anciennes que modernes ; les voyages scientifiques en Afrique ; les publications ; et bien sûr les chats.
Sa carrière remarquable se reflète dans nombreux postes qu’il occupera : il sera directeur de recherches au CNRS, chargé de cours à Paris III, chargé de conférences à l’EHESS. Il sera co-fondateur du LACITO (laboratoire de langues et civilisations à tradition orale) et de la SELAF (Société d’études linguistiques et anthropologiques de France). Il sera président honoraire de la Société de linguistique de Paris et de la Société internationale de linguistique fonctionnelle. Il deviendra membre de la Société des gens de lettres et de l’Association des écrivains de langue française ; il deviendra également chevalier de l’Ordre du mérite centrafricain et obtiendra la médaille Onésime Reclus de la Francophonie. 
Ce florilège de titres et de postes, cette carrière inégalable s’accompagnaient toujours d’un sens de l’humour aiguisé et de taquineries parfois seulement compréhensibles de la part de Luc uniquement. Sa générosité intellectuelle allait de pair avec sa sympathie envers ses neveux de cœur, Laurent et Corinne qu’il avait initié non seulement à ses passions africaines, mais également à ses jeux de mots, surtout en latin.

Saint-Martin, 1990 (?) (photo A. Epelboin)

L’amour du savoir englobait celui de la musique où Luc s’affirmait en grand pianiste et organiste. Il était également un gourmet de la cuisine française tout en gardant une prédilection pour les pommes de terre plus que pour la baguette, comme accompagnement. Il aimait ses enfants, ses sept petits-enfants : Morgane, Solène, Justine, Elsa, Noé, Marin et Olivia. Il a su s’entourer de bienveillance et d’affection chaleureuse aussi bien féline, canine qu’humaine, en Seine-Maritime, avec Karine, Simone et Jaja, et d’amis fidèles trop nombreux pour les nommer présentement. Je terminerai ici par l’affection de sa Baba pour Luc qu’elle accompagne affectueusement et câlinement en esprit et surtout en cœur.”

Anniversaire de Luc à Saint-Martin (18 juin 2011 ; photo A. Epelboin)

Prithwindra Mukherjee, collègue ethnomusicologue (1er août 2019)
“Nouvelle plus triste, je ne peux pas concevoir.
On ne se voyait pas à intervalles réguliers ; il était – cependant – présent, accessible avec de bons conseils.
Il avait l’âge de mon frère aîné. Par disponibilité, ils se ressemblaient.
Je me suis toujours demandé : “Est-il plus linguiste, ou musicien !”
En toute admiration, je le salue.
En toute simplicité, je l’embrasse.”
Prithwindra Mukherjee


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.