Recherches tonales sur le tamang

En novembre 2015, Martine Mazaudon et moi-même nous sommes rendues au Népal, dans la vallée de Kathmandu et ses environs, pour effectuer des recherches linguistiques sur le tamang. Cette langue, de la famille tibéto-birmane, est parlée par 1 350 000 locuteurs (Ethnologue, 2011) au centre du Népal.

Les villages Taglung et Risiangku (fléchés sur la carte). Source : Martine Mazaudon (2012), « Paths to tone in the Tamang branch of Tibeto-Birman (Nepal) ».

Le Népal est un pays d’une grande diversité culturelle et linguistique, où se parlent 122 langues différentes (Ethnologue). Elles incluent de nombreuses langues indo-européennes, qui n’ont pas de tons – comme la langue nationale le népali – mais aussi des langues tibéto-birmanes – comme le newar, non-tonal, et le tamang, tonal.

Notre enquête de terrain a été en partie financée par l’opération PPC2 du Labex-EFL: “Approches évolutives de la phonologie: Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes (en diachronie et panchronie)”. Lors de cette enquête, nous avons recueilli:

  • des enregistrements audio-visuels de récits (extraits prochainement mis en ligne dans la Collection Pangloss), racontés par des locuteurs de différents dialectes du tamang, au sujet des tremblements de terre de 2015
  • des enregistrements audio et EGG (électroglottographiques, voir plus bas) de deux locuteurs de tamang du village de Risiangku et cinq locuteurs de tamang du village de Taglung (cf. la carte).

Une informatrice devant sa maison traditionnelle au village de Taglung

Au village de Taglung, une informatrice devant sa maison traditionnelle (photo: Martine Mazaudon)

Les tons en tamang

Ce sont précisément les aspects tonals du tamang qui nous intéressent. Car le tamang est une langue tonale, au même titre que le chinois, le thaï, le vietnamien – langues évoquées ici dans un billet récent. Comme dans la plupart de ces langues tonales d’Asie, les tons du tamang sont modulés (c’est-à-dire avec des contours), à la différence des tons de type « africain » qui sont ponctuels (c’est-à-dire avec des niveaux, par exemple haut, bas, moyen).

Cependant, le tamang présente une différence importante avec ses voisines d’Asie: alors qu’en chinois, thaï ou vietnamien, chaque ton est en général porté par une syllabe, en tamang les tons sont très souvent portés par des mots (tantôt monosyllabiques, tantôt polysyllabiques).

En outre, en chinois mandarin et en thaï, les tons sont caractérisés principalement par des variations de mélodie (ou F0, pitch). En tamang, les tons sont plus complexes : les variations de F0 existent également, mais elles interagissent aussi avec des variations de voisement, de qualités de voix (voix soufflée vs. voix modale), de durées de voyelles …

Il existe quatre tons étymologiques en tamang, mais les réalisations phonétiques de ces tons diffèrent d’un dialecte à l’autre, voire d’un locuteur à l’autre. Par exemple, les tons 3 et 4 sont originellement plus bas que les tons 1 et 2. En tamang de Risiangku, le ton 4 est plus bas que les tons 1 et 2, et peut être produit avec une voix soufflée (mais pas tout le temps). En revanche, en tamang de Taglung, ce ton 4 a évolué vers un ton plus haut que le ton 1. Dans les figures ci-dessous, les tons se distinguent sur la première syllabe du mot, ce qui correspond plus ou moins à la première moitié des contours tonals.

Tons en tamang de Risiangku

Tons en tamang de Risiangku

Tons en tamang de Taglung

Tons en tamang de Taglung

Cliquez pour écouter les exemples suivants :

Risiangku : ton 1 « kuuba » (porter un chapeau), ton 2 « kuuba » (dresser), ton 3 « koba » (comprendre), ton 4 « kooba » (chanter) ;
Taglung : ton 1 « kuuna » (en portant un chapeau), ton 2 « kuuna » (en dressant), ton 3 « kona » (en comprenant), ton 4 « koona » (en chantant).

Les signaux électroglottographiques, qui indiquent la fermeture et l’ouverture glottale, nous permettront d’analyser ces paramètres, notamment le voisement, le F0 et les qualités de voix.

Les travaux phonétiques sur le tamang de Risiangku ont été publiés par Martine Mazaudon et Alexis Michaud. Avec nos nouvelles données du dialecte de Risiangku et de Taglung, nous souhaiterons apporter plus d’éclaircissements sur les variations tonales en tamang et leurs évolutions.

cf. Martine Mazaudon, Alexis Michaud. Tonal contrasts and initial consonants: a case study of tamang, a ‘missing link’ in tonogenesis. Phonetica, Karger, 2008, 65 (4), pp.231-256. (lien)

Le système orthographique du tamang

Une autre question concerne le système orthographique. Deux alphabets sont employés concurremment, Sambhota (utilisé pour la transcription du tibétain) et Devanagari (utilisé pour la transcription de la langue nationale, le népali). Ni l’un ni l’autre n’ont de provision pour la transcription de tons. Comment donc transcrire les tons en tamang ? La solution actuelle est … de les ignorer.

Le 22 novembre, une trentaine de défenseurs de la langue tamang se sont réunis avec Martine Mazaudon, Boyd Michailovsky, et moi-même. Le débat tournait autour de ces questions : Quels symboles utiliser pour transcrire les tons ? Faut-il établir un système de transcription tonale propre à chaque dialecte tamang, en restant fidèle à leurs réalisations tonales? Ou bien faut-il établir un macro-système homogène pour tous les dialectes tamang, et enseigner aux locuteurs/scripteurs la correspondance entre réalisation tonale et catégorie tonale abstraite ?

Séminaire avec les défenseurs de la langue tamang

Conférence avec les défenseurs de la langue tamang (photo: Pema Tamang Moktan)

Ces questions demeurent pour l’instant sans réponse définitive. Néanmoins, elles constituent déjà un bon point de départ pour promouvoir, enseigner et préserver cette langue minoritaire du Népal.

Pour en savoir plus :

cf. Martine Mazaudon. A brief note on alphabetisation, spelling and transcription in Tamang. Syomhendo (Kathmandu, Nepal), 1993, July-September, pp.15-26. (lien)


Jiayin Gao

Jiayin Gao est ingénieur de recherches au LACITO. Elle étudie les variations tonales et l'évolution des tons dans les langues sino-tibétaines.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *