Gladys Guarisma (1938-2022) – Hommages

Samedi 12 février 2022 disparaissait Gladys Guarisma, notre collègue et amie (née le 30 août 1938). Nos pensées vont à sa famille, ses amis, ses collègues.

Nous souhaitons lui rendre hommage à travers des témoignages, accueillis sur cette page.
(Sa page personnelle sur le site du laboratoire est ici.)

Message de Paulette Roulon-Doko et Jeanne Zerner, LLACAN – Langage, Langues et Civilisations d’Afrique :

« Gladys Guarisma-Popineau, originaire du Vénézuela, est née à Ciudad Bolivar, au Venezuela. Entrée au CNRS en 1965, elle fut une des premières à être recrutée par Jacqueline M.C. Thomas pour participer à l’Équipe de recherche qu’elle dirigeait, et qui deviendra le LACITO. Elle sont restées proches au fil des années. Gladys était une personne discrète, qui s’est toujours sentie très bien sur le terrain. Spécialiste reconnue des langues bantoïdes du Cameroun, elle a tout d’abord étudié le bafia, une langue bantoïde du Cameroun (A 53) dont elle a publié la phonologie en 1967, les classes d’accord en 1969, puis en 1973 le syntagme nominal (thèse de 3ème cycle Le nom en Bafia, à l’Université Paris V), et une description complète de la langue, sujet d’une (thèse d’État soutenue en 1992 : Le bafia (rì-kpāɂ)). Elle a également étudié une autre langue bantoïde, le vouté (vute), au sujet de laquelle elle a publié une étude en 1978. Elle a également travaillé sur la médecine traditionnelle (collaboration avec Rosmarie Leiderer, 1982) et la tradition orale (ouvrage à paraître). Elle a participé à l’élaboration du Questionnaire grammatical d’enquête (1971) et au Questionnaire d’inventaire linguistique QIL du Cameroun (Yaoundé, 1974).

Après son départ en retraite, elle a poursuivi son activité scientifique pendant de nombreuses années. Elle est encore l’auteur d’un recueil de contes qui doit paraître prochainement aux Presses de l’Inalco. »

 

Message de Henry Tourneux, Directeur de recherche émérite, LLACAN :

« Le Professeur Charles Binam Bikoi, secrétaire exécutif du Centre international de recherche et de documentation sur les traditions et les langues africaines (CERDOTOLA), Yaoundé, très touché par le décès de Gladys Guarisma, une éminente linguiste qui a consacré sa vie à l’étude de langues camerounaises, me demande de vous transmettre ses plus vives condoléances, à vous ainsi qu’à sa famille.

Je suis moi-même très touché par ce décès, pour avoir côtoyé Gladys pendant des années. »

 

Message de Marie-Françoise Rombi :

« En 1997, Serge Bahuchet, dans le cadre du programme APFT (Avenir des Peuples des Forêts Tropicales), nous avait envoyées, Gladys et moi, au Cameroun pour aider des étudiants. Je garde un merveilleux souvenir de ces moments de travail avec elle, toujours avec le sourire. »

 

Message de Nicole Tersis, SEDYL-CNRS :

« J’apprends avec une très grande tristesse que Gladys Guarisma nous a quittés.

Je garde le souvenir de son amitié fidèle et chaleureuse et de sa bienveillance, tout au long de ces nombreuses années où nous nous sommes connues, depuis le début de nos recherches.

Lors de nos discussions de travail, j’ai toujours apprécié son exigence et sa rigueur liées à sa grande compétence dans l’analyse des langues du Cameroun. »

 

Gladys et l’origine du Lacito : texte collectif de Véronique de Colombel, Micheline Lebarbier, Samia Naïm, Christiane Paulian et Nicole Tersis

« Gladys Guarisma avait quitté son pays, le Vénézuela, pour la France. C’était une femme déterminée et passionnée par son travail, plus préoccupée par son apport aux autres que par sa propre réputation.

Les origines du Lacito sont importantes à rappeler, d’après France Cloarec, étant donné l’influence que Gladys Guarisma y a exercée. D’après l’ancien rapport de la Recherche Coopérative sur Programme “Plateaux d’Afrique centrale” (RCP 121), il s’agissait d’une Recherche Coopérative sur Programme pluridisciplinaire, orientation à laquelle Gladys a été fidèle. En 1968 les ethnologues et sociologues ont souhaité créer une autre formation, les linguistes de la RCP (Jacqueline Thomas, Luc Bouquiaux, Claude Hagège, Gladys Guarisma et moi). Ce fut l’Equipe de Recherche 74. 
Il ressort de là que Gladys est entrée au CNRS en tant qu’attachée de recherche en octobre 1966. Elle a été intégrée à la RCP dès le début, c’est là que je (France) l’ai rencontrée au printemps de 1966.
Elle a effectué au début de sa carrière plusieurs missions en pays bafia
• 5 mois juin-octobre 1967 
• 4 mois avril-août 1968 (partie enceinte de son premier fils Etienne né le 5 septembre suivant).
Ensuite,elle est repartie assez vite, sans doute en 1970 pour plusieurs mois (encore enceinte, de Guillaume, cette fois.) Partir dans son état, seule et si loin, dans les conditions précaires de l’époque, cela paraissait bien intrépide.

L’ER 74 a vécu jusqu’à sa transition en Groupe de recherche (GR32) puis en Laboratoire Propre (c’est-à-dire non mixte CNRS-Université). Créé au 1er janvier 1976, il prit le nom de LACITO “Langues et Civilisations à Tradition Orale” et fut “logé” dans 2 pièces des locaux du CNRS rue Paul Bert à Ivry, puis rue de l’Amiral Mouchez en 1985 à Paris 14ème.

Gladys a toujours suivi le groupe initial. Je (France) sais qu’elle a poursuivi ses missions sur le bafia et le vute. Sa première publication sur la phonologie du bafia fut aussi la toute première publication de la Société d’études linguistiques et anthropologiques de France (SELAF) : Bibliothèque de la SELAF n°1. Elle a beaucoup apporté à la connaissance du phénomène des failles tonales, la classification des langues bantoues au Cameroun et la dialectométrie. Elle a collaboré entre autres avec Jan Voorhoeve (Université de Leiden) décédé chez elle au cours d’une de ses missions de collaboration, avec Larry Hyman (Université de Berkley), Wilhelm Möhlig (Université de Marburg).

Gladys a fait partie de toutes les structures de recherche que J.M.C. Thomas a successivement créées et développées au C.N.R.S. jusqu’à la naissance du Lacito dont elle est restée membre jusqu’à sa retraite ; elle y a collaboré activement à toutes les multiples entreprises éditoriales et manifestations scientifiques collectives.
Elle y a dirigé pendant de nombreuses années le « groupe bantu » dont Jan Voorhoeve, professeur à l’université de Leiden, avait d’abord assumé la responsabilité et avec lequel les relations sont restées actives et fructueuses jusqu’à sa mort prématurée en 1983. Elle a aussi largement contribué à maintenir les échanges avec Larry M. Hyman à Berkeley.

Tout au long de sa carrière, elle est restée fidèle au soutien de Jacqueline Thomas pour sa formation à la Sorbonne et ses débuts de chercheur. Elle a mis en pratique dans sa thèse son approche linguistique, comme elle a mis en pratique la pluridisciplinarité tant souhaitée en collaborant aux travaux et éditions des groupes ethnolinguistiques (sous la responsabilité de Elisabeth Motte Florac, Samia Naïm, Nicole Tersis, Micheline Lebarbier et Véronique de Colombel) : « Les insectes dans la tradition orale », « La rencontre du temps et de l’espace », « Lexique et Motivation », « Etapes de la vie et Tradition orale (Conceptions universelles et expressions particulières) », « Les ruses de la parole, Dire et sous-entendre », et « Lexique et Diachronie ».

Elle a su y traiter des sujets qui lui tenaient à cœur : « Insectes bienfaiteurs, protecteurs, nuisibles et médicinaux chez les Bafia », « À propos de l’espace et du temps en Bafia », « Humain, Masculin et Féminin en Bafia », « L’origine de la Mort chez les Bafia » , « Comment le dire autrement ? Une première approche des proverbes bafia », et « Langue à forte morphologie et dictionnaire : le Bafia ». Et cela, à l’abord de sa retraite, en très bonne entente avec des collègues, retraités peu après elle, mais intégrés au Lacito dix-huit ans après elle !

Tous les collègues de Gladys l’aimaient et l’appréciaient, en France comme à l’étranger ; elle était chaleureuse, présente aux autres, mais discrète, toujours d’humeur égale, sereine et courageuse face aux drames de la vie. C’était un « vrai » chercheur…
Certains savent plus encore. Elle a aussi été fidèle à sa curiosité de jeunesse, vouloir comprendre les Indiens du pays de son enfance, qu’elle a découverts à travers les rencontres humaines de sa vie et plus particulièrement de ses missions de terrain où il lui est apparu qu’elle se rapprochait de ce qu’elle cherchait avec toute son exigence (bien loin d’une complaisance). C’est aussi avec le Bouddhisme qu’elle aurait perçu une réponse à sa quête.
Est-il utile de rappeler un poème qu’une vieille femme passionnée de sculpture a offert pour illustrer les trois âges de la vie : La jeunesse solaire, Diffuse son énergie, La maternité rayonnante, Transmet la vie, La vieillesse accomplie, Offre sa sagesse, En s’appuyant, Sur ses descendants… de D. Menard. Gladys l’a apprécié particulièrement. »

Merci à Micheline Lebarbier, Maïté Vienne, Paulette Roulon-Doko, Jeanne Zerner, Anne Armand, Véronique de Colombel… pour les premières informations. Les témoignages sont à adresser à LACITO.direction@cnrs.fr

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website


4 réflexions sur « Gladys Guarisma (1938-2022) – Hommages »

  1. Maria Francisca Palermo

    De vuelta a tu hogar en paz y serena, como eras, mi querida prima y madrina Finita (Gladys Guarisma Palermo 1938-2022) como la familia solía llamarte cariñosamente. Compartimos cuando Yo era apenas una niña y te veía como a esa prima mayor a quien admiraba y quería. Paso mucho tiempo en que nuestra comunicación fue por cartas y fotos. La vida se encargó de cumplir uno de mis deseos; compartir contigo cerquita en persona. La ocasión se presentó espontáneamente cuando fui asignada a Paris por cuestiones de trabajo y allí conocí de verdad a mi prima en su esencia, una mujer cariñosa, serena, profundamente reflexiva y quien tenia en su corazón siempre presente ese ser venezolano, esa melancolía de su música, la comida. En paseos y reuniones familiares, compartí así mismo con Guillermo y Esteban sus hijos lo cual hizo que en estos meses lejos de mi familia sintiera esa compañía y cariño de familia, de reencuentro, de conversaciones profundas, de su identidad con la filosofía Budista, con esa persona a quien siempre quise conocer. Para mi fue un hermoso regalo que recibí en de la vida. Es un hasta luego prima seguro que estas acompañada de todos a quienes amaste en este plano.

    Répondre
  2. Yves Moñino

    Voilà, Gladys que je croyais immortelle est morte. Toutes mes condoléances à ses fils, je partage leur peine. Comme ses amis et collègues ont évoqué avec précision et pertinence son activité scientifique, je vais m’en tenir à nos liens d’amitié depuis 1968, quand je l’ai connue en 1967 dans l’équipe de Jacqueline Thomas. Amitié faite de complicité hispanique et de bienveillance joyeuse qui allait de pair avec une franchise dont je lui sais gré : étant fort conservatrice en politique (ah, nos discussions enflammées sur Chávez) et traditionaliste en matière sociétale, elle me reprochait gentiment mon deuxième divorce et mon remariage avec Carolina que j’avais connue en Colombie. En Colombie, où Gladys a donné comme moi des cours de linguistique de terrain dans le cadre du Posgrado en ethnolinguistique de l’Université des Andes de Bogotá, en 1993 et 1994. Elle avait été très heureuse de cette expérience, qui lui avait permis de renouer, après tant d’années, avec son Amérique Latine. Gladys, tu étais une vraie vénézuélienne, aimant les relations sociales chaleureuses, gaie et forte devant l’adversité, comme lors de la mort de ton adorable mari dessinateur de BD à France-Soir, aussi réac que toi et que j’aimais aussi beaucoup. Je ne sais même pas si tu croyais en un dieu (ni toi ni moi n’avions de goût pour la métaphysique) mais si oui, alors je te souhaite une heureuse éternité au paradis et quoi qu’il en soit te garde dans mon cœur.

    Répondre
    1. veronique de Colombel

      Yves, merci à toi de cette très chaleureuse et riche évocation qui, je l’imagine, “fera beaucoup de bien” aux siens, à ceux qui l’ont accompagnée dans ses derniers moments et à nous tous. Véronique.

      Répondre
  3. France CLOAREC-HEISS

    J’apprends avec beaucoup de tristesse le décès de Gladys. J’ai fait sa connaissance en 1966 et depuis lors nous avons cheminé de concert en toute amitié. Gladys était une femme discrète, joyeuse et fidèle. Elle était par ailleurs une chercheuse exemplaire qui ne se dérobait pas devant les faits souvent déroutants que les langues parfois réservent au linguiste qui s’aventure dans une description globale. Fine analyste, elle a beaucoup apporté à la connaissance du phénomène des failles tonales, la classification des langues bantoues au Cameroun et la dialectométrie. Elle a collaboré entre autres avec Jan Voorhoeve (Université de Leiden) décédé chez elle au cours d’une de ses missions de collaboration, Larry Hyman (Université de Berkley), Wilhelm Möhlig (Université de Marburg).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.