Jacqueline M.C. Thomas, 1930 – 2023 — Hommages

Dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 octobre 2023 disparaissait Jacqueline Thomas, fondatrice (avec Luc Bouquiaux) du LACITO, pionnière de la linguistique africaine et de l’ethnolinguistique. Nos pensées vont à sa famille, ses ami·es, ses collègues.

Photographie de Jacqueline M.C. Thomas

Portrait de Jacqueline Thomas. Source : site internet du LACITO.

“Pendant plusieurs dizaines d’années, Jacqueline M.C. Thomas, ethnolinguiste et fondateur du LACITO (Laboratoire de Langues et Civilisations à Tradition Orale), directeur de recherche émérite au CNRS, a sans relâche et dans un grand respect des populations longtemps prétendues “primitives”, mis en lien langue — société — culture, cherchant à faire reconnaître la “non-séparabilité” de la langue et de la société qui la parle, l’intérêt de l’apport fourni aux études linguistiques par des enquêtes poussées dans des domaines connexes et, partant, la nécessité d’entreprendre des études pluri- ou interdisciplinaires.” (Extrait du résumé de l’ouvrage Du terrain au cognitif. Linguistique, ethnolinguistique, ethnosciences. À Jacqueline M.C. Thomas, Peeters, 2004.)

Nous souhaitons lui rendre hommage à travers des témoignages, accueillis sur cette page.
(Sa page personnelle sur le site du laboratoire est ici.)

Message de Micheline Lebarbier

« Mes premières années au LACITO se sont passées rue de Marseille, à la même adresse que celle de Jacqueline et de toute sa famille. Elle avait acheté un petit appartement au dernier étage qui abritait les activités de la SELAF (Société d’études linguistiques et anthropologiques de France), qu’elle avait fondée. Pour ensuite acheter la boutique du bougnat, lorsque celui-ci est parti, pour y installer l’imprimerie de la SELAF.

Vie personnelle et vie professionnelle étaient alors très intriquées. Je me souviens de séances de correction des manuscrits dans la cuisine, des dîners avec Monsieur Peeters, l’imprimeur belge qui venait régulièrement à Paris pour prendre les maquettes à imprimer quand ce n’était pas nous qui allions à Louvain pour d’ultimes révisions.

Je suis reconnaissante à Jacqueline de m’avoir permis d’aménager mon emploi du temps pendant six mois pour me permettre de finir de rédiger ma thèse, ce que je n’arrivais pas à faire avec un poste d’Ingénieur (ITA) à plein temps.
Elle avait pris le temps de lire mon premier chapitre et m’avait donné confiance et encouragée à poursuivre, ce qui m’avait donné l’élan d’aller jusqu’au bout, grâce à cet aménagement d’horaire.

Sa vie fut entièrement consacrée à la recherche. »

 

Message de Vladimir Randa

« Jacqueline M.C. Thomas, fondatrice du LACITO, vient de nous quitter. Je souhaite évoquer ici brièvement quelques traits qui caractérisaient sa personnalité. Malgré divers aléas de la vie, et jusqu’à ses derniers instants, elle a fait preuve d’un courage qui forçait l’admiration de tous ceux qui l’entouraient.

Africaniste de cœur, linguiste et ethnolinguiste de terrain, chercheuse infatigable, elle manifestait une curiosité pour d’autres langues et d’autres civilisations. Pour elle, la première qualité d’un chercheur était sa curiosité et son indépendance d’esprit. Elle exhortait les jeunes chercheurs à élaborer leur propre pensée et leur propre pratique de la recherche, sans se soucier des modes en cours.

Elle a dirigé avec dévouement et compétence d’innombrables thèses de linguistique, d’ethnolinguistique et d’ethnologie. Pendant des années, elle recevait ses thésards et ses anciens élèves devenus chercheurs dans sa maison de Normandie, pour de longues séances de travail, avec une générosité peu commune.

Jacqueline Thomas a lancé la carrière de plusieurs générations de linguistes et d’ethnolinguistes. D’abord en leur dispensant des enseignements et en les initiant à l’enquête de terrain. Ensuite en publiant leurs travaux au sein de la maison d’édition (SELAF) qu’elle avait créée à cette fin, faute de structures éditoriales établies prêtes à s’engager à publier des descriptions de langues « exotiques ». Transformée en macro-collection à la fin des années 1980, la SELAF a aujourd’hui à son actif un catalogue de presque 500 titres. Aidant les auteurs débutants à améliorer leurs manuscrits, elle ne rechignait pas, à l’époque des machines à écrire munies de boules portant des caractères phonétiques, à mettre la main à la pâte en tapant elle-même des textes de linguistique dont la complexité (mot-à-mot, diacritiques) demandait à la fois des compétences typographiques et une patience sans limite. Jamais condescendante à l’égard des débutants, elle ne leur ménageait pas ses encouragements à avancer dans leurs recherches et à publier.

Auteur d’innombrables publications, articles et livres, Jacqueline Thomas fut aussi à l’origine d’un projet éditorial hors norme : l’Encyclopédie des Pygmées aka constituée de 15 volumes, entreprise sans équivalent dans l’édition scientifique des langues sans écriture.

Nous sommes nombreux à nous sentir profondément reconnaissants pour ce qu’elle nous a apporté, tant humainement que scientifiquement. »

Vladimir Randa

Membre associé du LACITO

 

Message de Tanguy Solliec, chercheur (CDD) au LACITO, participant au projet ANR “ABLA”

« Je n’ai jamais connu Jacqueline Thomas, mais l’ouvrage qui lui a été dédié, saluant sa contribution scientifique, Du terrain au cognitif. Linguistique, Ethnolinguistique, Ethnosciences, m’a marqué lorsque j’ai démarré mes études de linguistiques et m’a convaincu de prendre en considération la dimension orale des langues dans toute sa complexité. »

Annonce du décès de Jacqueline Thomas, parue dans Le Monde du 12 octobre 2023 (p. 21)

Annonce du décès de Jacqueline Thomas, parue dans Le Monde du 12 octobre 2023 (p. 21)



Merci à Serge Bahuchet, Marie-Françoise Rombi, Karine Gromard, Micheline Lebarbier… pour les premières informations. Les témoignages sont à adresser à LACITO.direction@cnrs.fr



Citer ce billet
Alexis Michaud (2023, 9 octobre). Jacqueline M.C. Thomas, 1930 – 2023 — Hommages. Les Carnets du LACITO. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qpcj

Alexis Michaud

I'm a linguist, focusing on un(der-)documented languages, in particular Na (Mosuo), a Tibeto-Burman language.

More Posts - Website

Une réflexion sur « Jacqueline M.C. Thomas, 1930 – 2023 — Hommages »

  1. Yves MONINO

    Merci Jacqueline, c’est grâce à vous que, comme tant d’autres chercheurs, je me suis immergé dans la recherche africaniste. Tout a commencé rue de Marseille, où dès 1967 je faisais des vacations pour payer mes études et surtout en participant à ces chaleureuses réunions au cours desquelles elle nous formait à l’ethnolinguistique ainsi que Luc Bouquiaux. Et puis en 1968 elle m’a envoyé en République Centrafricaine, d’abord 3 mois chez les Ngbaka Ma’bo pour voir ce que j’avais dans le ventre, puis deux ans (1969-1971) chez les Gbaya, suivis par de nombreux autres séjours consacrés à la dialectologie du groupe gbaya-manza-ngbaka minagende dont j’ai tenté de restituer la proto-langue. AU delà quelques heurts qui n’avaient rien de linguistique, je tiens à vous manifester ardemment mon admiration pour votre courage et votre rigueur scientifique et à vous remercier encore pour tout ce que je vous dois.
    Mes très sincères et profondes condoléances à sa famille, en particulier à notre chère Claire-Isabelle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.